Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 20:19

300 personnes ont assisté à la retransmission du Meeting du Front de gauche sur la plage du Prado à Marseille ce samedi 14 avril

 

Retour en images et discours de Jean-Luc Mélenchon

 

14avril 1477

  (Cliquez sur la photo pour accéder au diaporama)

 

 

Morceaux choisis:

 

"Nous sommes du parti de ceux qui se disent contents d'être mélangés"

 

"Il faut répéter qu'il n'y a pas d'avenir pour la France sans les arabes et les berbères du Maghreb"

 

"De la Méditerranée il faut faire la zone de progrès humain"

 

"Ma colère porte un nom et contient 135 pages, c'est l'Humain d'Abord"

 

"Nous sommes la renaissance de cette Gauche qui ne transige pas!"

 

"Le travail est aujourd’hui étranglé par les chaines de la finance"

 

Nous en avons assez d'entendre que ceux qui bénéficient de la solidarité sont des assistes.

Les seuls assistes ce sont les riches."

 

"C'est la classe ouvrière qui est la classe d'intérêt général et la classe patriotique"

 

"Les salaries sont les premiers a payer le prix du mépris des contraintes écologiques"

 

Le programme du Front de Gauche est le seul programme qui propose une extension des droits des travailleurs : droit de veto des RP du personnel, droit de préemption par les salaries, droit de continuité des droits sociaux tt au lg de la vie"

 

"Nous allons par nos bulletins de vote ouvrir la brèche pour toute l'Europe"


 

Repost 0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 10:36
Repost 0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 09:46

«Prenons toutes nos responsabilités pour permettre l’émergence d’une force de transformation sociale et écologique, durable et utile contribuant au rassemblement de toute la gauche de gauche.»

 

Par Christophe Aguiton, Clémentine Autain, Jean-Jacques Boislaroussie, Jean-Michel Drevon, Jacqueline Fraysse, Razmig Keucheyan, Stéphane Lavignotte et Myriam Martin.

 

 

20110606parisgaza_016.jpg


 

Le vieux monde se meurt. Cessons de nous accrocher aux branches. Alors que le capitalisme financiarisé nous plonge dans un cycle violent de récession et de creusement des inégalités, les tenants du There Is No Alternative ont enclenché une nouvelle offensive pour détricoter plus encore les droits et protections, aggraver la misère, démanteler les services publics, menacer les libertés collectives et individuelles, mettre au régime sec les dépenses publiques, détériorer davantage le rapport entre le capital et le travail, poursuivre le pillage des ressources naturelles de la planète en ignorant les enjeux climatiques et environnementaux.

Or, contrairement à ce que l’idéologie dominante comme la droite et les socio-libéraux nous rabâchent matin, midi, et soir, il y a une vie en dehors de l'austérité et du sécuritaire. La rupture est la seule issue pour répondre aux légitimes aspirations populaires à vivre dignement. Nous devons résister et inventer. Les marchés financiers accaparent nos richesses, le consumérisme et le productivisme détruisent l’écosystème et nos désirs, les rouages démocratiques sont à bout de souffle, le racisme et la xénophobie font des ravages : cette société brise les conditions de l’émancipation humaine. En parodiant Alice, de Lewis Carroll, disons que si ce monde n’a aucun sens, qu’est-ce qui nous empêche d’en inventer un ?

 

Lire la suite (via Médiapart)

 

A noter sur vos agendas, pour discuter des perspectives d'un rassemblement durable des forces de la gauche radicale, nous vous invitons à venir en débattre avec nous le 9 mai prochain à la 19h, Bourse du Travail à Saint-Denis.

Repost 0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 11:44

TRIBUNE DES GROUPES DES ELUS COMMUNISTES/FASE,
RASSEMBLEMENT DE LA GAUCHE CITOYENNE ET PARTI DE GAUCHE


Dominique ATTIA, Stéphane BELTRAN, Muriel BENSAID, Jean-Jacques SEREY,
Danièle CREACHCADEC, Gaylord LE CHEQUER, Juliette PRADOS.

 

 

image001-copie-1

 

« Le vote utile nous casse les urnes » *

 

 

Le 22 avril, vous serez amenés à départager les 10 candidats présents au premier tour de l’élection présidentielle. Peut-être faites vous partie de ces électeurs qui hésitent encore et qui ont peur de voter pour leurs idées parce qu’on leur rabâche à longueur de journée qu’il faut voter utile.

