Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 19:55

FAsebanniere.jpg« Actualité d’une révolution démocratique et recherche des voies pour la réaliser ». Tel était le titre du texte adopté les 5 & 6 juin 2010.


Quel espoir nous ont apporté les soulèvements courageux des Tunisiens, des Égyptiens, et de tous les peuples qui veulent mettre fin aux dictatures ! Jusqu’aux Libyens, qui paient un prix si lourd pour se débarrasser d’un « Guide » qui fut cautionné par les gouvernements européens. Quelles meilleures réponses aux imbécillités savantes des bouffons, conservateurs étasuniens et autres, au service des gouvernements et des institutions internationales : où est le « conflit des civilisations » ? Où est la fascination des Arabes pour l’islamisme fondamentaliste qui, paraît-il, justifiait le soutien aux dictateurs ?

 

Lire la suite ...

Repost 0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 11:52

affiche-grand-soir-site.jpg

 

Fête organisée par les Alternatifs, Attac 93 Sud, « Convergences et Alternatives » et la FASE,

 

samedi 25 juin 2011 à partir de 15 h
Maison de quartier Gérard Rinçon
30 rue Ernest Savart -- 93100 MONTREUIL

 

Des débats, de la musique, des invités (CADTM, Collectif des désobéissants, Comité Palestine, Comme vous émoi, LDH 93, Survie…)

 

Goûter, apéritif, repas.

 

Avec notamment la participation des associations :

  • CADTM (Comité pour l’annulation de la dette du Tiers-Monde ;
  • Collectif des désobéissants ;
  • Comité Palestine ;
  • Comme vous émoi ;
  • LDH 93 (Ligue des droits de l’Homme 93) ;
  • Survie…

 

Trois débats :

 

  • 16 h 00 : « Sincèrement… Peut-on moraliser la finance ? » avec Aurélie Trouvé, co-présidente d’Attac.
  • 16 h 00 : « Éducation, emploi, services publics, discrimination. Où en sont nos quartiers populaires ? » avec la participation du FSQP (Forum social des quartiers populaires), d’AC Le Feu et de François Asensi, député de Seine Saint Denis.
  • 17 h 30 : « Pour changer le Monde, faites des alternatives ! »

Des dessins de presse en direct avec Coco (Charlie hebdo, Psikopat, Rue89, Vigousse (ch), Kamikaze, CQFD, Le Ravi… Lauréate du trophée « Jeune talent 2009 » à Tourcoing).

 

De la musique avec Guyom Touseul, les Oies sauvages, les Accordéonistes.

Repost 0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 12:03

Pour une gestion publique de la distribution de l’eau sur le territoire de l’agglomération « Est Ensemble »

Les neuf villes de la communauté d’agglomération « Est Ensemble » ont décidé de déléguer leur compétence sur la gestion de l’eau à l’institution intercommunale.

Cette compétence va amener notre communauté d’agglomération à décider, ou pas, in fine, de l’adhésion au SEDIF, syndicat intercommunal composé de 144 communes qui gère la distribution de l’eau potable sur notre territoire.

Le SEDIF (présidé par le multi-cumulard André Santini) délègue, lui-même, la gestion de la distribution de l’eau à Véolia Eau, entreprise multinationale, notoirement et régulièrement accusée de profiter d’une rente de situation au bénéfice de ses actionnaires plutôt qu’à celui des usagers.

D’ores et déjà, le comité des maires de l’agglomération a décidé de ne pas adhérer au SEDIF et lui a proposé une convention d’un an. Ce délai devant permettre à « Est ensemble » d’explorer la possibilité d’un retrait définitif du SEDIF et d’une gestion publique directe dans l’intérêt des populations de l’agglomération.

Nous nous félicitons de cette première décision et souhaitons que celle-ci en entraîne d’autres.

L’eau est un bien commun trop précieux pour le laisser aux mains de firmes soucieuses d’abord, et avant tout, de rentabilités et de profits.

