Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 16:04

Roms communique FASEGAPG.pdf20130503160314                 

 

 

Communiqué FASE/GA/Parti de Gauche

 

Jeudi 2 mai au matin, les familles roms qui squattaient la friche voisine du palais des congrès, rue de Paris à Montreuil, ont été expulsées par les forces de police.

Aucune solution acceptable de relogement ne leur a été proposée par la préfecture dont la responsabilité est directement mise en cause.

L’exclusion, le rejet, l’expulsion ne sont pas des réponses à la misère et à l’errance des familles roms de la rue de Paris ou d’ailleurs. Comme nous l’a démontré des situations similaires en Ile-de-France, l’expulsion d’un terrain d’un campement ne règle aucun des problèmes auxquels ces populations, et les villes où elles se trouvent, sont confrontés.

Le recours à la force publique qu’elle soit nationale ou municipale ne vient qu’accroitre l’injustice et la précarité dans lesquelles se trouvent ces familles.

Nous demandons qu’une réunion d’urgence soit organisée, qu’elle associe les pouvoirs publics concernés (Préfecture, Municipalité, Agglomération), les élus, les organisations et associations qui travaillent auprès des roms pour définir ce qu’il est possible ou pas, de faire à court et moyen terme.

C’est une solution digne et pérenne de relogement pour toutes les familles concernées qui doit être recherchée en tenant compte des problématiques de santé et de scolarisation.

Nous demandons une table ronde régionale en sachant qu’il y a 20 000 roms en France et qu’environ 30 à 40% sont en Seine-Saint-Denis  et en Ile-de-France.

La politique d’expulsion et d’exclusion reste une constante gouvernementale qui transcende les lignes politiques. Face cette réalité, nous opposons notre solidarité et nous affirmons que les roms citoyens européens ne peuvent pas être les boucs émissaires des politiques d’austérités qui s’appliquent à tous.

 

Montreuil le 3 mai 2013

Repost 0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 11:12


            FDG  
 

 

 

 

 

Front de Gauche Seine-Saint-Denis

 

 

Le 16 avril 2013

 

Sénateurs, vous pouvez encore faire barrage au MEDEF !

 

 

L’Accord National Interprofessionnel (ANI) sur une prétendue « sécurisation de l’emploi » a été voté mardi 9 avril à l’Assemblée nationale par 250 voix favorables, 26 contre, et 278 abstentions.

 

Malgré le rabâchage médiatique sur le "grand acquis" pour les salariés que représenterait la généralisation d’une complémentaire santé dans toutes les entreprises, le texte adopté ouvre la voie à un dépeçage en règle du Code du Travail, pour le grand bénéfice du patronat.

 

Les députés viennent en effet de lui offrir notamment : l’accélération et la sécurisation pour l’employeur de ses plans sociaux ; la modulation imposée des salaires et du temps de travail en cas de difficultés de l’entreprise sous peine de licenciement ; la mobilité interne forcée ; l’affaiblissement des instances représentatives du personnel (CE, CHSCT, …) et le raccourcissement des délais de la prescription prud’homale ; …

Malgré le combat et le décryptage mené par les syndicats et le Front de Gauche contre cet accord « made in Medef », 236 députés socialistes sur 293 ont voté pour, aidés par l’abstention des députés EELV.

 

Seulement 6 députés PS ont joint leur vote à celui des députés Front de gauche contre cette loi de régression sociale.

Quant aux députés de droite, ils se sont abstenus par pure stratégie alors qu’ils partagent le contenu de ce texte dont le principal auteur est leur allié de toujours : le MEDEF.

 

En, Seine-Saint-Denis, 7 députés PS ont voté pour l’ANI, un s’est réfugié dans l’abstention.

 

Après le vote du traité Sarkozy-Merkel en novembre 2012, c’est un nouveau coup, terrible, qui est porté aux salariéEs qui attendaient le changement.

Pour nous, c’est un énième reniement dans une liste déjà longue.

 

Alors que la bataille parlementaire se poursuit désormais au Sénat, il est encore possible de défaire le néfaste texte du MEDEF.  Seul le soutien d'une partie de la droite et le vote unanime des sénateurs PS peut désormais permettre le vote définitif du texte.