 

Comble du comble, on vous fait culpabiliser au lieu de prendre en compte l’aspiration démocratique qui vous fait rêver.
Si vous êtes dans ce cas, alors nous vous le disons : il y a des moments où il faut savoir résister pour défendre son avenir et ses idées.


Les politiques menées ces dernières années ont ouvert la voie à une spéculation débridée et ont placé les intérêts de la finance avant la défense de l’humain or, pour nous, c’est l’humain d’abord et la finance à son service, sûrement pas l’inverse. La finance doit être au service du politique ce n’est pas à la finance de dicter la marche
d’un pays.


Au nom de la finance, la droite, avec Sarkozy à sa tête, nous impose toujours plus d’austérité pour, soit disant, lutter contre la crise. Mais plus le temps passe et plus la crise s’aggrave. C’est bien la preuve qu’il est grand temps de changer de politique et de construire une alternative efficace et crédible qui mette fin aux sacrifices de nos
acquis sociaux hérités du Conseil National de la Résistance (retraites, sécurité sociale, etc.).


Le Front de Gauche, offre une perspective nouvelle et novatrice. Notre programme oppose le volontarisme aux contraintes économiques. Il offre une dynamique qui se traduit par des rassemblements humains toujours plus importants : 23 000 personnes à Lille, 70 000 à Toulouse, 120 000 à la Bastille sans doute au moins autant samedi à Marseille puis le 19 avril à Paris.

 

Les idées du Front de Gauche, hier minoritaires, se retrouvent au coeur du débat et font bouger les lignes politiques. Au coeur de notre projet pour la France, une idée maîtresse : celle du partage des richesses aujourd’hui confisquées par quelques-uns.


Le Front de Gauche, c’est le fruit d’une révolution citoyenne qui est en marche dans nos têtes, dans la rue, dans les urnes et que certains voudraient stopper au nom du vote utile. Mais ce qui est utile, c’est de voter pour vous, pour vos idées, pour vos convictions.


Aujourd’hui, c’est à vous de décider vous pouvez devenir acteurs de cette révolution démocratique.


La droite, de Sarkozy à Bayrou en passant par l’extrême droite, a compris la menace que le Front de Gauche fait peser sur les puissances d’argent.

 

Raison de plus pour amplifier un mouvement qui s’est amorcé et lui donner la force d’une dynamique irrésistible qui contribuera à la victoire et au succès durable d’une politique de changement qui réponde aux espoirs de celles et ceux qui n’en peuvent plus de souffrir.


Le 22 avril votez utile, votez efficace pour vos idées.
Le 22 Avril : PLACE AU PEUPLE AVEC JEAN-LUC MELENCHON

 

* Titre du mensuel Regards – Avril 2012

Repost 0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 14:47

image001-copie-1.jpg

Repost 0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 10:25

Une victoire de la gauche le 6 mai, doit être un appel à se mobiliser.
Une majorité contre la droite, oui !
Une majorité d’attente et de passivité, non !

 

 

 


Repost 0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 10:25

Jean-Luc Mélenchon : "Je m’interdis le mot croissance"

 

Dans une interview exclusive à Reporterre, Jean-Luc Mélenchon s’explique sur l’écologie comme il ne l’a jamais fait. Pour lui, "l’écologie politique est le nouveau paradigme organisateur de la gauche".

 

3 avril 2012

 

421250_351080421603535_195572610487651_1146795_2003566477_n.jpg

 


Jean-Luc Mélenchon a accordé une interview exclusive à Reporterre, centrée sur les questions écologiques.

Dans les trois séquences qui suivent, il s’explique d’abord sur son cheminement intellectuel vers l’écologie, puis sur la planification écologique et la règle verte, et enfin sur le nucléaire, l’énergie, et l’étalement urbain.

Il reconnait sa dette théorique à l’égard des Verts. Pour lui, "l’écologie politique a été un choc intellectuel".

Il rappelle sa position sur la sortie de l’énergie nucléaire, mais souligne le "défi extraordinaire" que représente la sortie des énergies carbonées.

Et il prend ses distances d’avec la croissance comme aucun responsable politique ne l’a jamais fait.

