Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 17:59


Faut-il voir le capitalisme comme un rouleau compresseur qui écrase tout sur son passage ou révèle t-il des contradictions qui sont autant d’aveux de faiblesse ?


Des cadres de l’UMP mettent en garde contre « des mesures qui conduiraient à la récession» ; Bayrou évoque la « taxation des délocalisations » ; Arthuis envisage « que l’Etat renfloue les banques et qu’aucune décision de leur part ne soit prise sans lui » ; Coppé et Barroso « dénoncent » le pouvoir exorbitant des agences de notation. Evidemment, ce sont des fauxsemblants.
En face, une part de la planète se dresse pour accuser les règles du capitalisme. Bien sûr, la colère ne débouche pas sur l’action politique nécessaire. Sarkozy semble même ne pas avoir dit son dernier mot. Mais ces manoeuvres ne révèlent-elles pas en creux, l’existence d’une disponibilité nouvelle des exploités pour chercher des solutions réelles ?
Le Front de Gauche n’est pas encore identifié comme une force porteuse d’alternative. Pourquoi ? Sa campagne, est-elle au niveau de cette disponibilité et des contradictions si aigües du capitalisme?


« Faire payer le capital, ou le taxer » : le mot d’ordre paraît fort. Mais cet été, le Nouvel Obs a publié les déclarations de PDG qui clamaient « taxez-nous »; Baroin déclare taxer le capital. Hollande s’en prend (verbalement) aux inégalités. Où sont les points qui font la clarté ? Seulement une variable du niveau de taxation ? Le problème est-il de faire payer le capital ou de l’empêcher de nuire ? « L’humain d’abord » : bien.


Mais connaissez-vous quelqu’un qui dise « l’argent d’abord » ? « Place au peuple » ou « le pouvoir au et
du peuple » ? Où se situe ce qui distingue la rupture avec le capitalisme ? Il ne s’agit pas de surenchère. Si nous voulons que le Front de Gauche aille au-delà de 2012, cela exige que ce qui l’identifie nous projette au-delà. La raison de notre participation aux élections implique d’en faire une étape pour que le peuple, au travers de ses mouvements, de ses rapports avec des élus, perçoive qu’il peut se transformer en lieu de pouvoirs sur l’économie et sur les institutions. C’est dans la projection d’une vraie rupture que se joue l’immédiat par le dépassement de la crise de la politique. Nous
avons besoin de rendre possible un écart plus grand avec la normalité actuelle. Or les uns et les autres, avons une culture politique qui nous permet que là soit notre apport.

 

Editorial Du Buletin N°9 du 20 Novembre de Convergences et Alternative

 

CetA-Signature.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires