Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 10:53

A l’heure où la campagne pour l’élection présidentielle s’annonce comme un nouvel affrontement en vue d’une simple alternance institutionnelle, Lucien Sève interroge : quelle société voulons-nous être ?

Au moment où la crise devient globale - économique, sociale, écologique, culturelle, démocratique... -, le philosophe nous invite à forger la cause anthropologique, à partir d’une analyse des périls auxquels nous sommes, individuellement et collectivement, confrontés.

 

Les parti-pris du nouveau communisme 

 

Nous donnons à notre engagement l’horizon d’un dépassement du capitalisme et de toutes les dominations : celui d’un projet et d’un mouvement d’émancipation.

Cela inclut les moments électoraux, sous la forme de notre implication au sein du Front de gauche, en même temps que cela les dépasse.

Le “nouveau communisme” est ce combat pour l’égalité et la démocratie, à partir des potentialités immédiates et des possibles à révéler.

 

Cause écologique et cause anthropologique

 

 

altercommunistes3.jpg

Repost 0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 10:32

mardi 15 novembre 2011affcg2-coul-c6d44.jpg

Pour une alliance Europe-Ecologie - Front de Gauch, par Stéphane Lhomme

afin que les écologistes :
- ne se renient pas sur le nucléaire
- n'aident pas le PS à infliger l'austérité aux français

Les actuelles négociations entre Europe Ecologie-Les Verts (EELV) et le Parti Socialiste (PS) font l'objet d'une forte couverture médiatique mais, curieusement, personne ne semble se demander pourquoi EELV ne négocie qu'avec
le PS.
Or, il existe d'autres forces à gauche, en particulier leFront de Gauche (FdG) et le Nouveau parti anticapitaliste (NPA).
Au nom de quoi l'horizon des écologistes se limiterait-il exclusivement à discuter avec le PS ?
La question mérite d'autant plus d'être posée que la négociation en question semble inévitablement devoir se terminer par une défaite des émissaires d'EELV :
le PS a une longue expérience des tractations avec ses "alliés" et a toujours été implacable avec eux, les rabaissant au rang de supplétifs et les amenant à se renier en échange de quelques circonscription pour les "chefs". Le PCF peut en témoigner de longue date.
Négocier avec le PS n'est donc pas franchement porteur d'avenir pour les écologistes d'autant que, comme si la catastrophe Fukushima n'avait jamais eu lieu, le PS et son candidat François Hollande se veulent inflexibles sur le nucléaire : il n'est pas question d'envisager le moindre plan de sortie, ni même de stopper le chantier du réacteur EPR, pourtant déjà plombé par les retards, les surcoûts, les malfaçons.
Alors, pourquoi continuer à discuter avec le PS, ou du moins exclusivement avec le PS ? Les écologistes doivent immédiatement proposer des négociations au Fdg et au NPA, dans le but de créer un grand Front de la Gauche et de l'Ecologie (ou de la Gauche et de l'écologie, ou de la Gauche écologiste, etc. Peu importe).
Il ne s'agirait pas pour autant de remettre en cause les différentes candidatures à l'élection présidentielle : bien sûr, dans l'absolu, une candidature unitaire serait le mieux, mais elle semble improbable et, après tout, rien ne s'oppose à ce que Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou fassent entendre chacun le point de vue de leurs courants respectifs.
En effet, une alliance électorale pour les législatives ne signifierait en rien une fusion générale dans un mouvement unique : des divergences évidentes existent entre ces mouvements, comme par exemple… sur le nucléaire. On y revient toujours !
Mais, autant le PS reste immuablement pronucléaire, autant il est possible d'avancer sur cette question avec les autres formations de gauche : le Parti de gauche (composante du Front de Gauche) et le NPA ont pris position pour la sortie du nucléaire. Seuls les dirigeants du PCF restent encore accrochés à l'atome mais il semble que ce soit de moins en moins le cas à la base. Et l'arrivée d'EELV dans un Front de gauche élargi à l'écologie ne manquerait pas de faire pencher la balance du bon côté.
Par ailleurs, la question du nucléaire n'est pas le seul enjeu majeur et les écologistes feraient bien de réfléchir à la suite des évènements : si François Hollande est élu Président de la République, il est avéré qu'il infligera à la population française les mesures les plus restrictives et antisociales, et ce afin de "rassurer les marchés" (qui ne le seront jamais et exigerons toujours plus de sacrifices).
Ce n'est pas à la population de rembourser des dettes dont elle n'est pas responsable et de se sacrifier pour rétablir les profits des banques et des multinationales. Et les écologistes n'ont pas à participer à un gouvernement anti-écologiste et antisocial.
On me rétorquera qu'il faut bien "battre Nicolas Sarkozy". Hé bien, au second tour de la Présidentielle, les électeurs auront la possibilité de remplacer l'actuel Président par quelqu'un d'autre. Il n'y a donc manifestement aucune raison pour se renier en faisant avec le PS une alliance... contre-nature.
Stéphane Lhomme
Repost 0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 10:28