 

L’eau est l’affaire des citoyens-usagers. C’est pourquoi nous demandons :


 Que les neuf communes formant « Est Ensemble » s’engagent dans un large débat démocratique pour associer la population au choix du mode de gestion, et appellent les citoyens à y participer.

 Que des études approfondies et indépendantes de tout intérêt privé soit ouvertement menées pour déterminer la faisabilité d’un passage à une gestion publique de la distribution de l’eau : le choix du bureau d’études sera décisif.

 Que les élu-e-s de l’agglomération s’engagent à tout mettre en œuvre pour que la distribution de l’eau sur notre territoire soit publique, sociale, écologique et démocratique.

 

Alter-Agglo93, Réseau constitué de : A Gauche Autrement du Pré Saint Gervais, Alternative Libertaire 93 (Bondy, Montreuil, Noisy-le-Sec), Bondy Autrement, Café de l’alternative Citoyenne (CAC93) de Bagnolet, Comité citoyen Romainvillois, Les Alternatifs (Les Lilas, Bagnolet, Pantin), Les élus communistes de Montreuil, La Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE) de Montreuil.

 

Alter-Agglo 93

Repost 0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 11:46

DA.jpgMadame, Monsieur,


Il est grand temps de ne plus laisser faire !

 

La situation n'a jamais été aussi grave pour des millions de gens et pour les Montreuillois.

Avec cynisme et détermination, Nicolas Sarkozy et son gouvernement déstructurent à marche forcée
l'ensemble de notre société. Les valeurs de solidarité, de fraternité, d'égalité, de liberté sont mises en
lambeaux. On oppose les gens les uns aux autres.


Le racisme s'institutionnalise, les territoires sont mis en concurrence, les médias sont muselés, les
dogmes de l'argent sont rois, les institutions sont menacées, la solidarité est brisée.

J'exagère ?

 

Que dire des mesures prises contre les gens du voyage et les Roms, des paroles racistes et xénophobes
jusque dans la bouche même de ministres, de la volonté de supprimer les départements en les
opposant aux régions, du contrôle de l'audiovisuel par le pouvoir - la suppression des chroniques de
Stéphane Guillon et Didier Porte sur l'Antenne de France Inter, en est un symbole -, de l'affaire Bettencourt
et du bouclier fiscal, de la suppression de la retraite à 60 ans, pilier de la solidarité nationale ?

 

Il est grand temps de résister partout, dans la rue, dans les institutions et en construisant une alternative
politique.

 

La mobilisation est nécessaire. Le mouvement social s'amplifie pour sauvegarder les retraite et faire reculer le pouvoir. Les grandes manifestations actuelles en témoignent.

 

Dans les institutions, nos représentants doivent faire plus et mieux, dans l'union, en étant une opposition
déterminée et constructive.

 

La gauche doit proposer une véritable alternative politique et porter un projet de transformation sociale et écologique où l'utopie devient réalité; une gauche moderne, capable de promouvoir des mesures concrètes en rupture avec le capitalisme, une gauche rassemblée capable de faire de la politique autrement.

 

Doit-on donner à une seule personne, la mission de parler au nom de tous ? Je ne le pense vraiment pas. C'est pourquoi ma candidature pour l'élection cantonale de mars 2011, dans le canton de Montreuil-Ouest a été décidée avec 150 personnalités et acteurs locaux.

Cette dimension collective donne son sens à ma candidature : définir ensemble ce qui doit changer, agir pour l'intérêt commun, intervenir dans nos affaires, peser pour la maîtrise de nos vies.

 

Il est nécessaire de combler le fossé entre élus et citoyens, d'adopter une démarche beaucoup plus audacieuse de partage du pouvoir et d'élaboration des décisions. Nous ne sommes pas des citoyens seulement les jours d'élection.