 

Le groupe Front de Gauche au Sénat - dans le prolongement de la bataille acharnée menée par celui de l'Assemblée Nationale - s'appuiera sur les mobilisations du monde du travail et s’opposera  à toutes les mesures destructrices de ce texte.

Il poursuivra son travail pour l'adoption de dispositions réellement destinées à sécuriser l'emploi et la formation des salariés, l’instauration de nouveaux droits pour les salariés, de nouveaux pouvoirs pour leurs organisations syndicales ou pour promouvoir un véritable service public de l'emploi.

 

Dans un département qui compte 12,4 % de chômeurs au dernier trimestre 2012, aucun Sénateur de Gauche en Seine-Saint-Denis ne peut tourner le dos au changement attendu depuis un an par les séquano-dyonisiens qui ont très largement voté pour chasser Sarkozy et la droite des pouvoirs en 2012 et engager notre pays sur la voie du changement dont les salariéEs et la majorité de la population ont un besoin urgent.

Assez des plans de licenciement à répétition, assez des catastrophes sociales comme à PSA contre lesquels le gouvernement ne fait rien !

 

Alors que les politiques d'austérité, menées par F. Hollande et J.M. Ayrault, exigées par les forces de l'argent démontrent chaque jour toujours plus leur nocivité, il y a urgence à prendre enfin le chemin du progrès social et d'une autre répartition des richesses et des pouvoirs. Il est plus que temps d'affronter la finance !

 

Les déclarations publiques d’un certain nombre de parlementaires socialistes le confirment, la majorité présidentielle ne doit pas satisfaire aux exigences menaçantes du patronat et de la finance !

 

Nous appelons solennellement les 3 sénateurs PS et EELV à faire barrage à l’ANI qui, ils le savent bien, n’a d’autre objectif que de casser le Code du travail et précariser davantage la population de Seine-Saint-Denis.

 

D’ores et déjà, les militants du Front de Gauche de Seine-Saint-Denis seront présents et appellent à être massivement aux cotés des salariés et de leurs syndicats,

 

 

le mercredi 17 avril à 12H rue de Tournon (face au Sénat), pour s’opposer à l’ANI.

 

 

pcf_1.pngLogo-PG.jpg Logo_Gauche_unitaire.png Logo-GA-copie-1.jpg ceta_signature.jpg FAsebanniere

 

 

Contacts Presse:

Michel Bidaux - tel. 06 77 46 71 23 / mail : michel.bidaux@gmail.com

Arnaud Lozzi – tel.  01.48.39.93.93 ou 06 20 20 74 40 / mail : alozzi@93.pcf.fr

Repost 0
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 17:06

 

 amnesty_logo-copie-1.png

 

 

Des milliers de Roms sont victimes d’expulsion forcée des bidonvilles, campements informels et squats qu'ils occupent.

 

La plupart du temps, des familles entières sont ainsi mises à la rue, souvent sans la moindre solution de relogement ou avec la promesse d’un hébergement provisoire et insuffisant.

Chassées de chez elles, privés de toute protection juridique, ces familles se retrouvent dans une situation encore plus précaire car la loi française ne protège pas les personnes contre des expulsions forcées. Ces expulsions forcées à répétition sont traumatisantes et plongent les familles dans des situations critiques. Elles aggravent leur pauvreté, perturbent la scolarisation des enfants, l’accès aux soins et anéantissent toute chance d’intégration et d’insertion sociale.

 

Roms-Montreuil-546278_france-roma-police-politics--copie-1.jpg

Il est temps de mettre un terme aux expulsions forcées en France

Signez la pétition d'Amnesty International!

 

 

Repost 0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 15:20

ir-77e69.png

 

 

Pauvreté, immigration, assistanat, fraude... : cassons les idées reçues. Nous vous invitons à déconstruire des préjugés et des stéréotypes répandus sur la pauvreté et les pauvres, afin que ceux-ci cessent d’être les boucs émissaires des maux de nos sociétés et qu’ils deviennent au contraire des partenaires à part entière dans la construction d’un monde plus juste.

 

LIRE LA SUITE...

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 15:10

banniere-opposition.jpg

 

Communiqué des groupes des élus communistes/FASE, RGC/PG, PS, RSM

 

Oui au droit de vote des résidents étrangers !