Par Martine Billard, Députée de Paris, Co-présidente du Parti de gauche

 

J'espère avoir le plaisir de vous retrouver le jeudi 8 décembre, à 19h30, à l'École Normale Supérieure, 45, rue d'Ulm, à l'occasion du débat que le Parti de Gauche organise sur le scénario Négawatt .

Jean-Luc Mélenchon, Corinne Morel-Darleux et moi-même avons invité à débattre avec nous

  • Yves Marignac, de l'assocation Négawatt
  • Raphaël Claustre, directeur du Comité de liaison pour les énergies renouvelables (Cler )
  • Anne Debregeas, travailleuse à EDF,
  • Jean-Michel Mespouledes, travailleur du nucléaire et syndicaliste à la CGT Mines Énergies

sur la base de ce scénario de transition énergétique sobre.

 

11.12.08-debat_Negawatt.jpg

Repost 0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 10:21

DROIT AU LOGEMENTLogoDal

COMMUNIQUE
Paris le  2 décem

 

bre  2011 - 16h


Le Conseil Général du 93 demande à la justice de dégager les sans logis et de détruire leur campement.

 

Le Conseil Général de la Seine Saint Denis, représenté par son Président Mr Claude Bartolone (PS), a demandé au tribunal Administratif de Montreuil de prononcer l’expulsion des 270 occupants du camp installé sans délai et en hiver, assortie de la destruction des biens des occupants.

 

L’audience aura lieu mardi 6 décembre à 10h, au Tribunal Administratif de Montreuil. Une décision d’évacuation pourrait être rendue le jour même, transmise automatiquement au Préfet de la Seine St Denis, Mr Lambert installé par le Président de la République au printemps 2010.

 

Ce n’est pas le premier ballon d’essai du CG 93 contre les populations les plus vulnérables :Le refus de plus en plus fréquent d’héberger des familles à la rue avec leurs enfants, le refus d’héberger des mineurs seuls sans abris, la demande d’expulsion formée contre les expulsés de la barre Balzac encore sans abri qui viennent de réquisitionner un logement vacant de l’office HLM du département ...

Cette attaque du Conseil Général du 93 contre des êtres humains en grande précarité est choquante et scandaleuse, d’autant plus qu’elle émane d’un responsable national du Parti Socialiste.

 

Nous demandons le retrait de cette procédure d’expulsion digne des politiques Sarkozistes, et avec le collectif des Sorins, demandons au Préfet et toute les bonnes volontés :

  • Un hébergement immédiat et décent pour tous, et tous ensemble, jusqu’à leur relogement et la régularisation de ceux et celles qui sont sans papier.