 

Ainsi, nous vous proposons de mettre en place des coopératives d'idées afin de débattre et construire ensemble, avec nos sensibilités, notre diversité ce que nous voulons pour le canton.

 

Retrouvons-nous :
Mercredi 29 septembre à 20h
à l'espace Comme Vous Emoi,
5 rue de la Révolution, Montreuil.

 

J'ai accepté ce nouveau combat parce que je sais que les Montreuilloises et Montreuillois en ont assez des chicaneries et des querelles de cette gauche qui se divise.

Nous avons envie d'une gauche solide et rassemblée, une gauche qui a du souffle et fait revivre l'espoir, une gauche sociale et écologique.

 

Alors communistes, socialistes, écologistes, altermondialistes, syndicalistes, tout simplement citoyennes et citoyens, rassemblons-nous pour que gagne une gauche qui nous ressemble.

 

Je vous remercie, Madame, Monsieur, de m'avoir accordé votre attention, et je vous espère nombreux à nos côtés.

 

Dominique Attia
Conseillère municipale
Présidente du Groupe Communiste
Membre de la FASE
(Fédération pour une alternative sociale et écologique)

Repost 0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 15:37

Leurs solutions :

travailler plus longtemps, gagner moins, précarité,des retraites de misères, des services publics en berne…

et les richesses aux bénéfices d’une poignée !

 

La crise a bon dos !

 

« Jamais le risque de basculer dans la précarité n’a semblé si grand à autant de nos concitoyens », a déclaré Jean-Paul Delevoye, le médiateur de la République.

Plus de 600 000 emplois détruits en 2009.

En 2010, Peugeot ferme son usine de Melun après avoir reçu une aide de 3 milliards d’euros.

Les banques et les entreprises du CAC 40 publient des bilansde bénéfices faramineux.

La situation que nous vivons n’est pas le résultat de la crise, mais celui de leurs solutions à leur crise.

 

La volonté de mettre à mal les retraites : un révélateur et une bataille décisive

 

Pour rendre les salarié-e-s plus dépendants et servir le capitalisme des assurances, le président et son

clan veulent faire croire que l’avenir des retraites appelle une réforme à supporter par le plus grand

nombre. Les explications données par l’appel à lamobilisation montrent bien la réalité et le choix :

« Le financement des retraites est possible à condition d’en finir avec l’actuel partage éhonté de la richesse au bénéfice des revenus financiers. Les déficits des caisses de retraite sont essentiellement dus au refus obstiné de le faire. Pourtant, le besoin supplémentaire de financement nécessaire aux retraites est réalisable puisqu’il a été chiffré en 2007 par le Conseil d’orientation des retraites (COR) entre 1 et 2 points de PIB jusqu’en 2050. »


Quand Eric Woerth, ministre chargé de ce dossier, affirme : « l’impôt sur les sociétés et sur les revenus

devraient doubler », la réalité est le besoin de fairepasser le financement des retraites de 1,7 % du PIB à 2,6 %.

 

Non, les victimes ne doivent payer à la place des responsables

 

Pour maintenir leur système et pour encore plus de bénéfices capitalistes, les défenseurs des banques et

des profits financiers s’attaquent à l’avenir des retraites !

La « dette » sera leur prochaine offensive en Espagne, au Portugal, en France, après l’Islande et la Grèce aujourd’hui.

 

Nous devons réagir contre toute cette propagande

 

Le refus islandais de payer pour de telles dettes (avec un référendum voté à 93 %) est clair et net. Nous

devons exprimer une analyse et une exigence : les dettes odieuses (dues à des spéculations qui méritent

des poursuites sur les bancs de la justice…) doivent être annulées.

 

► Cela vaut pour les dettes des pays du Sud depuis longtemps.

 

► Cela vaut pour les « produits toxiques » qui ont été« recommandés » par des gouvernements aux diverses

régions, conseils généraux, municipalités.