 

Le droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales est défendu depuis de nombreuses années par des associations, des syndicats et des partis politiques.

 

Si les citoyens européens disposent de ce droit aux élections locales, ce n’est pas le cas des résidents « non communautaires ». Pourtant, la plupart d’entre eux vivent depuis longtemps sur notre territoire. Ils y travaillent, ils y militent et s’acquittent de leurs devoirs, notamment en payant des impôts. 

 

Dans une ville comme Montreuil, où plus de 90 nationalités s’additionnent sans jamais se diviser, cette question a un écho particulier. Car la citoyenneté ne se résume en rien à la seule nationalité. C’est tous les jours que nous constatons à quel point l’engagement de nombreux habitants de notre ville dépasse le simple cadre étriqué de la nationalité.

 

La citoyenneté c’est bien plus qu’une carte d’identité !

 

C’est une promesse ancienne de la gauche, qui n’a que trop tardé à être appliquée. Aujourd’hui le Président de la République, François Hollande s’est engagé à ce qu’enfin promesse soit tenue. Mais il faut continuer à mobiliser l’opinion publique et encourager les parlementaires de gauche, du centre, et même de droite, qui pensent qu’il n’est plus acceptable qu’une telle discrimination demeure sur le territoire français.

 

Mercredi 6 février, à l'appel d'une trentaine d'organisations, d’associations (LDH, RESF...) et de syndicats (CGT, CFDT, FSU, Solidaires...) de notre ville, un grand rassemblement de soutien au droit de vote des résidents étrangers est organisé.

 

Même si cette manifestation a fait l’objet d’une récupération peu glorieuse de la part de la majorité municipale qui a volontairement omis d’associer bon nombre d’organisations et de groupes politiques locaux et nationaux pourtant engagés, eux aussi, de longue date dans ce combat, nous, élus communistes/FASE, du Parti de Gauche, du Parti Socialiste, du Rassemblement de la Gauche Citoyenne et de Renouveau Socialiste à Montreuil, appelons les Montreuillois à venir nombreux en salle des fêtes de la mairie de Montreuil à partir de 19h le mercredi 6 février pour soutenir cette juste modification législative.

 

Retrouvez plus d’information sur le site de la Ligue des droits de l’homme www.droitdevote2014.org.

 

droitdevote2014.jpg

Repost 0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 17:17

FDG.jpg

 

Le Front de Gauche appelle à manifester massivement les 19 et 27 janvier 2013 en faveur du droit au mariage et à l’adoption pour toutes et tous et du recours à la PMA pour les couples de femmes  


Ce dimanche 13 janvier, une nouvelle manifestation est prévue par les mouvements politiques et sociaux opposés au mariage, à l’adoption, à la filiation et à la PMA pour tou-te-s. Depuis plusieurs mois, ces secteurs, enhardis par la frilosité du gouvernement et de la majorité parlementaire, mènent une importante offensive idéologique pour empêcher l’avancée politique et sociale majeure que représente l’adoption d’une telle loi.
Les débats sur la « loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe » offrent en effet l’occasion historique de supprimer les inégalités en droits qui légitiment les discriminations envers les personnes LGBT. C’est l’honneur et la responsabilité de toute la gauche non seulement d’assumer fièrement les valeurs égalitaires et progressistes inhérentes à ce combat mais aussi de mener bataille pour faire avancer toute la société dans cette voie. Telle est en tous les cas la position que nous défendons au Front de gauche. Comme l’affirme notre programme partagé L’Humain d’abord : « Nous adopterons une loi pour l’égalité qui éradiquera toute discrimination. Les droits du PACS seront renforcés. Le droit au mariage et à l’adoption sera reconnu aux couples homosexuels. Les femmes lesbiennes auront accès à la procréation médicalement assistée. » C’est le sens et le contenu de la proposition de loi N°119 déposée notamment par Marie-George Buffet « tendant à lever les discriminations reposant sur le sexe, le genre et l'orientation sexuelle en matière de filiation ».

Nous défendons le droit au mariage pour toutes et tous par conviction raisonnée que la liberté de choix est essentielle à chacune et chacun, et que l’égalité devant la loi, comme norme de la société, est porteuse d’un message sans équivoque qui délégitime les discriminations.