 

Lire la suite sur le site Reporterre

Repost 0
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 11:34

Le blog espoir 2012 sort à 19 jours du premier tour un kit complet pour lancer l'insurection civique.

 

Au programme :

 

Le partage des richesses
La Constituante et la Sixième République
S’affranchir du Traité de Lisbonne
Se débarrasser du patriarcat
Partager les savoirs
La planification écologique
Justice pour tous
Le programme partagé, « L’Humain d’abord »
La vidéothèque du candidat  (retrouvez toutes ses interventions dans les médias et en meeting.)
La dette c’est chouette !

 

des liens

 

et beaucoup d'autres choses encore!

 

 Et c'est par là!

 

prenez-le-pouvoir-copie-600x250.jpg

Repost 0
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 11:24
Repost 0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 10:25

image001-copie-1.gif

 

Dominique ATTIA, Stéphane BELTRAN, Murielle BENSAID, Jean-Jacques SEREY,

Danièle CREACHCADEC, Gaylord LE CHEQUER, Juliette PRADOS.

 

 

 

Les élus qui se revendiquent du Front de Gauche

ne s’opposent pas à la création de logements

ils réclament une véritable mixité sociale

 

 

La politique d’aménagement et d’urbanisation de la ville a, une nouvelle fois, fait l’objet de sorties théâtrales et grotesques lors de la dernière séance du Conseil municipal. Les arguments échangés, et les propos caricaturaux qui ont été tenus de part et d’autres, n’engagent en rien les élus que nous sommes et qui restent attachés, en matière de politique du logement, à une approche responsable et crédible conforme aux idées et propositions issues du programme partagé du Front de Gauche.

 

De ce point de vue, nous nous sentons bien plus proches des idées rappelées par notre ami et collègue Gabriel Amard, membre de l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon lors d’un récent colloque sur le thème « Ralentir la ville pour une ville solidaire ». Qu’a-t-il dit ?

 

« Nous attachons une grande importance à construire une ville qui œuvre au ralentissement des temps aliénants : travail et consommation en particulier. L’urbanisme est le premier outil, la planification notre méthode. Oui, nous entendons planifier les diverses politiques publiques qui contribuent à façonner la ville dans les domaines clés que sont l’économie, l’aménagement urbain, l’environnement. Planifier, c’est anticiper les besoins, définir les moyens, prévoir les étapes, fixer les moyens. […]. Un outil et une méthode donc et un défi en forme de paradoxe apparent : pour ralentir la ville, il faut la densifier. »

 

Ce point de vue, que nous partageons, est d’ailleurs celui des communistes eux-mêmes qui, à l’instar du Président du groupe Communiste et Parti de Gauche au conseil de Paris, défendent l’idée selon laquelle « il n'y aura pas de ville durable sans densification ni les moyens d'une véritable mixité sociale en matière de logement. »

 

Oui. Aucun élu se revendiquant et s’assumant pleinement comme issu du Front de gauche ne peut s’opposer au principe de densification. A Montreuil, les élus des groupes communiste, rassemblement de la gauche citoyenne et parti de gauche n’ont eu de cesse de rappeler qu’ils sont favorables au principe de densification de la ville qui permet de lutter contre l’étalement urbain et ses conséquences sociales et environnementales. Leur position n’a pas varié et n’évolue pas au grès de stratégies politiciennes de courte vue.

 

Là où nous divergeons avec la majorité municipale, c’est sur les garanties et les moyens dont se dote notre ville pour assurer une véritable mixité sociale en matière de logement. Là où nous divergeons c’est sur le comment planifier, comment anticiper, comment contrôler notre politique urbaine permettant ainsi à une ville comme la nôtre d’assumer l’ensemble de ses fonctions et en particulier celle de la mixité sociale qui fait de Montreuil cette ville si particulière de la Seine-Saint-Denis où il fait bon vivre, ensemble. Là où nous sommes critiques, c’est sur les moyens dont se dote la municipalité pour renforcer les services publics, pour répondre aux besoins premiers des citoyens ou encore pour préserver des espaces de nature pour un cadre de vie amélioré. Là où nous divergeons c’est sur la décision de la ville de confier à un aménageur privé l’aménagement d’une ZAC aussi importante que la ZAC Accacia alors que des opérateurs tels que MODEV ou Séquano Aménagement offraient toutes les garanties. Comme nous l’avons dit à l’occasion du débat sur le Plan Local d’Urbanisme, ce qui manque à ce projet c’est une ambition et des moyens qui permettent une irrigation de la ville en activités économiques diversifiées, pourvoyeuses d’emplois pour les habitants et de vie pour les quartiers. Une politique économique menée en bonne intelligence, tirant les conséquences du passé, avec une approche équilibrée sur le territoire montreuillois. Penser la ville de demain et aux générations futures, c’est aussi réserver plus de terrains pour de l’activité et ainsi mieux maîtriser le foncier qui permet de lutter contre la spéculation. C’est aussi geler des terrains pour réserver des espaces pour des projets d’avenir. C’est cela, une politique de développement durable.

