Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 14:50


La Cour des Comptes vient de rendre son rapport sur l’état des lieux en insistant sur son caractère désastreux. Ce n’est pas une surprise : ce n’est pas parce qu’il avait mauvais caractère qu’une majorité d’électeurs ont viré Sarkozy.

On peut en tirer deux conclusions diamétralement opposées.


La première apparaît de bon sens pour qui gère ses comptes personnels ou ceux de sa famille : pour éviter le surendettement, il faut savoir attendre avant de dépenser et de satisfaire ses envies.
Mais l’économie ne ressemble pas à la gestion d’un budget familial, l’économie c’est du travail et des transports, de la formation et de la santé, du bien-être, des logements, de la culture et même des loisirs.
L’économie c’est investir, c’est-à-dire d’abord dépenser. Le meilleur exemple que nous ayons connu est la manière dont la société française s’est reconstruite après les désastres de la seconde guerre mondiale. Commencer par dépenser. Pour une Sécu qui venait d'être créée alors qu’il y avait moins de cotisants qu’aujourd’hui (moins de femmes salariées) ; pour des services publics à reconstruire ou à construire. Cela a débouché sur les années d’essor que l’on appelle les trente glorieuses.


Évidemment, on pourrait réduire les dépenses d’armements sans dommages. Réduire les dépenses pour le système de santé ou de la formation, réduire le pouvoir d’achat en laissant chacun se dépatouiller pour le logement, le chauffage, la culture sans solidarité de la part de la société, c’est aggraver le chômage et affaiblir l’économie. C’est le serpent qui se mord la queue.


La crise bancaire n’a rien à voir avec les dépenses sociales de l’État mais avec la spéculation et les placements toxiques. Quand l’État vient ainsi au secours des banques, c’est-à-dire nous, avec nos impôts, en retour elles prêtent de l’argent à des taux faramineux.

 

agir-vraiment-contre-la-crise.jpg


Alors qui doit payer ?


Les entreprises du CAC 40 ont versé 44,6 milliards d’euros aux actionnaires en 2011, soit une progression de 15%. Les profits des grandes entreprises ont augmenté de 35%. Les paradis fiscaux abritent 800 milliards d’euros pour la part française. Comme le Président de la Cour des Comptes affirme qu’il faut trouver 33 milliards pour 2013, sans doute que cela n’est pas très difficile à condition de les prendre où ils se trouvent, mais il s'arrête en chemin : quelques petits milliards sur les niches fiscales au profit des plus riches alors que le déficit pourrait être comblé par la fin de ces privilèges.


La Banque centrale européenne prête mille milliards aux banques privées à un taux de 1% et celles-ci prêtent aux états à 4 ou 6%. L’argent immobilisé par la spéculation en France représente plus du double du budget de l’État. 60% des profits réalisés par le travail ne sont pas réinvestis dans l’économie réelle. Et comme la spéculation rapporte davantage aux gros actionnaires que l’activité utile, relancer l’activité ne pourra que rétrécir les marges des gros actionnaires : plus d’argent dans la vie, c’est moins d’argent dans les coffres. 1
Les actionnaires sont la seule catégorie sociale dont on ne dit pas qu’ils coûtent trop cher et à qui on ne demande pas de faire des « efforts ».


Certaines dépenses sont vitales. Comme par exemple l’hôpital public. Les Hôpitaux ou l’École devraient bénéficier de prêts à zéro pour cent : on ne doit pas pouvoir se faire de l’argent comme des parasites sur le dos de la santé et de la survie des gens ni sur celui de leur formation. Les emprunts toxiques et les dettes illégitimes qu’ils subissent devraient être simplement annulés.


Mais cela pose un problème : comment les actionnaires qui tirent leurs fortunes du système actuel accepteraient-ils de perdre une part de leur fortune ? Autant nous avons besoin de travail, d’intelligence, d’argent pour financer les activités nécessaires, autant nous n’avons pas besoin d’actionnaires. Dans ce cadre, une réforme de la fiscalité demandant aux plus riches, aux entreprises et aux placements spéculatifs de participer au redressement national prend toute sa valeur.


Une fois que l’on a posé ce problème, que fait-on ? La leçon à tirer de la lutte en faveur des retraites en automne 2010, est que, comme le dit le proverbe : « on n’est jamais si bien servi que par soi-même ». Nous pouvons faire entendre nous-mêmes, haut et fort, sans attendre le gouvernement la nécessité de prendre l’argent là où il est.
A l’exécutif… de s’exécuter.

 

Étienne ADAM, Pierre COURS-SALIES, Pierre ZARKA
(Fédération pour une Alternative sociale et écologique - FASE)

Partager cet article

Repost 0
fase-montreuil - dans Crises
commenter cet article

commentaires