 

► Cela vaut pour ces milliards qui ont « disparu » (pas pour tout le monde !), depuis octobre 2009, en Europe comme aux États-Unis : l’argent donné à des banques pour les « sauver ».

 

Cette orientation nous exposera à des protestations de « fonds de pensions » de divers pays qui ont racheté certaines de ces pompes à fric ?

Faisons de cette question d’annulation des dettes odieuses un des éléments de l’agenda du mouvement altermondialiste !

 

Cela appelle aussi des mesures européennes. Il faut les discuter avec le Bloc de gauche portugais, les forces

grecques, allemandes... et avec le groupe de la Gauche (la GUE) et les écologistes qui le voudront au

Parlement européen.

De même, cela appelle pour l’avenir le plus proche possible une réforme de la fiscalité.

Mais aussi une mise sous contrôle public de plusieurs banques afin de faire exister un secteur financier public fort.

 

Une exigence minimale s’impose immédiatement : un « moratoire sur les dettes publiques »

(nationales, régionales…). Il n’y a rien à payer jusqu’à examen des bien-fondés des demandes et des débats publics sur les alternatives à ce système.

 

Nous devons refuser les suppressions d’emplois

 

Comme pour Total ou pour Philips et quelques centaines d’autres entreprises, défendons le maintien des

emplois, leur reconversion si nécessaire, avec les salarié-e-s, en fonction d’objectifs de production utiles

socialement et respectueux des normes environnementales.

 

Nos besoins sociaux ne peuvent être indépendants des contraintes collectives, de justice etd’égalité.

 

Le capitalisme est fou ! La terre va mal, l’humanité va mal !

 

Trois exemples…

► Les producteurs de lait, victimes de la grande distribution et d’un taux de faillites croissant arrosent le

pays avec des millions des litres de lait tandis que toutes les cinq secondes un enfant de moins de dix ans

meurt de faim dans le monde.

 

► La taxe carbone, la taxe poids lourds, comme l’ensemble du mirage du Grenelle, se sont évaporés. On a vu l’absence de volonté de réformes lors du fiasco de Copenhague !

 

► Chez Renault où l’Etat est le premier actionnaire, chez France Télécom privatisée (Orange), la souffrance

au travail tue !

 

Nous n’avons pas une hésitation : oui, il faut faire front

 

La Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique (FASE) contribue à tous les cadres unitaires qui

réunissent des organisations politiques et des organisations du mouvement social, des citoyennes et des

citoyens et s’attache à susciter de tels cadres locaux.

 

Partout.

 

Pour l’action et pour l’élaboration de propositions communes, pour une alternative réelle. Nous sommes pour le front le plus large.

Cela, nous tenons à le dire, concerne autant les militantes et militants des diverses organisations de la

gauche radicale et du mouvement social (associations, syndicats, réseaux de vigilances et d’action…) que les structures de direction politique. Les recompositions en cours sont loin d’être achevées.

 

Nous souhaitons qu’existe le plus large rassemblement et qu’une autre gauche soit à même de peser

dans les mobilisations et toutes les échéances politiques à venir.

Comités de liaison, rencontres bilatérales ou multilatérales, forums etc., voilà ce qu’il importe à présent, de mettre en place et de généraliser.

 

Il est tout de même urgent de faire s’affirmer une alternative à cette politique de répression, d’injustice, de manoeuvres

xénophobes et de dérives antidémocratiques

Repost 0
fase-montreuil - dans Crises
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 18:12

Samedi 20 mars de 16h à 20h. Espace "Comme vous émoi" 5 rue de la Révolution à Montreuil

Alors que des basses polémiques agitent encore la question des roms de Montreuil.

La Ligue des Droits de l’Homme nous invite à réfléchir à leurs situations.

Gageons que cet après midi de rencontres et de débats saura appréhender le sujet avec responsabilité, humanisme et solidarité.