Nous défendons le droit à l’adoption parce que nous pensons que les personnes LGBT ne forment pas de moins bons parents que les autres et qu’ils ont autant d’amour à transmettre à des enfants.

Nous défendons aussi l’intégration du droit à la procréation médicalement assistée pour les femmes lesbiennes car, une fois évacuée la conception qui assigne une valeur inférieure à celles et ceux qui s’écartent d’une soi-disant norme hétérosexuelle, le cœur du débat est la filiation fondée sur l’engagement parental. Les lois de bioéthique ont consacré la valeur de l’engagement du compagnon stérile lors d’une PMA avec don de sperme : le compagnon de la mère a accès aux mêmes facilités pour faire reconnaitre sa filiation qu’un père biologique. Cette vérité selon laquelle ce sont l’amour et l’engagement parental qui fondent la filiation doit nécessairement s’appliquer pour les couples de femmes lesbiens. Dans un couple de femmes, aussi bien la parturiente que celle qui l’accompagne sont mères toutes deux. Par ailleurs, une femme seule recourant à la PMA a un projet parental tout aussi cohérent qu’une personne seule qui adopte.

C’est pourquoi, le Front de Gauche exige du gouvernement qu’il s’engage fermement et publiquement sur ces trois revendications légitimes et demande à la majorité parlementaire de les voter.

pma-ok-72 petit

Dans le même temps, le Front de Gauche regrette la gestion calamiteuse de ce dossier par le gouvernement et ses continuelles hésitations, retours en arrière qui ont aboutit à affaiblir le soutien populaire largement majoritaire il y a encore quelques mois à cette loi. S’ajoutent à ces revirements le fait que le Gouvernement, en plein débat sur l’égalité des droits, a annoncé son renoncement à lever l’interdiction systématique du don du sang pour tout homme ayant des rapports sexuels avec des hommes, qui était un autre engagement de campagne de François Hollande ainsi que de toute la gauche.

Après la manifestation pour l’Egalité du 16 décembre à Paris, le Front de Gauche sera de nouveau présent sur les prochaines mobilisations début 2013, afin de réclamer une grande loi d’égalité et non une loi « à minima »: le 19 janvier sur les mobilisations décentralisées partout en France et le 27 janvier lors de la grande manifestation nationale à Paris.


Paris le 9 janvier 2013

Repost 0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 15:01

 

Recensement des évacuations forcées de lieux de vie occupés par des Roms étrangers en France (Année 2012)


Par Philippe Goossens

 

 

En dépit des discours d’ouverture, le nouveau gouvernement socialiste a développé dans la réalité une politique au moins aussi destructrice et nocive que ne l’avait fait le gouvernement précédent. Il a exercé une pression sans précédent sur cette population : 66% du total des personnes évacuées en 2012 le fut sous son autorité durant les six derniers mois.


De plus, le nombre de personnes évacuées durant le 3ème trimestre a battu tous les records (5 223 au 3ème trimestre 2012 comparé à 3 283 durant le même trimestre 2011). Le nombre de personnes ayant reçu une OQTF (1728 en 2012 comparé à 850 en 2011) est lui aussi en nette augmentation.


Les chiffres montrent que depuis la mise en application de la circulaire interministérielle le 26 août 2012 « relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites », les choses n’ont pas changé : les personnes sont la plupart du temps tout simplement mises à la rue sans aucune solution alternative. Durant les six derniers mois, 63 évacuations forcées (sur un total de 97 pour l’année) ont été menées par les forces de l’ordre dont seulement 15 (sur un total de 19 pour l’année) l’ont été accompagnées d’une solution partielle de relogement (qui est très souvent nettement insuffisante et temporaire). Les activités et les pressions de l’OFII ne se sont pas relâchées (présence sur les terrains avec les forces de l’ordre avant et pendant les évacuations) et les rapatriements par charter se sont succédés à une cadence mensuelle jusqu’au mois de novembre.


