Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 19:59
243242 205449862827463 127318050640645 497402 6396605 o


Mercredi, 29 Août 2012

 


La FASE exprime sa vive déception quant aux annonces du gouvernement à l’égard des Roms présents en France, sa colère et son inquiétude quant à la poursuite des expulsions de ces familles pauvres.

 

En effet, faute de pouvoir accéder à des emplois en France sur un pied d’égalité avec les autres citoyens européens de l’espace Schengen, les Roumains et les Bulgares sont réduits à un statut de sous-citoyens européens. Cela doit changer ! Il y va des principes humains. Il en va de la conception de l’Europe.

 

Ce statut « dérogatoire » est la source des difficultés, qui en instaurant un quasi interdit de travail, oblige ces personnes à vivre dans des conditions indignes. Les « directives » ministérielles sont décevantes et inefficaces, en ce qu’elles ne modifient pas cette situation. Plus dramatique, la poursuite des expulsions l’aggrave en ajoutant de la précarité à la précarité, en alimentant les préjugés et les discriminations.

 

Les Roms que nous connaissons en France veulent sortir de cette misère, veulent en finir avec cette « vie » en bidonvilles. Pourquoi ne pas commencer par les écouter, les considérer, les respecter ? Leurs luttes sont les nôtres : celles de la dignité, du droit au travail, du droit à l’éducation, à la santé, celles d’une autre Europe.

 

La FASE tient à souligner l’urgence d’agir avec les Roms, eux-mêmes, sur les causes afin de parvenir à y mettre fin, et ainsi rompre réellement avec les actes, les discours et les stigmatisations des discours du précédent Gouvernement. Il s’agit là d’une autre conception de l’action politique sociale : celle qui s’appuie sur les énergies militantes car la fin des bidonvilles ne se décrète pas, elle se construit avec les habitants des bidonvilles.

 

En conséquence, la FASE exige une concertation respectueuse entre les familles concernées, les Roms, les associations, les pouvoirs publics et les institutions ; et ce, bien avant toute velléité d’expulsion car l’urgence n’en crée évidemment pas les bonnes conditions.

 

 

Il faut, pour cela, un moratoire sur les expulsions. Personne ne croira qu’une réelle volonté gouvernementale ne peut aboutir à des solutions de logement pour toutes les familles Roms.

 

Par ailleurs, la montée puis la banalisation des positions racistes de la droite et de l’extrême droite durant les campagnes électorales, et particulièrement la dernière, doivent nous dicter notre devoir : tout faire pour que le changement incantatoire du PS dans ce domaine devienne enfin une réalité perçue clairement et concrètement par les premiers concernés, ainsi que par les citoyens respectueux des droits humains.

 

C'est pourquoi, la FASE affirme qu’une autre politique est possible.

 

L'exemple de ce qui s’est passé dans l'Essonne le 27 août à Evry, ancienne ville de Manuel Valls, illustre l'acharnement du ministère de l'Intérieur dévolu aux vagues successives d'expulsion et à la distribution d'arrêtés municipaux d'expulsion sous 24h qui s'opèrent sans discontinuité partout en France, quitte à expulser des familles entières et à déscolariser les enfants la veille de la rentrée scolaire, à détruire les biens acquis, à obliger ces familles à n’avoir pour seul moyen de survie la mendicité. C’est inacceptable.

 

La FASE ne peut laisser faire sans réagir ! Là, comme ailleurs, une situation de bidonvilles était connue, et aurait dû faire intervenir plus tôt les pouvoirs publics afin de mettre en place des moyens de relogement avant tout.

 

 

Aussi, la FASE appelle à l'arrêt des expulsions et des mises à la rue des familles Roms, ainsi qu’à la constitution de « tables rondes départementales » partout où la question se pose. Cela seul sera une garantie de rupture avec les politiques précédentes, un acte antiraciste et un signe fort de respect.

 

Enfin, la FASE appelle à la forte mobilisation des organisations politiques de gauche avec les Roms en résistance, en soutien aux associations et en rupture avec cette politique indigne des droits humains pour réaffirmer ensemble le refus de cette politique d'exclusion et de rejet.

Partager cet article

Repost 0

commentaires