 

LE SAMEDI 20 MARS DE 16H A 20H à "COMME VOUS EMOI", 5 rue de la Révolution à Montreuil. (métro Robespierre ou Croix de Chavaux)

16h -17h : Danses du groupe Bari Shatra, composé d’enfants roms de Montreuil, sous la direction de la médiatrice Lili. [boissons, collation pour les enfants]

17h30 - 19h30 débats

 

- Roms : un racisme spécifique avec Malik Salemkour, vice-président de la Ligue des droits
  de l’Homme, membre de Romeurope.

 

- La santé des Roms : une urgence permanente avec Bernard Moriau, médecin, en charge
  de la mission rom à Médecins du Monde.

 

Projection de films dans la petite salle, visant plutôt le public plus jeune (pendant le débat)

Entrée libre.

Restauration et projection d’un film fait sur les Rroms de Montreuil en 2006 par El Houssine Bakhoury : "Montreuil, terre d’accueil".

Repost 0
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 15:29



Appel à manifester le 13 mars 2010

 

 

Le 15 mars, qui marque la fin de la trêve hivernale et le retour des expulsions, risque cette année d’être dramatique pour un nombre croissant de personnes. Avec la crise, la montée du chômage et les effets de la loi Boutin – qui a réduit par trois les délais d’expulsion – davantage de locataires sont menacés, alors que les loyers et les charges ont partout atteint des niveaux historiques. Demain l’huissier peut frapper à n’importe quelle porte, locataire, accédant, occupant précaire ...

La flambée des loyers, de l’immobilier, et des charges, y compris en HLM, conjuguées à la baisse des revenus, a rendu difficile voire impossible l’accès à un logement stable pour les familles populaires, les salariés modestes, les jeunes, les précaires, les personnes vulnérables.

La cherté du logement réduit le pouvoir d’achat des ménages, voire les précarise. L’offre de logements à loyer abordable est très nettement insuffisante. Les formes d’habitat précaire se développent, les marchands de sommeil s’enrichissent, la crise du logement s’étend.

En 2010, le budget de l’Etat en faveur du logement social est en baisse. Le gouvernement ne tient pas ses engagements. De nombreuses familles sont expulsées sur autorisation de certaines Préfectures, alors qu’elles doivent les reloger en vertu de la loi DALO (droit au logement opposable de 2007). La loi Boutin a encore restreint les droits des locataires (entorses au droit au maintien dans les lieux), tandis que les nouvelles « Conventions d’utilité sociale » organisent la marchandisation du parc HLM.

La nouvelle « Garantie des risques locatifs », vantée par le gouvernement, ne s’accompagne d’aucune mesure en faveur d’un encadrement des loyers et ne s’attaque donc pas au coeur du problème. Rien n’est fait pour encadrer le marché, décourager la spéculation et la vacance des logements, et faire reculer la crise du logement.

 

Dans ce contexte, nous exigeons :

· Un moratoire sur les expulsions locatives ;

· Le droit à un logement stable, au lieu de la précarisation des locataires ;

· L’encadrement des loyers et des charges, la taxation de la spéculation immobilière,
  pour rendre le logement accessible à tous ;

· La réalisation massive de vrais logements sociaux ;

· L’application de la loi de réquisition;

· Le refus de la marchandisation du logement social et l’abrogation de la loi Boutin.

 

Premiers signataires : CNL, CSF, DAL, ACDL, ADVOCACY, Bagagérue, FSU, LDH, Union Syndicale Solidaires…

Avec les premiers soutiens de : Les Alternatifs, Parti de Gauche, Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, Les Verts…

 

Pour voir la liste des initiatives prévues : RéSEL

Repost 0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 15:49

La FCPE appelle à l’Ecole déserte en Seine Saint Denis de la maternelle au lycée, le jeudi 18 février 2010.

 

Cette année 2010 est marquée par une aggravation des conditions d’apprentissage sans précédent pour nos enfants tant dans le premier degré que le second degré.

