Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 16:50

243242 205449862827463 127318050640645 497402 6396605 o                                                       Communiqué 

 

 

Après les législatives : vers une gauche alternative, sociale, écologique, citoyenne

 

Avec le résultat des élections législatives dans la circonscription de Montreuil-Bagnolet, et l’élection du député socialiste, une page de l’histoire de Montreuil se tourne.

 

A y regarder de près, ce scrutin, à Montreuil, ne marque pas un reflux des orientations politiques du Front de Gauche. Au contraire, avec 34.99% et 9582 voix, c’est un gain de près de 200 voix sur celles qui s’étaient portées sur Jean Luc Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle, quand le candidat socialiste en perd près de 6000 sur celles de François Hollande.

 

Seul pour le second tour du scrutin après le retrait de Jean-Pierre Brad, Razzy Hammadi avec 16121 suffrages sur 71233 électeurs inscrits n’est élu que par  22.6% du corps électoral. Ce résultat, pour le moins, interroge.

 

Quand, en France, 43% des électeurs - et 50% sur la circonscription de Montreuil-Bagnolet au 1er tour - ne prennent pas part au vote, cette marque de défiance et de désintérêt doit nous interpeller.

 

Cette situation nous conforte dans la critique d’un système institutionnel usé, qui favorise le bipartisme, détourne des urnes une part de plus en plus importante de nos concitoyens, et, au final, présente un paysage politique en grand décalage par rapport à la réalité concrète de notre société. Outre les changements institutionnels qu’il appelle, ce constat doit nous inviter au renouvellement des formes et des  pratiques politiques.

 

Pour nous, la politique, la vie de la cité, ne se résument pas à l’appel (de moins en moins entendu) aux électeurs en période d’élections, et  ne peut-être préemptée, par les seuls partis institués.   

 

Une démocratie active et vivante doit pouvoir associer, dans des formes et selon des règles à définir collectivement, tous les citoyens qui y sont intéressés. Qu’ils se regroupent dans leurs syndicats, leurs associations, leurs collectifs, tous doivent être partie prenante de l’élaboration politique et des décisions publiques, avec pour objectif l’intérêt du plus grand nombre (ou l’intérêt général commun).

 

A l’heure où le capitalisme en crise continue de produire un chômage massif, une précarité toujours plus grande et détruit avec méthode les systèmes de solidarités pour le bénéfice de la finance ; à l’heure où il saccage les ressources naturelles et met aux enchères les biens communs au nom du productivisme et du consumérisme, nous affirmons notre volonté de poursuivre notre action avec nos partenaires du Front de Gauche, mais aussi avec toutes celles et tous ceux encartés nulle part et qui ne se résignent pas au règne de l’argent.

 

Nous ré affirmons notre ambition d’agir, à Montreuil, pour plus de démocratie, plus de justice, plus d’égalité au travers d’un profond renouvellement des pratiques et de l’éthique politiques.

 

C’est le sens de notre action aujourd’hui et pour l’avenir.

 

La FASE Montreuil.

Le 22 juin 2012

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 09:14

Selon la plupart des médias, le Front de Gauche aurait subi une défaite, voire une déroute.
Qu'en est-il vraiment ?

En termes de fonctionnement institutionnel, les élus Front de Gauche auront sans doute peu de marges de manoeuvre à l'Assemblée. Avoir un groupe parlementaire numériquement fort et indispensable à la constitution d'une majorité était l'objectif proclamé de ceux qui espéraient pouvoir peser sur les politiques publiques en négociant « chèrement » un soutien. Ce n'était pas le cas de la FASE (Voir : Au sujet de la « majorité parlementaire », des élus et des mobilisations et « Sept exigences pour maintenant »).

Nous aurions, certes, préféré un meilleur résultat. Mais nous avons toujours défendu une conception où le rôle des élus est de favoriser les mobilisations, d'accélérer autant que possible le dépassement de la coupure entre « luttes sociales » et politique.

Comment le capital de voix de Jean-Luc Mélenchon a-t-il pu se dilapider, entre le premier tour des présidentielles et le second tour des législatives ?

Rappelons-le tout d'abord : l'inversion du calendrier électoral, mis en place par Jospin en 2002, transforme les législatives en simple ratification de l'élection présidentielle. L'enjeu se trouve réduit à une sorte de « blanc-seing » au Président, accompagné d'un vote pour le député qui « aura des moyens en haut-lieu » afin de rapporter des cadeaux à la circonscription ou à ses fidèles.

