Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 09:42

Pour des Associations Front de Gauche à la base

Le Monde.fr | 01.10.2012 à 14h31 • Mis à jour le 02.10.2012 à 15h59


Par Jacques Bidet, Jean-Michel Drevon, Ramzig Keucheyan

 


Le Front de Gauche va-t-il tenir ses engagements et répondre aux espérances qu'il a suscitées ? Va-t-il se montrer capable d'inspirer et d'animer des luttes qui feront reculer l'emprise délétère du néolibéralisme sur l'emploi, les conditions de travail, l'éducation, la santé, l'égalité des sexes, l'environnement, la démocratie et la culture ? De susciter un rassemblement des forces populaires à l'échelle de l'Europe, de battre en brèche les projets de l'oligarchie financière et d'impulser des politiques audacieuses de transformation sociale et écologique ?

Ou bien finira-t-il par se laisser peu à peu marginaliser ?

 

Cela dépendra en tout premier lieu de sa capacité à se constituer en une vraie force politique, enracinée à la base. On a pu voir dans la campagne présidentielle qu'une masse citoyenne, nombreuse et diverse, se retrouvait dans les mêmes perspectives. Des centaines de milliers de personnes se sont engagées très consciemment, participant aux réunions, aux défilés et aux rassemblements.

 

Le Front de Gauche sera un acteur impuissant s'il ne sait pas rassembler cette force dans l'action. Mais on ne peut militer ensemble sans des règles communes, acceptées par tous, qui répartissent des droits et des devoirs. On ne peut donc y parvenir qu'en organisant le Front de Gauche à la base. Ce pourrait être – dans chaque localité ou entreprise où les militant/e/s en décideront ainsi – sous la forme d'une "association" clairement définie entre tous, ouverte à tous, assurant la pérennité et le fonctionnement pleinement démocratique, sous le contrôle de tous, des Assemblées citoyennes.

Des comités de liaison entre composantes du Front de Gauche sont assurément nécessaires. Mais la voix de sans-cartes (de parti ou organisation) doit aussi s'y faire entendre et compter aux divers niveaux : les associations Front de Gauche, représentées jusqu'au sommet, pourraient en être le support.

 

Le Front de Gauche n'est pas un parti. Il ne doit pas devenir une association. Il rassemble des organisations politiques qui n'ont nullement l'intention de fusionner. Il est une alliance au sommet. Il devra le rester, et même se renforcer et s'élargir encore, pour être capable de décisions, de ripostes, d'initiatives nationales et internationales. Mais leur efficacité sera fonction de l'existence d'un vrai pouvoir en bas : d'un vrai désir et d'une vraie capacité de pensée et d'initiative politique.

 

Le Front de Gauche s'est fondé en haut. Il doit maintenant s'enraciner en bas. Et cela sans affaiblir ses composantes, partis et autres organisations, qui sont des biens précieux pour tous. Ce ne peut être que sous forme associative à la base entre tous ceux et celles, membres ou non d'une organisation politique, qui sont prêts à s'engager dans les perspectives définies par le Front de Gauche, et qui en seront, de cette façon, officiellement reconnu/e/s comme membres à part entière.

L'esprit d'association entre égaux assure la confiance mutuelle et l'engagement militant dans le temps. Il est proche de tout ce qui invente et qui bouge, de tout ce qui se dresse et se révolte. C'est à travers cette culture d'association que l'on trouvera la synergie avec le militantisme de masse : celui des syndicats et autres associations.

Cette perspective est inédite. Elle bouleverse les frontières entre parti et association. Mais elle répond à l'exigence démocratique. Le Front de Gauche doit être capable de cette audace s'il veut devenir la force politique agissante du peuple de gauche.

 

Jacques Bidet, professeur émérite à l'Université de Paris-Ouest, Jean-Michel Drevon, militant syndical et associatif, Razmig Keucheyan, maître de conférences en sociologie à Paris 4.

Repost 0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 10:09

 

La santé : une urgence ! Un droit prioritaire ! Communiqué de Notre Santé En Danger

Malgré des manifestations coordonnées, du 1er au 7 octobre, en Angleterre, en Belgique, en Crète, en Espagne, en France, en Grèce, en Italie, au Portugal, en Pologne.