Malgré des rappels à l’ordre très fermes de l’ONU, malgré les nombreuses protestations d’ONG françaises et internationales, tout indique que la politique menée par l’état français à l’égard des Roms est raciste et discriminatoire. Il suffit d’observer le nombre élevé de personnes évacuées de force par les autorités (9 404) par rapport au nombre estimé de Roms étrangers présents sur le territoire français (de 15 à 20 000).

De fait, selon le Rapporteur Spécial de l’ONU sur les droits des migrants, François Crépeau, « l'objectif ultime semble être l'expulsion de France des communautés migrantes Rom »

 

 

Lire toute l'étude

 

Source : Romeurope

 

Source :

Repost 0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 16:58

 

Le suffrage universel a été une longue conquête dans l’histoire de la République.


Si, en 1793, lors de la Révolution, la première République en adopta le principe, il fut réellement mis en oeuvre par la IIe République, après la Révolution de 1848. Mais le suffrage resta limité aux hommes jusqu’en 1944, lorsque fut enfin instauré, à la Libération, le droit de vote pour les femmes. Trente ans plus tard, en 1974, l’âge du droit de vote fut abaissé de 21 à 18 ans.


En 1998, les étranger(e)s citoyen(ne)s des pays de l’Union européenne résidant en France ont été admis(es) au vote et à l’éligibilité pour les élections municipales et au Parlement européen.

En mai 2000, l’Assemblée nationale vote une proposition de loi accordant le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales pour les étranger(e)s extracommunautaires, qui résident légalement sur le territoire depuis cinq ans au moins. Le Sénat, à son tour, le 8 décembre 2011, adopte cette même proposition. Il reste à mettre en oeuvre la révision constitutionnelle nécessaire.


De nombreux(ses) responsables politiques de gauche, et aussi du centre et de droite, se sont exprimé(e)s en faveur de ce droit.

 

4966145-7414393.jpg


En 2012, lors des élections présidentielles et législatives, la nouvelle majorité a inscrit cette réforme dans son programme. Conformément à ses engagements dans sa déclaration de politique générale, le Premier ministre, en juillet puis en septembre, a promis qu’il y aurait un projet de loi en 2013.


Près de deux millions et demi d’étranger(e)s extracommunautaires vivent et travaillent dans des communes où elles/ils participent à la vie locale et paient des impôts. Nombre d’entre elles/eux sont responsables d’associations, délégué(e)s de parents d’élèves, délégué(e)s syndicaux(cales)...


La vie locale est un lieu essentiel de la vie démocratique et il n’existe aucune raison pour que toutes celles et tous ceux qui résident sur ces territoires n’y participent pas de façon égale. Il est temps de franchir une nouvelle étape pour l’élargissement du suffrage universel, la démocratie, la cohésion sociale et pour l’égalité des droits.

Les promesses électorales faites depuis plus de trente ans, approuvées par les électeurs(trices) à au moins quatre reprises, depuis 1981, doivent maintenant être tenues.

 

 

 Signez et partagez l'appel!

 

 

 droit de vote etrangers

Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 17:11

COMMUNIQUE DES ELUS DES GROUPES RGC/PG et PCF/FASE

 

Dominique ATTIA, Stéphane BELTRAN, Muriel BENSAID, Jean-Jacques SEREY,

Danièle CREACHCADEC, Gaylord LE CHEQUER, Juliette PRADOS

 

 

image001-copie-1

 

 

C'est aux noms des élus des groupes Rassemblement de la Gauche Citoyenne, Parti de Gauche et Communiste/FASE qu'a été officiellement déposé, ce jour, la demande d'inscription à l'ordre du jour de notre prochain Conseil Municipal d'un voeu qui permettrait aux élus de Montreuil de s'engager publiquement en faveur de la légalisation du mariage entre personnes de même sexe.


Nous souhaitons et espérons que notre démarche sera soutenue par l'ensemble de nos collègues et proposons donc que la conférence des Présidents puisse formaliser cette inscription à l'ordre du jour au nom de l'ensemble des groupes du Conseil.


C'est à Dominique VOYNET qu'appartiendra, sur la base de l'avis de la conférence des Présidents qui se tiendra lundi soir, de décider du sort de cette démarche que nous voulons consensuelle et constructive.