Avec le collectif, nous appelons à une série d’initiatives, jusqu’au retrait de la procédure :

  • Dimanche 11h :
    Rassemblement sur le campement, 140 Bd de Chanzy, Montreuil, puis marche jusqu’au siège du PS de la Seine Saint Denis, au Prés Saint Gervais
  • Lundi 5 décembre 16h :
    Installation d’un campement de nuit devant le siège du Conseil Général, 93 rue Carnot, Bobigny (M° Pablo Picasso, Ligne 5)
  • Mardi 6 décembre 10h :
    Tribunal Administratif de Montreuil – 206 rue de Paris, MONTREUIL – (m° Robespierre, Ligne 9)

En cas de jugement d’expulsion, il est envisagé d’installer un campement rue de Solférino, devant le siège du PS. Des manifestations seront organisées aussi auprès de la préfecture.

  • Mardi 13 décembre 10h :
    TI d’Aubervilliers : audience sur la demande d’expulsion contre les « expulsés de la barre Balzac », faite par l’office HLM Départemental (CG 93). Les familles et personnes sans hébergement après la destruction de leur campement place de la fraternité ont squatté un logement HLM vacant à la Courneuve, pour se protéger du froid.
Repost 0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 10:04

Banderole-Sante-2-avril.jpg

 

 

le 7 Decembre 2011
salle des mariages de la mairie des Lilas
96, rue de Paris 93260 Les Lilas métro: ligne 11 bus 129 et 105
venez en débattre de 19 à 22H30 avec:
un représentant du syndicat de la médecine générale (SMG),
A. Grimaldi du Mouvement de Défense de l’Hopital Public (MDHP),
C. Proudhom de la CGT,
F. Binot de Sud santé Sociaux
et Christophe Rauch économiste.


Débat organisé par le collectif NSED et les 44 organisations qui le composent.

 

 

4 pages Notre santé en danger!

 

 

 

Notre santé en danger : Socle commun

 


 

L’accés aux soins de proximité

 Ce que nous voulons :

 

- l’accès aux soins pour toutes et tous partout et à tout instant.

Ce que nous refusons :
- toutes les mesures qui tendent à la sélection et à l’exclusion des patients,
- les franchises et autres forfaits,
- les dépassements d’honoraires,
- le déremboursement des médicaments,
- les restrictions croissantes sur les Affections de Longue Durée (ALD) telle que l’hypertension artérielle sévère,
- les restrictions sur la Couverture Maladie Universelle (CMU) et l’Aide Médicale d’Etat (AME).

 

Un service public présent partout et efficace

desert-medical.jpg

 

Ce que nous voulons :
- un système public de santé (incluant les soins primaires, la prévention, l’informati

on, la lutte en amont contre les causes des maladies), un secteur médico-social et social, public et associatif, développés sur tout le territoire, dotés de moyens suffisants pour répondre aux besoins de toute la population,
- un service public de l’hébergement d’urgence et du logement, sans conditions d’accès

 

ni restrictions aucune, pour les droits de tous les précaires,
- un secteur hospitalier public assurant l’accès à des soins de qualité et de proximité en coordination avec l’ensemble des professionnels de la santé, et avec toutes les parties concernées,
- le maintien et le développement des structures de proximité  : centres de santé, centres d’IVG, centres médico-psychologiques, centres d’accueil d’urgence…,
- un plan d’urgence pour la médecine scolaire et du travail,
- un secteur psychiatrique public coordonnant et assurant la continuité des soins,
- l’augmentation du nombre de professionnels de santé formés, un recrutement à la hauteur des besoins et l’exigence d’une répartition équilibrée sur tout le territoire,
- une recherche publique indépendante,
- une politique publique du médicament intégrant la recherche, la production et le contrôle.

Ce que nous refusons :
- les suppressions d’emplois, les suppressions d’activités, les fermetures de services, les regroupements autoritaires dans tous les secteurs de la santé, du médico-social et du social,

- le démantèlement de la psychiatrie publique et toute instrumentalisation sécuritaire de celle-ci,
- l’application de critères de rentabilité financière à l’hôpital et dans tous les établissements,
- la privatisation des activités et des établissements.