Malgré le défilé à Paris, le 6 octobre, de très nombreuses délégations* venues de toute la France à l'appel unitaire d'un large collectif d'organisations.

Malgré différentes demandes de rendez vous avec Matignon, nous n'avons eu pour toute réponse qu'une rue barrée, des cars bien rangés de forces de l'ordre, le refus de recevoir citoyens et citoyennes et les associations qui se battent pour le bien public.

Nous pensions en avoir fini avec le mépris du gouvernement précédent.
Concrètement depuis l'arrivée au pouvoir de François Hollande le changement pourtant indispensable se fait attendre, la Santé n'a pas été inscrite parmi les priorités du gouvernement, la loi HPST s'applique toujours comme à Marie Galante et à Vire, nous ne constatons aucune réelle remise en cause de ce qui rend l'accès aux soins de plus en plus difficile : franchises et forfaits, dépassements d'honoraires, fermetures de structures de soins publiques : la liste est longue ...


Le Projet de Loi sur le Financement de la Sécurité Sociale va bientôt être débattu. Nous n'accepterons pas un budget d'austérité.


Nous appelons à poursuivre dans une démarche unitaire, les mobilisations nécessaires pour obtenir des réponses à la hauteur des enjeux.
Nous appelons les mouvements sociaux, les habitants et habitantes de toute la France, à réagir rapidement, à lutter ensemble pour obtenir le droit à la santé pour toutes et tous, sur tout le territoire.

Nous appelons à interpeller nos élu.es afin qu'ils et elles se saisissent prioritairement du dossier de la santé publique, tant la situation est grave, et qu'ils et elles fassent remonter au Premier Ministre notre demande réitérée d'entrevue !

 

Nous continuerons à faire signer la pétition :

http://www.petitionenligne.fr/petition/pour-notre-sante-le-changement-c-est-urgent/2931

"Notre Santé en Danger" continue, nous sommes unis, nous n'abandonnerons pas !

Paris - le 10/10/2012Contact du collectif NSED -  collectif.nsed@gmail.com


 
*Afin que nulle personne n'en ignore, voici les délégations présentes :
 1.      Hôpitaux, maternités :
Guadeloupe : Marie Galante

Alès-Uzès-Nîmes (30), Ambert (63), Argenteuil (95), Aubenas (07), hôpital Avicenne (93), maternité des Bluets (75), Bordeaux (33), Briançon (05), Caen (14), Centres de Santé des Bouches du Rhône (13), Charleville-Mézières-Rethel (08), Clamecy (58), Concarneau (29), Creil (60), hôpital R.Debré (75), Decize (58), Douarnenez (29), Draveil (91), Fontainebleau-Melun-Monterau (77), hôpital Hôtel-Dieu (75), Isère (38), Ivry (94), Lannemezan (65), Les Lilas (93), Les Sables d'Olonne (85), Lille (59), Lisieux (14), Luçon (85) Lure-Luxeuil (70), Lyon (69), Mantes (78), Marseille (13), hôpital H.Mondor Créteil (94), Montaigu (85), Montluçon (03), Montreuil (93), Mont Saint Aignan (76), Nanterre (92), Nantes (44), Nemours (77), Nîmes (30), Orléans (45), Poissy Saint Germain (78), Pontoise (95), Privas (07), Rennes (35), Roubaix (59), Rouen (76), Ruffec (16), Saint Agrève (07), Saint Maurice (94), hôpital Tenon (75), Toulouse (31), Valréas (84), Vire (14) et bien d'autres hôpitaux de l'AP-HP ...