La stratégie électorale de F. Hollande, fondée à la fois sur le retour du bipartisme et sur le présidentialisme, a renforcé l'hégémonisme du PS. Nous avons raisonné comme si le bon score de Mélenchon suffisait à créer un mouvement et qu'un rééquilibrage de la gauche allait de soi.

Nous n'avons pas assez mesuré, non plus, qu'un bon score du Front de gauche aux législatives était, du point de vue des classes dirigeantes et des politiques à leur service, beaucoup plus dangereux que les 11% de Mélenchon. Voilà pourquoi le Front de Gauche a disparu des médias lors de la campagne des législatives.

De plus, le Front de Gauche n'a pas mené les campagnes nationales qui auraient pu montrer, comme à la présidentielle, en quoi nos propositions diffèrent de celles du PS aussi bien pour les mesures d'urgence (SMIC à 1 700 EUR, revalorisation des retraites et des minimas sociaux, logements, etc.) que pour les perspectives de reprise du pouvoir sur l'État, les banques, les entreprises et l'économie, la transformation des institutions (la Constituante), le refus de l'Europe « austéritaire ». Une série de meetings dans les régions aurait pu présenter ces perspectives, en lien avec des porte-paroles des autres pays européens, tout en combattant le Front National.


Et pourquoi tant d'abstentions ?

Un élément de la crise institutionnelle est la déconsidération du Parlement au pouvoir réduit entre le Président et l'UE qui font la loi. Un autre est la reconstruction médiatique du bipartisme qui revenait à choisir entre Copé ou Ayrault comme premier ministre. Autant de facteurs explicatifs que nous connaissions. La dramatisation de la présidentielle et la volonté de virer Sarkozy avaient fait reculer l'abstention. Nous n'avons pas anticipé le phénomène inverse pour les législatives.

Mais si l'objectif est d'articuler autrement la rue et les institutions, les mouvements sociaux et populaires et les élus, le bilan est tout différent.

Face à la poursuite des crises, face aux limites prévisibles des réponses apportées par la nouvelle majorité, s'ouvrent devant nous d'autres possibilités que de faire de la figuration dans une Assemblée nationale aux ordres.

Malgré tout, et loin devant EE-LV qui doit 50% de son score aux candidatures laissées par le PS, le Front de Gauche s'affirme comme une force politique qui rassemble au-delà de son noyau dur d'électeurs. Les milliers de participants aux mobilisations de la campagne présidentielle, les acteurs des assemblées citoyennes n'ont pas disparu. Ceux d'entre eux qui ont jugé plus sûr, plus utile, de voter PS, n'ont pas renoncé pour autant à leurs exigences de changement. Le Front de Gauche doit s'ouvrir pour répondre à leurs demandes de participation citoyenne.

Comme en Grèce, le 17 juin, il est des victoires qui donnent la majorité parlementaire mais ne répondent pas à la situation. Hollande dispose de tous les leviers de pouvoir : il a maintenant « l'entière responsabilité » de la politique menée. Le PS est désormais au pied du mur de l'argent. Entre les exigences du Capital et celles des mobilisations populaires, il devra choisir sous peine de décevoir celles et ceux qui croient au changement et même de se couper de son propre électorat.

Pour refuser que la droite et les dirigeants de l'Union européenne nous imposent leur Pacte budgétaire, la campagne politique « Non au Pacte budgétaire, pas d'Europe sans citoyens ! » permet de démystifier la pseudo « dette » et d'exiger un référendum sur le Traité européen.

Voici l'heure des exigences, des droits nouveaux, de la transformation des institutions (au programme des journées d'été 2012 de la FASE). Ce n'est pas la menace du vote des députés du Front de Gauche - dont deux de la FASE - qui mettra le PS en difficulté.

 

Nos élus, avec le Front de Gauche tout entier, doivent redéfinir leur rôle de députés et leur lien avec les mobilisations populaires car ce sont elles qui compteront pour la suite.

Repost 0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 18:16

Communiqué

 

FAsebanniere

 

 

Grèce : une « victoire » de la droite à la Pyrrhus ?