 

Un financement solidaire

 

 

Ce que nous voulons :
- une protection sociale, ouverte à toute la population, basée sur le principe « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins »,

- la prise en charge de la perte d’autonomie dans le cadre de la sécurité sociale avec la garantie d’un droit universel assuré à 100%,
- une évolution vers la suppression de tous les « restes à charge ».

Ce que nous refusons :
- tout transfert de prestations de l’assurance-maladie obligatoire vers les complémentaires/assurances privées,
- les exonérations de la part patronale des cotisations sociales,
- les enveloppes budgétaires fermées et la tarification à l’activité (T2A) conduisant à l’étranglement financier des établissements et structures.

La démocratie

Ce que nous voulons :
- la définition démocratique des besoins de la population, l’élaboration et le suivi des projets, associant usagers, professionnels, élus, sur un plan d’égalité,

- une réelle représentativité des usagers, des personnels et des élus dans les instances décisionnelles à tous les niveaux.

Ce que nous refusons :
- le tout pouvoir autoritaire des ARS, Agences Régionales de Santé,
- la nouvelle gouvernance hospitalière,
- le découpage arbitraire des territoires de santé.

 

C’est pour tout cela que nous exigeons l’abrogation de la loi HPST et l’arrêt immédiat de toutes les fermetures et restructurations.


Premiers signataires : (8 novembre 2011)

associatifs : Act-Up Paris, Act-Up Toulouse, Association nationale des centres d’IVG (ANCIC), Appel des appels, ATTAC, Collectif hypertension, Coordination des associations pour le droit à l’avortement (CADAC), Convergence des collectifs de défense et de développement des services publics, Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, Ensemble pour une santé solidaire, Femmes Egalité, Femmes solidaires, Handi-social, Ligue des droits de l’homme, La santé n’est pas une marchandise, Réseau éducation populaire, Résistance sociale, Union des familles laïques

politiques : Alternative libertaire, Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE), Gauche Unitaire, les Alternatifs, NPA, PCF, PCOF, PG, République et socialisme,

syndicaux : CGT, Fédération CGT Santé ActionSociale, Fédération Sud Protection Sociale, Fédération Sud Santé Sociaux, FSU, Syndicat de la médecine génrale (SMG), Syndicat national des professionnels de santé au travail (SNPST), Union confédérale des médecins salariés de France, Union syndicale de la psychiatrie (USP)


Repost 0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 09:55

 

- Vendredi 9 décembre 19h, assemblée citoyenne quartier Paul Signac, centre Marcel Cahin, 2 rue Claude Bernard

 

- Dimanche 11 décembre, 15h00 Grand Hall du Parc Montreau, grand meeting populaire avec Jean-Luc Mélenchon

 

- Mercredi 14 décembre 19h30 Salle Pauline Kergomard, assemblée citoyenne sur la dette.

 

 

301982 2523732609388 1135554994 2967639 1570015317 n

Repost 0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 00:19

301982 2523732609388 1135554994 2967639 1570015317 n

 

ASSEMBLÉE CITOYENNE DU FRONT DE GAUCHE A MONTREUIL,


ON CONTINUE !

 

 

Mercredi 9 novembre dernier, plus de 150 personnes ont répondu à l’invitation du Front de Gauche de Montreuil pour la première Assemblée Citoyenne.

 

La FASE, engagée dans la campagne pour l’élection présidentielle avec notre candidat commun, Jean Luc Mélenchon, se félicite du succès de cette première réunion.

 

Les Assemblées Citoyennes constituent pour nous l’outil d’appropriation et de participation citoyen de la campagne du Front de Gauche. Elles sont ouvertes à tous, membre ou pas d’une organisation politique, d’une association, d’un syndicat, ou simple citoyen. Chacun peut y trouver sa place.

 

D’ores et déjà, et à la suite de l’Assemblée citoyenne du 9 novembre, plusieurs initiatives sont programmées ou en cours de préparation :

 

-Jeudi 1er décembre à 19h30 au centre Mendés France, 56 rue de la Solidarité, un atelier public de lecture comparée des programmes du PS et du FdG. pour l’élection présidentielle.