2.      Associations et collectifs :Act-Up Paris, Act Up Sud Ouest, Aides, AMI 92, AMI 94, AMI Ile de France, AMI nationale, ANCIC,Association Nationale des Sages-Femmes Orthogénistes, Atout Majeur, ATTAC, CADAC, Collectif 20ème Tenon, Comité de soutien au docteur Poupardin, Convergence des collectifs de défense et de développement des services publics, Coordination de défense et de promotion des centres de santé, Coordination nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité, COSS 33, Femme Égalité, Femmes en lutte 93, Fondation Copernic, Handi-social, La Santé n'est pas une marchandise, LaSantéUnDroitPourTous, Les efFronté-e-s, Manifeste des médecins solidaires, Planning Familial, Résistance sociale, UNRPA, Vigilance handicap...

3.      Mutuelles : Alternative mutualiste, Mutuelles solidaires ...

4.      Syndicats : Fédération Sud Santé Sociaux, Fédération Sud Protection Sociale, Syndicat CGT CHU de Toulouse, Syndicat chirurgiens-dentistes des centres de santé, Syndicat médecins de centres de santé, Syndicat de la Médecine Générale, SNASS-CGT-ARS, Sud-Santé AP-HP, UNIRS, Union syndicale CGT de l'AP-HP, Union Syndicale de la Psychiatrie, Union Syndicale Solidaires ...

5.      Partis et mouvements politiques : Alternative Libertaire, Alternatifs, FASE, GA, GU, NPA, Parti de la Gauche européenne, PCF, PCOF, PG, République et socialisme ...

Repost 0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 19:49

 image001-copie-1

 

COMMUNIQUE DES ELUS DES GROUPES RGC/PG et PCF/FASE

 

Dominique ATTIA, Stéphane BELTRAN, Muriel BENSAID, Jean-Jacques SEREY,

Danièle CREACHCADEC, Gaylord LE CHEQUER, Juliette PRADOS,

 

 

13 salariés de la SEM stationnement M2S

sous le coup d’un plan de licenciement économique

 

 

Les conséquences des choix politiques de la municipalité continuent à faire de gros dégâts parmi la population mais aussi le personnel, qu’il s’agisse du personnel communal ou de celui des Sociétés d’Economie Mixte (SEM) de la ville.

 

Le 29 mars dernier, la municipalité décidait de retirer sa confiance à la SEM M2S qui assure depuis de très nombreuses années et sans que ne puisse lui être reprochée la moindre défaillance, la gestion de plusieurs parkings couverts de la ville ainsi que le stationnement payant sur voirie. C’est à un groupe privé, EFFIA, que la ville a donc décidé de confier cette délégation de service public. Les raisons qui ont prévalu à cette décision sont de l’ordre de la recherche d’une rentabilité immédiate pour la ville et cela malgré de prévisibles et lourdes conséquences, à moyen terme pour les Montreuillois et à très court terme pour le personnel actuellement en poste. 

 

La ville brade ainsi des secteurs entiers de l’intervention publique auxquels les Sociétés d’Economie Mixte contribuent pourtant puisqu’elles permettent à l’administration publique une gestion plus souple de ses activités tout en conservant un contrôle fort de la part de la puissance publique par la présence des élus dans le conseil d’administration.

 

Six mois après, cette décision politique a une conséquence humaine dramatique puisque sur l’ensemble des salariés de cette SEM, treize se voient aujourd’hui purement et simplement sous le coup d’un plan de licenciement économique. La municipalité aimerait ne pas avoir à assumer publiquement cette situation, conséquence directe d’une décision de privatisation contestable, mais les salariés sont en droit d’exiger des explications à la ville, principale actionnaire de la SEM.

 

Nous demandons aux représentants de la ville au sein du Conseil d’administration de la SEM M2S d’engager un véritable dialogue social avec les salariés en refusant l’individualisation des procédures et en respectant l’ensemble des procédures garantissant le droit des salariés.

 

Nous demandons enfin que cessent toutes privatisations de missions de service public. Privatisations que nous jugeons incompatibles avec la nécessaire sauvegarde de l'emploi et la nécessaire lutte contre la précarisation de l'emploi. Cela est vrai dans le cas présent où il s'agit de missions assurées par les SEM de la ville comme cela est vrai dans le cas des missions assurées par les services municipaux en refusant, par exemple, le recours à une société privée pour le nettoyage de la voirie.