 

« Nouvelle démocratie » - le parti de droite - a « gagné » les élections du 17 juin en Grèce. La pression conjointe des gouvernements et dirigeants de l'Union européenne ainsi que des médias a transformé cette élection, comme en Irlande, en référendum pour ou contre l'appartenance à la zone euro et à l'Union européenne. Tous ont martelé, à l’envi, ce chantage mensonger que, du résultat de ce vote, dépendraient les financements programmés pour faire face aux crises générées par les « dettes ».
Pour autant, cette « victoire » ne règle rien. Reste à constituer une majorité pour gouverner et continuer à imposer les plans d'austérité à un peuple exténué, même en procédant à quelques aménagements sur les délais de remboursement. L'« alliance » obligée des « familles » Caramanlis (droite) et Papandréou (parti socialiste) n'y suffira pas, même si cela permettra de « rassurer les marchés » et de passer l'été.
La « victoire » de la droite, ce 17 juin, rend encore plus urgente une réelle alternative à gauche. Le pire n'est pas exclu comme le montre le maintien d'une vingtaine de députés se réclamant du nazisme dans un pays qui a déjà payé très cher en la matière.
Le résultat électoral historique de Syriza - une coalition de gauche d'une douzaine de sensibilités politiques, dirigée par Alexis Tsipras - passant de 5 % puis de 16,78 % à près de 27 %, en est d'autant plus important.
Syriza est, aujourd'hui, la seule force politique opposée aux plans d'austérité capable d'offrir une alternative aux néolibéraux de tous poils acceptant les diktats de l'Union européenne. C'est une occasion sans précédent pour Syriza de devenir durablement l'expression politique et sociale de la gauche de transformation sociale en Grèce.
Syriza doit pouvoir compter sur notre solidarité. Nous devons imposer à nos propres gouvernements de cesser d'accabler le peuple grec et les autres au nom des intérêts de la finance.
L'alternative sera européenne ou ne sera pas : en France, comme ailleurs, pour asseoir fermement le refus du Pacte de stabilité budgétaire, une simple négociation ne suffira pas.
Afin que la nouvelle majorité tienne compte des attentes du plus grande nombre et que l'avis populaire soit entendu dans toute l’Europe, il faut qu’un référendum permette de discuter et rejeter le Traité Merkel-Sarkozy imposant l’austérité.


La FASE le 18 juin 2012

 

Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique (FASE)Courrier : 20 rue Chaudron 75010 PARIS
Contact : contact@lafederation.orgSite : http://lafederation.org/

Repost 0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 17:27

LGS5.JPG

 

Avec la participation exceptionnelle de ZORA!

 

 

 

ZORA-cre-dit-Maxime-SZCZEPANEK-copie-1.jpg

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 17:14

IMG 1298

 

 

Second tour, communiqué de la FASE Bagnolet-Montreuil

 

 

Razzy Hammadi, candidat socialiste pour la circonscription législative de Montreuil-Bagnolet est arrivé en tête à l'issue du premier tour, suite au désistement du candidat sortant, Jean-Pierre Brard.

Dans ces conditions, nous désapprouvons comme nos camarades du Parti de Gauche, l'utilisation du logo du Front de Gauche qui apparait sur l'affiche et la profession de foi de Mr Hammadi.

Celui-ci laisse penser que les 7 organisations qui composent nationalement le Front de Gauche lui apportent leur soutien.

Il n'en est rien.
Si le PCF a décidé de lui donner son logo, la FASE, pas plus que les autres organisations du Front de Gauche, ne se sont prononcées en ce sens, tant nationalement que localement.

Seul en lice pour le second tour et n'étant opposé à personne, le candidat socialiste est assuré d’être élu.

 

Pour nous, notre choix est clair, dimanche, nous souhaitons la victoire d’A Tsipras et de la gauche radicale grecque.


La FASE Bagnolet-Montreuil, le 14 juin.

 

Repost 0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 17:04

IMG 1298 

 


Tous ensemble avec P Braouezec et les candidats Front de Gauche !

 

 

 

 

Habitants et militants de la 2è circonscription de Seine-Saint-Denis (Pierrefitte sur Seine, Saint Denis Nord), ils étaient 400 à 500 lundi 11 juin et ont décidé du maintien au second tour de la candidature de Patrick Braouezec, député sortant du Front de gauche et de sa suppléante, Carinne Juste.

Cette décision a été prise au terme de plusieurs heures de débat contradictoire, et après que P Braouezec, recueillant 31,17% des suffrages, soit arrivé en seconde position derrière le candidat du Parti Socialiste (36,51%) au soir du 10 juin.

 

C'est le choix des participants des assemblées citoyennes du Front de Gauche initiées depuis plusieurs mois.

 

Ce maintien au second tour, alors qu’il n’existe aucun danger à droite, exprime la volonté de conserver sur ce territoire et à l’Assemblée Nationale une force de mobilisation, indépendante du PS et porteuse  d’objectifs de transformation de la société et de ruptures dès septembre.

 

La FASE Montreuil apporte tout son soutien à P Braouezec, à sa suppléante et aux militants qui les entourent.

