Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 15:29



Appel à manifester le 13 mars 2010

 

 

Le 15 mars, qui marque la fin de la trêve hivernale et le retour des expulsions, risque cette année d’être dramatique pour un nombre croissant de personnes. Avec la crise, la montée du chômage et les effets de la loi Boutin – qui a réduit par trois les délais d’expulsion – davantage de locataires sont menacés, alors que les loyers et les charges ont partout atteint des niveaux historiques. Demain l’huissier peut frapper à n’importe quelle porte, locataire, accédant, occupant précaire ...

La flambée des loyers, de l’immobilier, et des charges, y compris en HLM, conjuguées à la baisse des revenus, a rendu difficile voire impossible l’accès à un logement stable pour les familles populaires, les salariés modestes, les jeunes, les précaires, les personnes vulnérables.

La cherté du logement réduit le pouvoir d’achat des ménages, voire les précarise. L’offre de logements à loyer abordable est très nettement insuffisante. Les formes d’habitat précaire se développent, les marchands de sommeil s’enrichissent, la crise du logement s’étend.

En 2010, le budget de l’Etat en faveur du logement social est en baisse. Le gouvernement ne tient pas ses engagements. De nombreuses familles sont expulsées sur autorisation de certaines Préfectures, alors qu’elles doivent les reloger en vertu de la loi DALO (droit au logement opposable de 2007). La loi Boutin a encore restreint les droits des locataires (entorses au droit au maintien dans les lieux), tandis que les nouvelles « Conventions d’utilité sociale » organisent la marchandisation du parc HLM.

La nouvelle « Garantie des risques locatifs », vantée par le gouvernement, ne s’accompagne d’aucune mesure en faveur d’un encadrement des loyers et ne s’attaque donc pas au coeur du problème. Rien n’est fait pour encadrer le marché, décourager la spéculation et la vacance des logements, et faire reculer la crise du logement.

 

Dans ce contexte, nous exigeons :

· Un moratoire sur les expulsions locatives ;

· Le droit à un logement stable, au lieu de la précarisation des locataires ;

· L’encadrement des loyers et des charges, la taxation de la spéculation immobilière,
  pour rendre le logement accessible à tous ;

· La réalisation massive de vrais logements sociaux ;

· L’application de la loi de réquisition;

· Le refus de la marchandisation du logement social et l’abrogation de la loi Boutin.

 

Premiers signataires : CNL, CSF, DAL, ACDL, ADVOCACY, Bagagérue, FSU, LDH, Union Syndicale Solidaires…

Avec les premiers soutiens de : Les Alternatifs, Parti de Gauche, Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, Les Verts…

 

Pour voir la liste des initiatives prévues : RéSEL

Repost 0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 15:38

COMMUNIQUE DE LA FEDERATION POUR UNE ALTERNATIVE SOCIALE ET ECOLOGIQUE (FASE), ÎLE-DE-FRANCE, A PROPOS DES ELECTIONS REGIONALES

La Fédération constate avec regret que les partis du Front de Gauche (Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire) ont refusé les conditions d’une campagne unitaire et dynamique, en prise sur les luttes du mouvement social, à l’occasion des élections régionales de 2010 en Île-de-France comme dans d’autres régions.

 

Nous avions souhaité la constitution d’un véritable cadre unitaire pour l’élaboration des listes de candidature et du programme. Le Front de Gauche a choisi de rester seul décisionnaire, et de se borner à rendre compte de ses décisions à ses partenaires.

 

Nous avions souhaité que la campagne puisse être en Île-de-France tirée par une personnalité reconnue de tous les secteurs de la gauche et du mouvement social, le député communiste Patrick Braouezec, qui avait fait des propositions en vue d’une dynamique de convergences des mouvements et des luttes culturelles, écologiques et sociales, unitaires, de la lutte contre les inégalités aux alternatives à faire débattre aux projets de Sarkozy pour le Grand Paris.…

 

Le Parti Communiste Français s’y est opposé, et a imposé la candidature d’un homme de son appareil, largement inconnu dans les luttes, Pierre Laurent.