Repost 0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 11:43

En ville, le droit à la centralité pour tous

« Quel chemin prendre pour que la métropole inégalitaire », Paris, « laisse la place à une métropole solidaire et inclusive?» Au lendemain de l'inauguration, à Saint-Denis (93), de la Cité du cinéma de Luc Besson, Patrick Braouezec, ancien maire de la ville aujourd'hui président de Paris Métropole, souhaite «en finir avec des territoires de première, de deuxième voire de troisième division ».  

 


 

La métropole parisienne est un fait. Elle est l’espace de vie de dix millions d’habitants de notre planète globalisée, devenue majoritairement peuplée d’urbains.


De nombreux chercheurs constatent que les logiques et les conséquences de la globalisation actuelle se concrétisent dans les métropoles. « Dans les grandes villes du monde développé comme du monde en développement, nous observons une nouvelles géographie des centres et des marges qui contribue non seulement au renforcement des inégalités existantes, mais met aussi en mouvement une série de nouvelles dynamiques de l’inégalité » (1) contribuant à « accentuer, renforcer, indurer les logiques de ségrégation préexistantes » (2).


Faut-il s’y résigner et laisser faire ou chercher à faire émerger, non pas simplement un accompagnement social, mais une autre logique dans le mouvement de la métropolisation ? Dans la diversité des situations, c’est le défi auquel l’ensemble des villes, la grande majorité de leurs habitants, de leurs gouvernements locaux sont confrontés dans le monde.

La non résignation aux choix dominants invite à placer au cœur du débat sur le sens de l'urbain l’exigence du « droit à la ville », élargi au « droit à la métropole pour tous », pris comme droit collectif.

De la Coalition internationale des habitants (3) au Forum des Autorités locales pour l'inclusion sociale en passant par celui des Autorités Locales de Périphéries (FAL-P) pour des métropoles solidaires (et d'autres), le « droit à la ville », popularisé par Henri Lefebvre en 1968, s’inscrit comme une alternative face aux dynamiques urbaines de la mondialisation actuelles qui divisent, fragmentent et excluent. Sa revendication dans la diversité des situations locales –« un autre monde est possible et il commence dans la ville »– s'oppose au « pire des mondes possibles » (4).


Le présent et l’avenir du Grand Paris sont au cœur de ces questionnements, des forces contradictoires s’y confrontent: un espace urbain au service des logiques du « monde de la finance »? Ou bien s’inscrivant résolument dans le « droit à la ville » pour construire une métropole assurant une vie digne, d’épanouissement individuel et collectif pour tous, garantissant l’accès au travail, à la santé, au logement, à l’éducation, à l’information… et dans laquelle chacun compte et participe aux choix de son présent et de son avenir. Même si cette confrontation ne date pas d’aujourd’hui, en témoigne le livre de David Harvey, Paris, Capitale de la Modernité (5), sur les transformations haussmanniennes du milieu du XIXe siècle, l’ambition d’Henri Lefebvre que l’être  humain soit le centre et l’acteur de sa ville pour qu’elle soit « la scène de rencontre pour la construction de la vie collective » est plus que jamais d’actualité.

Comment bouger les lignes afin d’en finir avec le paradoxe d’être un des territoires les plus riches du monde et dans le même mouvement d’être gangrené par les inégalités sociales, les ségrégations spatiales? Quel chemin prendre pour que la métropole inégalitaire laisse la place à une métropole solidaire et inclusive? Ce chemin à mon sens passe par la reconnaissance d'un « droit à la centralité » pour tous.

On ne peut donc que se féliciter que la vision de développement concentrique autour d’un seul centre, agrandi ou pas, dans laquelle les catégories populaires se retrouvent souvent dans le dernier anneau, recule pour laisser la place à une « mosaïque de centralités » existantes et potentielles de notre région francilienne. Cette perception permet de comprendre les dynamiques de cette dernière, à partir des multiples points de vies, de souffrances mais aussi de potentiels qui la composent, qui la font vivre. On ne voit pas la même métropole parisienne depuis Saint-Denis que du centre de Paris ou de Rambouillet, comme on ne voit pas la même métropole madrilène depuis Getafe que de la Plaza Mayor ou de Rosas.