 

Nous souhaitons également un plein succès à tous les candidats Front de Gauche encore en lice au second tour et leur souhaitons la victoire dimanche prochain !

 

 

La FASE Montreuil, 13 juin 2012.

Repost 0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 16:47

 

 

2306-copie-1.JPG

 

 

En Grèce, en France et dans toute l’Europe, cette rupture est possible et nécessaire, malgré les  vociférations de ceux qui ne veulent à aucun prix renoncer à ce système néolibéral en faillite. Quel que soit le résultat des élections, le peuple grec sera l’objet de pressions insupportables pour poursuivre l’austérité.


C’est pourquoi samedi 23 juin, une semaine après les élections en France et en Grèce, le Collectif organise à l’occasion de ses Asisses un grand apéritif – meeting contre l’austérité. 

 

Le matin (de 9h à 12h environ), les collectifs locaux se réuniront à la Bourse du travail  pour faire le point sur la mobilisation et discuter des perspectives : tribunal européen de la dette fin 2012, suites de l’audit des collectivités locales, travail d’expertise citoyenne, mobilisation contre le Pacte budgétaire, actions de solidarité européenne…


  Deux tables rondes se dérouleront de 13h30 à 17h, dans la grande salle Eugène Hénaff (Bourse du travail, 29 boulevard du Temple, métro République) de la Bourse du Travail : La crise européenne (avec les Économistes atterrés Benjamin Coriat, Henri Sterdyniak et Esther Jeffers) et les perspectives de l’audit citoyen (Christiane Marty, Damien Millet, Thomas Coutrot).

 

 

Au programme, à partir de 18h à la rotonde de Stalingrad, un apéritif (ensoleillé, on l’espère!), des prises de paroles de syndicalistes, personnalités, militants grecs et français engagés contre l’austérité (dont Frédéric Lordon, Stathis Kouvelakis, Pierre Khalfa, Aurélie Trouvé, Christophe Alévèque,…), La Parisienne Libérée, et des fanfares…

 

(Le tract du 23 juin est disponible en cliquant ici)

 

 

Repost 0
fase-montreuil - dans Crises
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 10:34

243242 205449862827463 127318050640645 497402 6396605 o     Logo-Attac-93-sud.png  logoGApourblog_s.jpg      Logo-Les-Alternatifs.png

 

 

 

 

vous proposent

 

LE GRAND SOIR, FETE DES ALTERNATIVES


DIMANCHE 1ER JUILLET DE 11H A MINUIT
  

 

11H APERO CONCERT & PIC-NIC GEANT

14H30 DEBAT “L’EUROPE AU SERVICE DES MARCHES CA SUFFIT”, avec AURELIE TROUVE

16H Concert : MACADAM

16H30 DEBAT “QUELLE RECONVERSION DE L’EMPLOI POUR UNE CONVERSION ECOLOGIQUE”, avec PAUL ARIES

18H30 CONFERENCE GESTICULEE “POLE EMPLOI”

19H30 BARBECUE

20H Concert ZORA 

 

ZORA-cre-dit-Maxime-SZCZEPANEK.jpg

 

MAISON DE QUARTIER  SQUARE GERARD RINCON  RUE ERNEST SAVART 93100
MONTREUIL METRO MAIRIE DE MONTREUIL BUS 115 ARRET CHARLES DE GAULLE

Repost 0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 10:17

Déclaration commune


En avant pour l'eau publique à Est Ensemble !

 

Le tribunal administratif de Montreuil a annulé la délibération par laquelle la Communauté d’agglomération « Est Ensemble » (CAEE)  a demandé son adhésion au Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF).


La décision du tribunal sanctionne les conditions dans lesquelles s'est déroulé le vote au Conseil d'agglomération, en particulier l'absence de débat public ouvert.Il s’agit d’un jugement très important. Toutes les décisions prises par la CAEE sur la base de cette délibération mais aussi toutes les décisions prises par le SEDIF au nom de la CAEE n’ont plus aucune valeur juridique.


Cette annulation constitue une seconde chance pour remettre à plat la gestion de l'eau à Est Ensemble et mettre en œuvre une gestion publique comme s’y était engagée la CAEE, il y a deux ans. Le changement politique à l’œuvre au niveau national doit se traduire sur le terrain à Est Ensemble.De facto, le jugement ouvre une période de vide juridique pendant lequel la CAEE n'est plus liée au SEDIF et à Veolia : tous les choix sont à nouveau possibles. 