 

Nous avions souhaité que soit présentée en Seine Saint-Denis, en position d’être élue, une personnalité emblématique de la radicalité et du renouvellement de la vie politique, Clémentine Autain. Le PCF a mis son veto sur cette candidature, même en position inéligible.

 

Nous avions souhaité que les élus sortants Claire Villiers et Tarek Ben Hiba, tous deux issus du mouvement social, soient placés en tête de leurs listes départementales. Le Parti de Gauche s’y est opposé, exigeant dans ces deux départements que la tête de liste soit confiée à tel ou telle de ses responsables.

 

Nous avions souhaité qu’une place significative soit faite aux militantes et militants des quartiers populaires, et nous nous étions félicités de la participation aux discussions du Forum Social des Quartiers Populaires. Leurs propositions ont été considérées avec mépris par les partis du Front de Gauche, et leurs demandes sont restées sans réponse.

 

Des « offres individuelles » ont été présentées à deux de ses membres, l’une en position non éligible, et l’autre sous condition du retrait d’un des candidats soutenus par la Fédération.

Nous avions également souhaité une place significative pour la sensibilité écologiste en proposant en Val d’Oise un militant, Gilles Monsillon, donnant une visibilité à cette question politique décisive ; là encore, le choix a été fait de privilégier des candidatures d’appareil.

 

Les seuls candidats proposés par la Fédération dont l’éligibilité a été envisagée par les partis du Front de Gauche sont des élus sortants, élus en 2004 sur la liste constituée entre le PCF et Alternative Citoyenne en Île-de-France, dont trois sont partie prenantes de la Fédération.

 

Alors qu’en 2004, la liste avait pu être tirée par des militantes et militants significatifs du mouvement social, et obtenir un résultat inespéré, les partis du Front de Gauche ont ainsi préféré en 2010 s’attribuer le monopole de la désignation des candidats, entrouvrant tout au plus « leur » liste à des personnes dont ils se réservaient le choix.

 

Dans cette conjoncture, la Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique (FASE) prend acte de ce que les conditions ne sont pas réunies pour la campagne large et dynamique à laquelle elle aurait voulu contribuer.

 

Elle souhaite que la réélection des candidats présentés par Alternative Citoyenne en Île-de- France sur la liste du Front de Gauche, candidats qu’elle soutient, ne soit pas compromise par les choix de ses partenaires.

Elle souhaite aussi l’élection des militantes et militants qui veulent une nouvelle perspective à gauche, dont le candidat des Alternatifs.

Elle contribuera dans la mesure de ses moyens au succès au second tour d’une liste de gauche, excluant toute alliance avec le Modem ou d’autres fractions de la droite, et au développement du mouvement populaire pour imposer tant au niveau régional qu’au niveau national une politique nouvelle, sociale et écologique, centrée sur les intérêts du monde du travail, des quartiers populaires, des exclus et des populations victimes de la relégation et des discriminations.

 

Le 21 janvier 2010

Repost 0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 15:42


ENSEMBLE FAISONS VIVRE ET GRANDIR LA GAUCHE SOCIALE ECOLOGIQUE ET CITOYENNE

La FASE est parti prenante des listes « Ensemble, pour des régions à gauche, solidaires, écologiques et citoyennes » qui rassemble le Front de Gauche (Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire), les Alternatifs, la Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique (FASE), le Mouvement Politique d’Éducation Populaire (M’PEP), le Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF), République et Socialisme.

Ce large rassemblement peut et doit incarner une gauche renouvelé, ouverte, populaire, dynamique et citoyenne. Une gauche rompant avec les politiques libérales-sécuritaires, sociales libérales, la délégation de pouvoir et qui mette en œuvre des mesures sociales et écologiques.

 

Or, à moins de 4 mois d’un scrutin ou les citoyens, électeurs d’Ile de France seront appelés à se prononcer sur le projet politique qu’ils souhaitent pour la région capitale, nous considérons que loin de mettre en œuvre les conditions de réussite des listes « Ensemble, pour des régions à gauche, solidaires, écologiques et citoyennes », les dernières décisions et propositions de partenaires des listes « Ensemble.. » risque au contraire de rétrécir la portée de notre rassemblement et mettre, davantage encore, en difficulté notre ambition d’une gauche porteuse d’espérance.