Développer la métropole à partir de la diversité des centralités qui la composent –dont celle de Paris–, c’est s’inscrire résolument dans l’ambition première de construire « la proximité » de toutes les fonctions de la ville pour chacun de ses citoyens.


Si bien entendu le « droit à la mobilité » est important, l’urbain ne peut pas être seulement une histoire de flux financier, de marchandises, de force de travail et de consommateurs à transporter, de mètre carrés de bureau « titritisés » pour être cotés en Bourse et d’habitats, il doit être convivialité, accès aux droits et aux besoins, espaces publics, « vivre ensemble »….

Dans la métropole du XXIe siècle, la reconnaissance du polycentrisme dans sa fonction de proximité, c’est la poursuite des combats des habitants et de multiples élus locaux de banlieues populaires, qui, tout au long du XXe siècle, se sont mobilisés pour avoir accès à des équipements collectifs, des services publics –être une ville, pas seulement du logement près des usines ou une cité dortoirs. C’est le refus que des territoires, des histoires, des vies soient invisibles ou oubliés dans la métropole attractive ou vus comme des terrains à « coloniser » par un aménagement décidé d’en haut, ignorant les dynamiques locales. C’est la volonté que tous les habitants appartiennent à un lieu ouvert qui compte pour ceux qui en font usages et pour un ensemble métropolitain qui en finisse avec la notion de couronne et cette « nouvelles géographie des centres et des marges » qu’évoque Saskia Sassen.


Il est positif que les enjeux de la métropole parisienne dépassent la centralité de sa compétition pour l’accueil des capitaux et des sièges sociaux avec d’autres villes globales. Les besoins des habitants, les projets développés par des élus, l’aspiration à réduire les inégalités ont bousculé la vision du Grand Paris en termes de rentes foncières, faisant de l’urbain un espace à marchandiser toujours plus au mépris de sa valeur d’usage pour tous. Le Grand Paris doit être attractif, se développer économiquement, avoir sa place dans le monde mais l’ambition, le contenu de ces objectifs doivent être une vie meilleure, solidaire pour les Franciliens et l’ensemble des Français. Malheureusement, nous savons qu’il n’y a pas d’automaticité dans ce domaine. Ne nous cachons pas que c’est l’un des enjeux du débat. La volonté d’imposer des « clusters » par le haut a dû reculer pour laisser la place à des Contrats de Développements Territoriaux (CDT) négociés entre l’Etat et les collectivités locales. Au-delà du nom, l’important c’est que ces dernières peuvent faire valoir une ambition pour leur territoire, d’existences améliorées pour leurs habitants en sollicitant notamment la parole et la participation des citoyens pour contribuer à la ville et à la métropole dont ils ont besoin. 

C’est le défi que nous essayons de relever au sein de la communauté d’agglomération de Plaine Commune, avec le CDT du territoire de « la culture et de la création ». Nous savons que cette ambition de solidarité sur notre territoire doit se connecter, entrer en dialogue et en résonnance avec l’ensemble des pôles de centralités métropolitains.


L’ensemble de la région capitale doit être irriguée par cette démarche afin d’en finir avec des territoires de première, de deuxième voire de troisième division. Il faut travailler pour que chacun  participe à l’émergence d’un droit à la centralité afin de permettre qu’il soit lieu d’épanouissement pour l’ensemble de ses habitants, de ses usagers. Des intercommunalités, respectueuses du fait communal et de la participation citoyenne, peuvent constituer des expériences de mise en commun de forces, de potentiels, d’aspirations pour aller dans ce sens et ne pas se retrouver seul face à des logiques prédatrices ou encore d’oublis voire d’exclusions.


Cette question a été un des grands enjeux des choix à faire en matière de transport. Et si on peut comprendre, face à l’enfermement stressant du toujours plus vite et plus mobile, la revendication d'une ville « lente », on doit être également convaincus qu’au vu des souffrances de millions de Franciliens dans les transports, l’urgence d’un nouveau réseau, concomitant à une amélioration de l’existant, ne pouvait plus attendre. L’idée de relier simplement des pôles économiques à très grande vitesse a dû prendre en compte l’exigence de « désenclavement » de territoires en souffrance, de relier des lieux de vie et non pas seulement de l’habitat à des clusters économiques.