 

La Coordination Eau Île-de-France et les personnalités et forces politiques signataires considèrent que lors du prochain Conseil communautaire, prévu le 26 juin, la CAEE ne doit pas procéder à une simple reconduction de la délibération annulée et appellent les citoyenNEs à participer en nombre à cette réunion. Une nouvelle convention provisoire avec le SEDIF doit permettre de se donner le temps de réaliser une étude de faisabilité de la régie publique. Une consultation citoyenne doit être organisée dans chaque commune de l'agglomération. 

 

Montreuil, le 7 juin 2012 

 

Parmi les premiers signataires : 

Jean-Claude Oliva, président de la Coordination Eau Île-de-France

 Rachid Abdelli, Parti de Gauche Bobigny, Drancy, Le Bourget

Gabriel Amard, président de la régie publique eau des Lacs de l’Essonne,

Dominique Attia, conseillère communautaire et conseillère municipale de Montreuil, FASE

Nadia Azoug, Conseillère régionale IDF, Maire adjointe Pantin

Stéfan Beltran, conseiller municipal de Montreuil, FASE

Murielle Bensaid, conseillère municipale de Montreuil, FASE

Alain Calles, Conseiller municipal Montreuil, co-président du groupe Ecologie et citoyenneté de la Communauté_ d'agglomération Est Ensemble

Marie-Catherine CHEVANCE  et Maxime GOTESMAN,    EELV Bagnolet

Anne DEO conseillère municipale EELV de Noisy le Sec

Pascal Famery, EELV Montreuil

Razzy Hammadi,  secrétaire national aux services publics du PS, Montreuil

Marie-Geneviève Lentaigne, co-présidente du groupe Ecologie et citoyenneté de la Communauté d'agglomération Est Ensemble

Jean-Pierre Hauguel, Bagnolet

Henri Hélal, Ozoir la ferrière

Claire Loupiac, EELV Montreuil

Daniel Marguerie militant associatif, FASE Bagnolet

François Mailloux, NPA

Christian Métairie, 1er adjoint au Maire d'Arcueil, Vice-président de l'agglomération du Val de Bièvre, délégué au SEDIF

Daniel Mosmant, maire-adjoint Montreuil, président de la commission aménagement d'Est Ensemble

Christiane Pesci, conseillère municipale EELV Bagnolet

Michel Pesci, EELV Bagnolet

Emmanuel Poilane, directeur de la Fondation France Liberté

Franck Pupunat porte-parole du mouvement UTOPIA

Alain Ramos, Conseiller municipal du Blanc-Mesnil

Christine RATZEL-TOGO, maire-adjointe d’Aubervilliers

Agnès Salvadori, conseillère municipale socialiste, élue à la CAEE, Montreuil

Pierre SERNE, 2e vice-président de la région Ile de France (EELV)

Pierre Stoeber, conseiller municipal Les Lilas, conseiller communautaire Est Ensemble (EELV)

Jean-Luc Touly, Conseiller régional EELV Île-de-France

Nathalie TRECOIRE, Bagnolet

Pierre Vila, FASE, Montreuil

Stéphane Weisselberg, conseiller municipal EELV de Romainville

Bondy Autrement, EELV, FASE Alter-agglo, Montreuil Vraiment, NPA, Parti de Gauche 93

 

Pour se joindre à cet appel, envoyer un message à eau.iledefrance@gmail.com

Repost 0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 10:50

 attia-678x320.jpg

 

La justice vient d’annuler l’adhésion de la communauté d’agglomération Est Ensemble au SEDIF.

 

Je me félicite de cette décision !

 

Je suis engagée depuis longtemps, avec bien d’autres et notamment la coordination Eau Île-de-France, dans le combat pour une gestion publique de l’eau. Ce jugement a été rendu possible par cette mobilisation citoyenne déterminée et multiforme.

 

L’eau est un bien public de l’humanité et ne doit pas permettre à des entreprises de faire des profits monstrueux. Elle doit être à disposition de tous avec le souci de pérenniser cette précieuse ressource.

 

Désormais le dossier sur Est Ensemble est à nouveau ouvert, je demande donc solennellement à Bertrand KERN, Président d’Est Ensemble :

 

- De permettre enfin la conduite d’une réelle étude sur les scénarios permettant un passage en régie publique

 

- A l’issue de cette enquête de consulter massivement les habitants de nos neuf communes pour leur permettre en toute transparence de choisir le type de gestion qu’ils souhaitent

 

D’ici là, j’agirai sans relâche et participerai à toutes les actions au côté de tous ceux qui se battent pour la transparence, la démocratie et la gestion publique de l’eau.

 

Dominique ATTIA,

Membre de la FASE,

Conseillère communautaire Est Ensemble

 

Montreuil, le 6 juin 2012

Repost 0