-Une assemblée citoyenne du quartier Paul Signac le 9 décembre prochain à 19h au centre Marcel Cachin, 2 rue Claude Bernard.


-Une assemblée citoyenne sur la dette courant décembre.

 

 


Et le dimanche 11 décembre à partir de 14h30 à la grande halle du Parc Montreau, un grand meeting du Front de Gauche avec Jean Luc Mélenchon et des représentants du Front de Gauche de Montreuil.






 

*Le Front de Gauche de Montreuil est composé du : Comité des Citoyens Montreuillois (CCM), Convergence et Alternatives (C&A), la Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique (FASE),  la Gauche Unitaire (G.U), le Partie Communiste Français (PCF), le Parti de Gauche (P.G), le Rassemblement de la Gauche Citoyenne (RGC).

Repost 0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 10:03

JLM111211.JPG

Repost 0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 17:59


Faut-il voir le capitalisme comme un rouleau compresseur qui écrase tout sur son passage ou révèle t-il des contradictions qui sont autant d’aveux de faiblesse ?


Des cadres de l’UMP mettent en garde contre « des mesures qui conduiraient à la récession» ; Bayrou évoque la « taxation des délocalisations » ; Arthuis envisage « que l’Etat renfloue les banques et qu’aucune décision de leur part ne soit prise sans lui » ; Coppé et Barroso « dénoncent » le pouvoir exorbitant des agences de notation. Evidemment, ce sont des fauxsemblants.
En face, une part de la planète se dresse pour accuser les règles du capitalisme. Bien sûr, la colère ne débouche pas sur l’action politique nécessaire. Sarkozy semble même ne pas avoir dit son dernier mot. Mais ces manoeuvres ne révèlent-elles pas en creux, l’existence d’une disponibilité nouvelle des exploités pour chercher des solutions réelles ?
Le Front de Gauche n’est pas encore identifié comme une force porteuse d’alternative. Pourquoi ? Sa campagne, est-elle au niveau de cette disponibilité et des contradictions si aigües du capitalisme?


« Faire payer le capital, ou le taxer » : le mot d’ordre paraît fort. Mais cet été, le Nouvel Obs a publié les déclarations de PDG qui clamaient « taxez-nous »; Baroin déclare taxer le capital. Hollande s’en prend (verbalement) aux inégalités. Où sont les points qui font la clarté ? Seulement une variable du niveau de taxation ? Le problème est-il de faire payer le capital ou de l’empêcher de nuire ? « L’humain d’abord » : bien.


Mais connaissez-vous quelqu’un qui dise « l’argent d’abord » ? « Place au peuple » ou « le pouvoir au et
du peuple » ? Où se situe ce qui distingue la rupture avec le capitalisme ? Il ne s’agit pas de surenchère. Si nous voulons que le Front de Gauche aille au-delà de 2012, cela exige que ce qui l’identifie nous projette au-delà. La raison de notre participation aux élections implique d’en faire une étape pour que le peuple, au travers de ses mouvements, de ses rapports avec des élus, perçoive qu’il peut se transformer en lieu de pouvoirs sur l’économie et sur les institutions. C’est dans la projection d’une vraie rupture que se joue l’immédiat par le dépassement de la crise de la politique. Nous
avons besoin de rendre possible un écart plus grand avec la normalité actuelle. Or les uns et les autres, avons une culture politique qui nous permet que là soit notre apport.

 

Editorial Du Buletin N°9 du 20 Novembre de Convergences et Alternative

 

CetA-Signature.jpg

Repost 0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 16:27

 

th-167x999-tramway-t1.jpg.jpg

 

Plus d'un  an après le discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy et l'émotion médiatique provoquée à la fois par ses déclarations xénophobes, les discriminations à l'égard des Rroms, les critiques formulées à l'égard de la France par le Conseil de l’Europe (le Comité européen des droits sociaux vient de rendre un avis selon lequel la "politique de démantèlement des camps roms" décidée par la France a été discriminatoire et contraire à la dignité humaine), la situation n'a fait qu'empirer. 