A travers la perspective des CDT, les gares peuvent être appréhendées autrement que comme simples quais d’embarquements d’une marchandise « force de travail » de plus en plus mobile et flexible,  mais au contraire constitutif de projets de territoires ouverts à tous les métropolitains. Indiscutablement cela nécessite de s’opposer aux logiques pouvant laisser s’installer des « corridors gentrifiés », des espaces réservés à certains revenus. Il faut s’attaquer aux politiques qui font du mètre carré dans les métropoles une source de spéculations et à l’entre soi exclusif, contribuant à un manque de logements et notamment de logement sociaux. Si plus personne n’ose contester le besoin d’en construire, la tentation de trouver une solution par un nouvel éloignement des catégories populaires vers les marges, au risque de prolonger un étalement urbain dangereux pour l’empreinte écologique, reste présente. Il y a nécessité d’une politique volontariste de nouveaux logements sociaux lié dans le même mouvement à la construction de toutes les autres fonctions qui font « ville »: c’est tout l’enjeu de l’aide aux maires bâtisseurs.


Si le débat politique sur le sens du Grand Paris est si ouvert –ce qui nous différencie de biens d’autres contextes métropolitains dans le monde – c’est bien parce qu’il a résisté aux tentatives d’imposer par le haut la pensée unique urbaine de la finance qui ferait monde à elle seule.  

 

(1) Globalisation une sociologie, Saskia Sassen, Gallimard, 2009.

(2) Le Point Sur. Anne Bretagnolle, Renaud Le Goix, Céline Vacchiani-Marcuzzo in « Métropoles et mondialisation », documentation photographique, juillet aout, documentation française.

(3) Le droit à la ville : quelques clés pour comprendre la proposition de créer « un autre monde possible » Charlotte Mathivet in Villes pour toutes et tous, pour le droit à la ville, propositions et Expérience, Edition Habitat International Coalition, Santiago du Chili, 2011.

(4) Le Pire des Mondes Possibles, Mikes Davis, Edition La Découverte, Paris 2007.

 

(Source : le Club Médiapart)

Repost 0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 14:21

2nd Atelier populaire :

 

« L’école dans la ville »

 

Mardi 23 octobre 2012 à 19h30

Salle Franklin - 60 rue Franklin à Montreuil 

 

 image002-copie-2.jpg

 

Une rencontre co-animée par

Sylvia GAYMARD, Vice-présidente du Rassemblement de la Gauche Citoyenne

et Pierre VILA, membre de la FASE

 

En présence et avec une contribution au débat de Daniel ROME et Laurent ABRAHAMS*

 

Lors d’un premier atelier populaire organisé le 10 septembre sur le thème « Comment bâtir la ville de demain et quelle place accorder aux citoyens ? », de nombreux sujets de débats ont émergé et feront l’objet d’une série d’ateliers qui se tiendront dans tous les quartiers de la ville dans les mois qui viennent.

 

Pour notre second atelier populaire nous proposons de revenir sur un point soulevé par plusieurs contributeurs : celui de la place des services publics et en particulier de l’école dans la ville.

 

·   Mixité sociale et sectorisation,

·   Ou, quand, comment bâtir et quelle place aux acteurs du monde éducatif et aux citoyens ?

·   Quelle politique municipale d’accompagnement des enfants vers la réussite scolaire ?

· Quelles mesures, quelles orientations, quelle complémentarité entre l’action des collectivités et de l’Etat ?  

Et plein d’autres sujets encore qui permettront d’engager ce vaste débat au moment où le Ministre de l’Education Nationale engage une consultation sur « La refondation de l'École ».