L’inquiétude vient d’abord du non-remplacement des enseignants absents dans le 1er degré comme dans le deuxième degré. Depuis la rentrée ce sont des milliers de journées d’absences sans remplacement, ce sont des conditions d’enseignements qui se dégradent au détriment de nos enfants.

L’Education Nationale, une fois de plus, refuse d’ouvrir la liste complémentaire de l’UIFM. Cela est directement lié à la mise en place de la réforme par la masterisation avec suppression de l’UIFM.

Depuis plusieurs mois nous dénonçons la paupérisation des moyens mis par l’Education Nationale, et ce, malgré nos différentes actions. Le Rectorat persiste dans sa décision de continuer à supprimer des postes d’enseignants mettant en péril le bon fonctionnement des établissements. Le nombre d’heures de cours non assuré est en augmentation permanente.

Pour ces raisons la FCPE de Seine Saint-Denis appelle les parents d’élèves à ne pas mettre les enfants à l’école le 18 février 2010.

L’objectif de cette journée est de créer un mouvement départemental unitaire pour exiger dans chaque classe, devant chaque enfant, tous les jours, des enseignants formés.

Nous exigeons aujourd’hui la mise en place d’une Politique Publique d’Education Nationale qui assure la réussite de chaque enfant.

Il s’agit de porter des propositions nouvelles pour un système éducatif plus juste et plus égalitaire. Un système éducatif qui réponde pleinement aux besoins de la société, un système éducatif qui dispose à tous les niveaux des moyens nécessaires à ses missions et qui refuse les déterminismes scolaires et sociaux, un système éducatif qui relance la démocratisation de l’accès au baccalauréat, et diminue le nombre de sorties sans qualification.

• Pour un Service d’Education Public laïque et gratuit, de la maternelle à l’université.

 

• Pour la création de postes répondant aux besoins du service public et assurant

  l’amélioration des conditions d’étude des élèves et de travail des enseignants.

 

• Contre la suppression systématique de dizaines de milliers de postes.

 

• Pour l’abandon de l’actuelle réforme de la formation des maîtres, de ses textes

  d’applications concernant la formation.

 

• Contre le démantèlement des Réseaux d’Aides Spécialisés pour l’Aide

  aux Elèves en Difficultés !

 

• Pour la création d’un véritable pôle d’enseignants remplaçants, titulaires et formés,

  aux fins de pouvoir répondre dans de bonnes conditions, aux besoins de remplacement

  de courte et de longue durée.

 

• Pour le retrait de la réforme du Lycée Professionnel (bac pro 3 ans).

 

• Pour la promotion et le développement de l’école maternelle.

 

• Pour l’arrêt de la déstructuration du service public d’Enseignement Supérieur

  et de Recherche

 

• Pour une véritable politique de l’éducation prioritaire qui assure partout le droit

  à une éducation de qualité et à la réussite.

 

• Contre les logiques de mise en concurrence des établissements et des individus.

 

• Pour l’abandon de la suppression des cartes scolaires et universitaires.

APRES LA JOURNEE DU 30 JANVIER PARTICIPEZ MASSIVEMENT Á LA MANIFESTATION

LE 18 FÉVRIER Á 14 H 00  DU LUXEMBOURG AU MINISTÈRE DE L' ÉDUCATION NATIONAL.

 

L’Ecole Publique n’a pas la vocation de régler tous les problèmes de la société, elle en est une des principales victimes. La Politique gouvernementale en fragilisant les acteurs de la société civile fragilise l’Ecole Publique. Protéger et faire grandir la Société c’est protéger et faire grandir l’Ecole Publique.

 

LE 18 FEVRIER CEST AUTOUR DE CES VALEURS QUE NOUS NOUS RETROUVERONS, POUR L’ECOLE PUBLIQUE, POUR LE DROIT A LA REUSSITTE, POUR L’EGALITE DES CHANCES DE TOUS LES JEUNES DE NOTRE DEPARTEMENT.