 

VOEU DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTREUIL

(PROJET)

 

Après les Pays-Bas, la Belgique, l'Espagne, la Norvège, la Suède, le Portugal, l'Islande, le Canada, l'Afrique du Sud et l'Argentine, la France ouvre le débat qui devrait pouvoir nous mener, à notre tour, à l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe. 

 

Ce faisant, la France mettrait en œuvre, dans les actes, plusieurs résolutions adoptées par le Parlement européen en vue « d’abolir toute forme de discrimination dont sont encore victimes les homosexuels, notamment en matière de droit au mariage et d’adoption d’enfants ». 

 

En autorisant le mariage de personnes de même sexe, la France franchirait une nouvelle étape importante dans la reconnaissance d’un droit égal entre les couples homosexuels et hétérosexuels.   

 

Plus de 13 ans après le pacs (qui ne garantit ni la même reconnaissance sociale que le mariage, ni les mêmes droits, notamment en termes de pensions de réversion) et comme le soulignait Fabrice - dont le mariage avec Alexis a été célébré le 11 février dernier par notre collègue Claudine Cordillot, Maire de Villejuif - c’est « non pas pour faire comme les autres, mais pour avoir des droits comme les autres » que cette autorisation du mariage civil entre couples du même sexe est légitime. Il en va de l'égalité républicaine entre les citoyens. 

 

Il est grand temps de mettre fin à l’une des principales discriminations dont sont encore victimes les citoyens du seul fait de leur orientation sexuelle.

 

A l’initiative de parlementaires, le plus souvent de gauche, des propositions de loi visant à légaliser le mariage entre personnes de même sexe ont été présentées en 2006, 2008 et en juin 2011. Elles ont toutes été refusées. Aujourd’hui, la donne peut et doit changer. Il faut pour cela sortir des débats réactionnaires dans lesquels veulent nous enfermer les farouches opposants au mariage et aux homosexuels eux-mêmes.   

 

En se prononçant publiquement et clairement en faveur de la légalisation du mariage civil pour les couples de même sexe, les élus de Montreuil entendent démontrer une nouvelle fois leur détermination à lutter pour l’égalité et contre toutes les discriminations. C'est le sens du voeu présenté et adopté en séance du Conseil municipal.

 

Considérant que la non-reconnaissance du mariage des couples de même sexe constitue une forme majeure de discrimination et une rupture du principe d’égalité, et qu’une loi mettant fin à cette anomalie participerait d’un progrès général de notre société,

 

Considérant que l'ouverture du mariage aux couples de même sexe apporterait aux familles homoparentales des droits et une reconnaissance juridique,

 

Le Conseil Municipal de Montreuil :

 

  • affirme sa détermination à ce que le principe républicain d’égalité soit pleinement respecté et demande, par conséquent, que le droit au mariage soit élargi aux couples de même sexe

 

  • apportera son soutien à tout projet de loi allant en ce sens

 

Les Conseillers Municipaux de Montreuil s’engagent, chaque fois que cela leur sera demandé dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions, à célébrer les mariages de couples de même sexe. 

Repost 0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 10:09

 

La santé : une urgence ! Un droit prioritaire ! Communiqué de Notre Santé En Danger

Malgré des manifestations coordonnées, du 1er au 7 octobre, en Angleterre, en Belgique, en Crète, en Espagne, en France, en Grèce, en Italie, au Portugal, en Pologne.

Malgré le défilé à Paris, le 6 octobre, de très nombreuses délégations* venues de toute la France à l'appel unitaire d'un large collectif d'organisations.

Malgré différentes demandes de rendez vous avec Matignon, nous n'avons eu pour toute réponse qu'une rue barrée, des cars bien rangés de forces de l'ordre, le refus de recevoir citoyens et citoyennes et les associations qui se battent pour le bien public.

Nous pensions en avoir fini avec le mépris du gouvernement précédent.
Concrètement depuis l'arrivée au pouvoir de François Hollande le changement pourtant indispensable se fait attendre, la Santé n'a pas été inscrite parmi les priorités du gouvernement, la loi HPST s'applique toujours comme à Marie Galante et à Vire, nous ne constatons aucune réelle remise en cause de ce qui rend l'accès aux soins de plus en plus difficile : franchises et forfaits, dépassements d'honoraires, fermetures de structures de soins publiques : la liste est longue ...