 

* Daniel ROME est militant associatif et en particulier du Groupe Français d’Education Nouvelle (GFEN), mouvement de recherche et de formation en éducation, agréé par le ministère de l'Éducation nationale

* Laurent ABRAHAMS est enseignant au collège Lenain Tillemont de Montreuil

Repost 0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 12:46

La dette publique n’est pas responsable de la crise

 

Les efforts demandés au pays au nom de l'austérité font comme si nous étions tous responsables de la dette. Or les peuples ne sont nullement responsables du creusement de la dette publique. Et celle-ci n'est pas la véritable cause de la crise actuelle. Le matraquage sur la dette est une ruse du capital pour opérer de nouveaux prélèvements sur le travail en nous culpabilisant.


La crise n'est pas causée par les déficit publics


Les critères de Maastricht (limitation du déficit à 3% du PIB) étaient parfaitement respectés par l’Espagne, l’Irlande ou encore le Portugal avant la crise. L’Espagne et l’Irlande étaient même en surplus budgétaire. Pourtant depuis 2010 ce sont ces pays qui sont les plus en difficulté. Les critères budgétaires européens n'ont donc rien de protecteur contre les crises. L'Espagne est même le pays d'Europe qui est le plus en difficulté actuellement alors qu'elle a été le premier pays européen après l'Allemagne à adopter la fameuse règle d'or désormais imposée par le Traité TSCG.

L’Italie a accumulé un excédent budgétaire primaire (hors intérêt d’emprunts) depuis la fin des années 90. La seule hausse des taux d’intérêts explique 43% de l’augmentation de la dette publique italienne entre 2008 et 2010 (27% pour le Portugal, 21% pour la Grèce) !

Graphique : variation du déficit public des pays de la zone euro (1999-2007).

En rouge les pays qui subissent des taux d’intérêt élevés, en bleu les pays qui empruntent à faible taux. On voit sur ce graphique qu'il n'y a pas de lien entre la hausse des taux d'intérêt subis par certains Etats et la variation de leur déficit public. Les attaques de la finance contre certains Etats ne sont donc pas des "sanctions" pour des déficits publics excessifs.

 

dette1.jpg

 

Un autre financement de la dette est possible


Les Etats Unis ont une dette supérieure à 100% du PIB, le Royaume Uni de près de 90% : tous deux empruntent à moins de 2% sur les marchés ! Le Japon a une dette de 200% et emprunte à moins de 1% ! Pourquoi ? Parce que leurs Banques Centrales rachètent directement et massivement les dettes ou menacent de le faire, ce qui interdit toute spéculation sur le défaut souverain, à l’origine des taux élevés en Europe.

Aux Etats Unis, la banque centrale (FED) a acheté depuis 2008 pour 2 300 milliards dollars de bons du Trésor émis par l'Etat. Et la banque centrale s’est engagée dans le programme QE3 en septembre 2012 à poursuivre sa politique de rachat de bons du trésor : 45 milliards de dollars par mois pour une durée illimitée !Elle s’engage à maintenir des taux bas jusqu’en 2015 ! De nombreux économistes soutiennent cette intervention illimitée des banques centrales, comme Mike Woodford de l’Université Columbia (spécialiste des questions monétaires), le prix nobel Paul Krugman ou même Xavier Ragot aujourd'hui conseiller auprès d’Arnaud Montebourg qui la préconisait dans un rapport de 2011.


Le vrai problème c'est la dette privée, pas la dette publique


Entre 1999 et 2007, l'endettement public dans la zone euro a diminué : il est passé de 72% du PIB en moyenne à 68%. Les fameux “PIGS” (Portugal, Italie, Gréce, Espagne) aujourd'hui montrés du doigt étaient même plus “vertueux” que la moyenne européenne : leur dette est passée de 90% à 75% en moyenne !(pondéré par leur poids économique). La dette publique italienne baisse de 20 points entre 1995 et 2007, ce qui ne l’empêche pas de subir aujourd’hui les foudres des marchés.

Si la dette publique s'est envolée à partir de 2008, ce n'est donc pas parce que les pays concernés avaient trop dépensé les années précédentes. C'est l'envolée de la dette privée pendant ces années qui a conduit à la crise financière de 2008.