 

Le choix de notre tête de liste régionale.

Nous soutenons la candidature de Patrick Braouzec pour la tête de liste régionale en Ile de France. Elle nous semble être la marque d’une forte ambition pour la région, pour la dynamique de nos listes. Un autre choix basé sur des considérations partisanes et qui ne serait pas le fruit de discussions entre les diverses composantes de notre rassemblement compromettrait la mise en mouvement des forces, diverses, et encore disponible pour s’investir dans la campagne électorale.

 

La constitution des listes départementales et le déroulement d’une campagne collective.

De la même manière, la constitution des listes départementales doivent être le résultat d’un processus démocratique, respectueux des forces qui composent notre rassemblement, et refléter la diversité sociale, culturelle, citoyenne, politique de nos départements.

Donner corps à la vitalité de notre rassemblement, s’allier plutôt que se rallier sont, nous semble t-il, des conditions de bases pour une campagne qui se construira collectivement dans l’ouverture et la participation la plus grande.

Ne décevons pas une nouvelle fois les attentes populaires pour une gauche sociale, écologique et citoyennes. Donnons-nous les moyens de réussir à faire grandir cet espoir

 

Repost 0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 09:54

 

Dans les villes de Montreuil, Romainville, Pantin, Le Pré Saint Gervais, Les Lilas, Noisy-le-Sec, Bagnolet, Bondy, Bobigny, un projet de communauté d’agglomération est réalisé à marche forcée par les différents maires, en l’absence de projets communs clairement identifiés et en l’absence de la population. Une démarche qui augure mal de la suite !

Sur le principe, nous ne sommes pas opposés à l’intercommunalité. Encore faut-il :
-qu’elle se construise à partir de projets et avec la population ;
-qu’elle ne se réduise pas à une tranche fiscale supplémentaire pour compenser des finances communales mises à mal par les transferts de charges de l’Etat;
-qu’elle se fasse dans de bonnes conditions (statuts) pour les fonctionnaires territoriaux.

Nous sommes intéressés à coopérer avec les autres villes, à mettre en commun nos expériences et nos atouts mais nous ne nous inscrivons pas dans une logique de pôles de compétitivité et de guerre économique pour attirer ici des emplois supprimés ailleurs. Nous souhaitons re-localiser l’économie en répondant mieux aux besoins des populations.

Si nous sommes critiques, nous sommes en même temps constructifs, voici ce que nous proposons :

DEMOCRATIE ET CITOYENNETE

-vu l’étendue du transfert de compétences des communes à l’agglomération qui va donner à celle-ci l’essentiel des pouvoirs locaux, nous souhaitons que le Conseil d’agglomération soit élu au suffrage universel direct (ouvert aussi aux résidents étrangers) et à la proportionnelle. Ce qui exige un changement de la loi actuelle.

Mais sans attendre, nous voulons:
-la présence d’élus d’opposition de chaque ville au sein du Conseil d’agglomération
-la mise en place d’un conseil des habitants ouvert aux associations et aux élus minoritaires
-l’annonce publique des ordres du jour du Conseil d’agglomération.

-le recensement des projets existants dans chaque ville ou déjà communs à plusieurs villes qui pourraient devenir des projets pour la communauté et leur mise en débat dans chaque ville puis au niveau de la communauté.

SOCIAL ET ECOLOGIE

-favoriser l’accès à la culture pour tous avec un même tarif dans l’agglomération pour tous les équipements culturels et sportifs.

-développer un plan de circulations douces à l’échelle de l’intercommunalité.

-agir pour le retour à une gestion publique directe de l’eau et plus généralement pour un retour au public des services rendus à la population aujourd’hui massivement délégués au privé.


Fédération pour une alternative sociale et écologique- Montreuil-Bagnolet-22/09/09
Repost 0