 

Dans le cadre d'une politique marquée depuis plusieurs années par la stigmatisation des étrangers, le gouvernement a accéléré les destructions de bidonvilles et les expulsions de Rroms migrants. Les expulsions continuent, des cars de CRS accompagnés de bulldozers jettent dehors les habitants des terrains de fortune et des squats, rasent les maisons construites par leurs habitants, terrorisent des enfants et détruisent les formes de vie précaires qui s’y étaient organisées. En plus des destructions de bidonvilles, les expulsions du territoire se multiplient. Au cours des 9 premiers mois de 2010, plus de 60 % des ressortissants étrangers reconduits aux frontières étaient Roumains et Bulgares et parmi eux une immense majorité étaient des Rroms.

 

Nous constatons chaque jour les dégâts humains de cette politique : aggravation de conditions sanitaires, interruptions de scolarité, rupture des liens établis avec le voisinage et les associations, destructions des biens accroissant la précar ité,...

Nous ne nous laisserons pas diviser et enfermer dans des catégories ethniques. Nous réclamons  la mise en oeuvre d'une autre logique politique en faveur des Rroms comme de l'ensemble des migrants accueillis sur notre sol. 

 

Récemment, un squat du 20e arrondissement a brûlé, faisant un mort. Cet incendie, peut-être d'origine criminel, n'est malheureusement pas le premier qui vise des bidonvilles ou squats occupés par des familles rroms. La stigmatisation permanente dont font l'objet les Rroms de la part des plus hautes autorités de l'Etat (discours de Claude Guéant assimilant Rroms et délinquants par exemple) ne fait qu'encourager des actes de violence envers ces populations.

 

Le 31 août dernier, la police a utilisé un tramway de la RATP pour déplacer les personnes expulsées d'un terrain de Saint-Denis. Ce « tramway de la honte »  a choqué à juste titre une grande partie de l'opinion. Nous avons interpellé le PDG de la RATP, et lui avons demandé de se démarquer clairement de cette politique en mettant à disposition une rame pour organiser "Un tramway pour les Droits de l’Homme, contre les discriminations et le racisme". En l'absence de réponse, nous avons décidé de l'organiser nous mêmes.

 

La mardi 29 novembre au matin, des Rroms et leurs soutiens prendront la ligne T1 du tramway et alerteront les passagers sur le non-respect de leurs droits et leurs revendications. Comme le problème fondamental est bel et bien celui des expulsions, avec ou sans tramway... ce tramway solidaire nous conduira à un rassemblement devant la Préfecture de Bobigny à 12h,  pour y faire entendre nos revendications.

 

Rendez-vous le mardi 29 novembre à 9h

à l'arrêt du tram T1 Marché de Saint-Denis et tout le long de la ligne,

puis à 12h devant la préfecture de Bobigny

 

 

Signataires :

 

CCFD Terre solidaire - Equipe de St Denis (Comité Catholique contre la Faim et

pour le Développement)

Collectif Romeurope Ile de France

Collectif Roms et Bulgares de Bobigny

Comité de soutien aux Roms de Noisy-le-Sec

Ecodrom 93

EELV 93 (Europe – Ecologie - Les Verts)

FASE 93 (Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique)

LDH 93 (Ligue des Droits de l'Homme)

MRAP 93 (Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples)

"Réseau 1427" Saint-Denis

NPA 93

Parti de Gauche 93

PCF 93 (Parti Communiste Français)

RESF 93

SNUASFP-FSU93 (syndicat national unitaire des assistantes sociales de la fonction publique)

Terre des Hommes – France

La Voix des Rroms

 

 

CONTACT : plateforme93@gmail.com

Andrea Caizzi (Bobigny) : 01 48 45 36 25

Laure Labrosse (Saint-Denis) : 06 62 36 07 79

Repost 0