 

La municipalité n’a de cesse d’asséner qu’elle entend construire et densifier pour répondre aux demandes et besoins en logements. Très bien. Nous sommes d’accord. Mais encore faudrait-il qu’elle concerte et qu’elle prenne le temps du partage avec les habitants eux-mêmes au lieu de se satisfaire de réunions auxquelles participent plus de représentants de la ville que d’habitants. Et puis, par-dessus tout, pourquoi ne répond-elle pas à nos questions sur la répartition de ces logements par typologie (combien de logements très sociaux effectivement réservés aux plus démunis ?) ; sur le montant moyen du loyer pour chaque type de logement ou encore sur le nombre réel de demandeurs relogés, parmi les 6 000 demandeurs en attente ?

 

Nous ne faisons pas de procès d’intention à la municipalité, nous ne faisons que constater la pente dans laquelle elle a engagé et précipité notre ville depuis 2008 avec les conséquences spéculatives que nous connaissons. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : « en 2010, le loyer de «marché» s'établit en moyenne à 12,3 euros par mètre carré. Les prix peuvent cependant descendre à 3,5 euros/m2 ou grimper jusqu'à 54 euros/m2. Les studios restent toujours plus chers, 16,4 euros/m2 en moyenne, alors que les 5 pièces et plus ont des loyers moyens de 9 euros/m2. Mais ce qu’il faut noter, c’est que c’est la ville de Montreuil (+7,4%), plus encore que celle de Rueil-Malmaison (+6,8%), ou encore de Lyon (+5,9%) qui a connu les plus fortes hausses de loyers alors qu’en comparaison, la capitale n'a pris que 3,2%.

 

Mais plus grave encore, en 2012, le prix du loyer au m² place la ville de Montreuil juste derrière des villes comme Rueil-Malmaison, Antony ou encore Neuilly-sur-Seine.

 

Ce qu’un élu du Front de Gauche aurait à reprocher à la majorité municipale, ce n’est pas de densifier, c’est de rompre les équilibres de mixité sociale et de développer une politique qui encourage la spéculation au lieu de la maîtriser. Contrairement aux bêtises entendues lors d’un précédent conseil municipal en réponse à l’interpellation de notre collègue Jean-Jacques SEREY où des élus de la majorité ont moqué l’héritage du logement social issu de villes comme la nôtre, « l’urbanisme des années 1960 et 1970 a moins pêché par son intensité que par son inaccomplissement. Des ensembles de logements extrêmement denses ont été construits sans que les donneurs d’ordre ou les financeurs (l’État en premier lieu et singulièrement en région parisienne) ne se préoccupent de l’accompagnement au travers des services de proximité que ce soient les services publics, les commerces, les lieux de loisirs et de culture... Là est le problème premier. De ce point de vue, la densification massive qui s’opère actuellement dans un quartier tel que celui du Bas-Montreuil Bobillot ne s’accompagne pas, selon nous, de réponses satisfaisantes en terme d’équipements publics ; l’école de l’Ilot 104 ne concernant pas les enfants de ce secteur de la ville.

 

Notre rôle d’élus, avant même la construction de la ville, c’est d’amener nos concitoyens à prendre conscience des enjeux, à s’approprier les ambitions collectives. Cela nécessite un travail intense de débat, de confrontation et de concertation, sans arrières pensées et sans démagogie. C’est dans cet esprit que nous entendons poursuivre notre engagement au service des Montreuillois et que nous entendons travailler dans la perspective de 2014 date à laquelle nous remettrons à plat le Plan Local d’Urbanisme.

Repost 0