Fait à Bobigny le lundi 15 février 2010.
Contact : CDPE 93 Tél. 01 41 60 81 10

Repost 0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 16:01


Depuis un an, les faits sont accablants : que faut-il de plus pour interrompre la mascarade SEDIF- Veolia ?

 

Le choix du délégataire se déroule loin des yeux des citoyens et de leurs élus. Les représentants au comité syndical ont pu consulter le cahier des charges de l’appel d’offres au siège du SEDIF pendant la semaine du 1er avril ! L’allotissement, un temps envisagé par M. Santini, a été enterré. La concurrence se réduit, une fois de plus, au duopole Veolia – Suez.

 

La rente des barons de l’eau continue de plus belle sur le dos des usagers. L’association UFC-Que Choisir avait évalué en 2008 la « surfacturation » de l’eau francilienne de 80 à 90 millions d’euros par an. Des audits commandés par le SEDIF lui-même ont conclu à des économies possibles de 40 à 45 millions d’euros par an. Royal, M. Santini consent à baisser en 2010 le tarif de l’eau (HT) de 1,76 € / m3 à 1,73 € / m3 soit 3 centimes d’euros !

De qui se moque-t-on ?

 

Les vases communicants fonctionnent bien entre des usagers ponctionnés de leur liquide et des actionnaires tout gonflés...

La rente ne paiera pas le double salaire que M. Proglio a été contraint de lâcher. Mais peut-être sa retraite pour laquelle Veolia aurait d’ores et déjà provisionné 13,1 millions d’euros. Et certainement les dividendes des actionnaires : pour quel risque ? Pas la rupture des canalisations dont l’état est plus dégradé dans le privé que dans le public ; mais c’est la faute des collectivités, déclarent en chœur Veolia et Suez !

 

Veolia dans le collimateur de la justice avec la perquisition des locaux d’une de ses filiales, la SADE en décembre dernier.

Ces investigations font suite à la saisine en septembre 2007 du Conseil de la Concurrence par l’UFC-Que Choisir. L’association de consommateurs s’étonnait des tarifs particulièrement élevés facturés au SEDIF pour le renouvellement des branchements en plomb. Le SEDIF se targue d’être au même niveau de prix que les autres maîtres d’ouvrage depuis 2006. Mais c’est entre 2001 et 2005 que 20 000 branchements ont été facturés au prix fort (1000 euros au-dessus du prix plafond fixé par l’agence de l’eau) à la collectivité, soit la bagatelle de 20 millions d’euros supplémentaires soldés par les usagers.

Quelle gabegie !

 

La pression monte du côté des usagers et des élus.

Le 4 décembre dernier, un collectif citoyen a occupé le siège du SEDIF, du jamais vu !

Les élus de l’Appel pour une gestion publique de l’eau ont été reçu à leur demande par la Haute autorité de la concurrence.

 

A sa création, la communauté d’agglomération « Est ensemble » annonce ne pas ré-adhérer au SEDIF (dont ses 9 communes étaient membres à titre individuel auparavant) : cela représente 400 000 habitants, soit environ 10% des usagers du SEDIF !

C’est une claque pour M. Santini : sa gestion autocratique finit par menacer l’existence même du SEDIF.

 

Devant le fiasco de la gestion actuelle confiée par le SEDIF à Veolia, l’urgence est de revenir à une gestion publique et transparente de l’eau en Ile-de-France.

 

Repost 0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 15:38

COMMUNIQUE DE LA FEDERATION POUR UNE ALTERNATIVE SOCIALE ET ECOLOGIQUE (FASE), ÎLE-DE-FRANCE, A PROPOS DES ELECTIONS REGIONALES

La Fédération constate avec regret que les partis du Front de Gauche (Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire) ont refusé les conditions d’une campagne unitaire et dynamique, en prise sur les luttes du mouvement social, à l’occasion des élections régionales de 2010 en Île-de-France comme dans d’autres régions.