Le Projet de Loi sur le Financement de la Sécurité Sociale va bientôt être débattu. Nous n'accepterons pas un budget d'austérité.


Nous appelons à poursuivre dans une démarche unitaire, les mobilisations nécessaires pour obtenir des réponses à la hauteur des enjeux.
Nous appelons les mouvements sociaux, les habitants et habitantes de toute la France, à réagir rapidement, à lutter ensemble pour obtenir le droit à la santé pour toutes et tous, sur tout le territoire.

Nous appelons à interpeller nos élu.es afin qu'ils et elles se saisissent prioritairement du dossier de la santé publique, tant la situation est grave, et qu'ils et elles fassent remonter au Premier Ministre notre demande réitérée d'entrevue !

 

Nous continuerons à faire signer la pétition :

http://www.petitionenligne.fr/petition/pour-notre-sante-le-changement-c-est-urgent/2931

"Notre Santé en Danger" continue, nous sommes unis, nous n'abandonnerons pas !

Paris - le 10/10/2012Contact du collectif NSED -  collectif.nsed@gmail.com


 
*Afin que nulle personne n'en ignore, voici les délégations présentes :
 1.      Hôpitaux, maternités :
Guadeloupe : Marie Galante

Alès-Uzès-Nîmes (30), Ambert (63), Argenteuil (95), Aubenas (07), hôpital Avicenne (93), maternité des Bluets (75), Bordeaux (33), Briançon (05), Caen (14), Centres de Santé des Bouches du Rhône (13), Charleville-Mézières-Rethel (08), Clamecy (58), Concarneau (29), Creil (60), hôpital R.Debré (75), Decize (58), Douarnenez (29), Draveil (91), Fontainebleau-Melun-Monterau (77), hôpital Hôtel-Dieu (75), Isère (38), Ivry (94), Lannemezan (65), Les Lilas (93), Les Sables d'Olonne (85), Lille (59), Lisieux (14), Luçon (85) Lure-Luxeuil (70), Lyon (69), Mantes (78), Marseille (13), hôpital H.Mondor Créteil (94), Montaigu (85), Montluçon (03), Montreuil (93), Mont Saint Aignan (76), Nanterre (92), Nantes (44), Nemours (77), Nîmes (30), Orléans (45), Poissy Saint Germain (78), Pontoise (95), Privas (07), Rennes (35), Roubaix (59), Rouen (76), Ruffec (16), Saint Agrève (07), Saint Maurice (94), hôpital Tenon (75), Toulouse (31), Valréas (84), Vire (14) et bien d'autres hôpitaux de l'AP-HP ...

2.      Associations et collectifs :Act-Up Paris, Act Up Sud Ouest, Aides, AMI 92, AMI 94, AMI Ile de France, AMI nationale, ANCIC,Association Nationale des Sages-Femmes Orthogénistes, Atout Majeur, ATTAC, CADAC, Collectif 20ème Tenon, Comité de soutien au docteur Poupardin, Convergence des collectifs de défense et de développement des services publics, Coordination de défense et de promotion des centres de santé, Coordination nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité, COSS 33, Femme Égalité, Femmes en lutte 93, Fondation Copernic, Handi-social, La Santé n'est pas une marchandise, LaSantéUnDroitPourTous, Les efFronté-e-s, Manifeste des médecins solidaires, Planning Familial, Résistance sociale, UNRPA, Vigilance handicap...

3.      Mutuelles : Alternative mutualiste, Mutuelles solidaires ...

4.      Syndicats : Fédération Sud Santé Sociaux, Fédération Sud Protection Sociale, Syndicat CGT CHU de Toulouse, Syndicat chirurgiens-dentistes des centres de santé, Syndicat médecins de centres de santé, Syndicat de la Médecine Générale, SNASS-CGT-ARS, Sud-Santé AP-HP, UNIRS, Union syndicale CGT de l'AP-HP, Union Syndicale de la Psychiatrie, Union Syndicale Solidaires ...

5.      Partis et mouvements politiques : Alternative Libertaire, Alternatifs, FASE, GA, GU, NPA, Parti de la Gauche européenne, PCF, PCOF, PG, République et socialisme ...

Repost 0