 

Nous avions souhaité la constitution d’un véritable cadre unitaire pour l’élaboration des listes de candidature et du programme. Le Front de Gauche a choisi de rester seul décisionnaire, et de se borner à rendre compte de ses décisions à ses partenaires.

 

Nous avions souhaité que la campagne puisse être en Île-de-France tirée par une personnalité reconnue de tous les secteurs de la gauche et du mouvement social, le député communiste Patrick Braouezec, qui avait fait des propositions en vue d’une dynamique de convergences des mouvements et des luttes culturelles, écologiques et sociales, unitaires, de la lutte contre les inégalités aux alternatives à faire débattre aux projets de Sarkozy pour le Grand Paris.…

 

Le Parti Communiste Français s’y est opposé, et a imposé la candidature d’un homme de son appareil, largement inconnu dans les luttes, Pierre Laurent.

 

Nous avions souhaité que soit présentée en Seine Saint-Denis, en position d’être élue, une personnalité emblématique de la radicalité et du renouvellement de la vie politique, Clémentine Autain. Le PCF a mis son veto sur cette candidature, même en position inéligible.

 

Nous avions souhaité que les élus sortants Claire Villiers et Tarek Ben Hiba, tous deux issus du mouvement social, soient placés en tête de leurs listes départementales. Le Parti de Gauche s’y est opposé, exigeant dans ces deux départements que la tête de liste soit confiée à tel ou telle de ses responsables.

 

Nous avions souhaité qu’une place significative soit faite aux militantes et militants des quartiers populaires, et nous nous étions félicités de la participation aux discussions du Forum Social des Quartiers Populaires. Leurs propositions ont été considérées avec mépris par les partis du Front de Gauche, et leurs demandes sont restées sans réponse.

 

Des « offres individuelles » ont été présentées à deux de ses membres, l’une en position non éligible, et l’autre sous condition du retrait d’un des candidats soutenus par la Fédération.

Nous avions également souhaité une place significative pour la sensibilité écologiste en proposant en Val d’Oise un militant, Gilles Monsillon, donnant une visibilité à cette question politique décisive ; là encore, le choix a été fait de privilégier des candidatures d’appareil.

 

Les seuls candidats proposés par la Fédération dont l’éligibilité a été envisagée par les partis du Front de Gauche sont des élus sortants, élus en 2004 sur la liste constituée entre le PCF et Alternative Citoyenne en Île-de-France, dont trois sont partie prenantes de la Fédération.

 

Alors qu’en 2004, la liste avait pu être tirée par des militantes et militants significatifs du mouvement social, et obtenir un résultat inespéré, les partis du Front de Gauche ont ainsi préféré en 2010 s’attribuer le monopole de la désignation des candidats, entrouvrant tout au plus « leur » liste à des personnes dont ils se réservaient le choix.

 

Dans cette conjoncture, la Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique (FASE) prend acte de ce que les conditions ne sont pas réunies pour la campagne large et dynamique à laquelle elle aurait voulu contribuer.

 

Elle souhaite que la réélection des candidats présentés par Alternative Citoyenne en Île-de- France sur la liste du Front de Gauche, candidats qu’elle soutient, ne soit pas compromise par les choix de ses partenaires.

Elle souhaite aussi l’élection des militantes et militants qui veulent une nouvelle perspective à gauche, dont le candidat des Alternatifs.

Elle contribuera dans la mesure de ses moyens au succès au second tour d’une liste de gauche, excluant toute alliance avec le Modem ou d’autres fractions de la droite, et au développement du mouvement populaire pour imposer tant au niveau régional qu’au niveau national une politique nouvelle, sociale et écologique, centrée sur les intérêts du monde du travail, des quartiers populaires, des exclus et des populations victimes de la relégation et des discriminations.

 

Le 21 janvier 2010

Repost 0