En 10 ans (1999-2009) la dette privée des Etats de la zone euro est ainsi passée de 96 % à 135 % du PIB. Cette crise de la dette privée a menacé tout le système bancaire d'effondrement. C'est pour la résoudre que les Etats ont lancé des plans massifs de sauvetage des banques. C'est donc pour éponger les errements des banques que les Etats ont commencé à creuser leurs déficits publics. Des déficits qui ont ensuite été aggravés par le recul de l'activité et la hausse du chômage liés à la crise financière.


Les déficits publics et la hausse de la dette publique sont une conséquence et non une cause de la crise : + 20 points de dette en seulement 2 ans ! Cette dette doit être payée par ceux qui s’enrichissent sur le dos des Etats qui lui s’appauvrît depuis 30 ans : les patrimoines privés s’accumulent pour atteindre aujourd’hui 600% du revenu national en richesse nette accumulée. En parallèle, la richesse nette de l’Etat ne cesse elle de décroitre (cf. graphique ci-dessous)

 

dette2-copie-1.jpg

 


Graphique  : évolution comparée de la richesse nette publique et de la richesse nette privée (1970-2010).

 

Source : le blog de Jean-Luc Mélenchon

Repost 0
fase-montreuil - dans Crises
commenter cet article
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 09:58

 

En visite amicale sur le stand partagé de la FASE, de la gauche Anticapitaliste, des Communistes Unitaires, de Convergences & Alternative, et des Alternatifs, Jean-Luc Mélenchon, interrogé par les militants de la gauche Anticapitaliste, donne son point de vue sur le fonctionnement et les perspetives du Front de Gauche.

 

 

Repost 0
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 20:15

Meeting européen du 8 octobre à Paris


Contre l'austérité, construisons les solidarités européennes

meeting-widget.gif
Dans beaucoup de pays européens, les résistances et l'indignation montent face aux politiques dévastatrices imposées par l'Union et symbolisées par le nouveau Traité budgétaire. Partout s'affirme l'exigence de la réorientation solidaire et écologique d'une Europe enfin affranchie de la tutelle des marchés financiers.

Le 8 octobre, le Collectif pour un audit citoyen de la dette publique réunit à Paris des responsables associatifs, syndicaux et politiques européens engagés dans ces luttes. Ils apporteront témoignages et propositions pour construire les solidarités concrètes entre peuples européens et rendre possible une autre Europe.

à 19h30 à l'Espace Reuilly, 21, rue Antoine-Julien Hénard, 75012 Paris (métro Montgallet ou Dugommier)

Avec :
Felipe Van Keirsbilck ( syndicaliste, Belgique, coordinateur de l'AlterSummit)
Jorge Aranda Arana (syndicaliste, Espagne, Movimiento 15M)
Steffen Lehndorff (co-initiateur de l'appel de chercheurs et syndicalistes "Refonder l'Europe", Allemagne)
Marianna Mortagua (Attac Portugal)
Philippe Lamberts (député européen et porte parole du parti vert européen)
Pierre Laurent ( président du Parti de la Gauche Européenne)
Une représentante de la tournée européenne des féministes contre l'austérité


Animation au nom du Collectif : Aurélie Trouvé (Attac France), Pierre Khalfa (Fondation Copernic)

Repost 0
fase-montreuil - dans Crises
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 16:48

L'austérité aggrave la crise, non au Traité budgétaire européen !

 

b8bad121a10599e9469c90c3a74f6d3e.jpg

 

Tribune de plus de 120 économistes notamment des universités d'Aix-Marseille, Angers, Avignon, Bordeaux-IV, de Bourgogne, Evry, Grenoble, Lille-I, Nancy II, Montpellier 1, de Picardie, Paris (I, VIII, X, XIII, Dauphine et Descartes), Reims, Rennes, Toulouse I et II, de l'université populaire de Caen, de l'université libre de Bruxelles, de l'INP Toulouse, l'Ecole d'économie de Paris, l'Ecole Normale Supérieure, l'EHESS, l'INRA, Télécom Bretagne, Paris-Jourdan Sciences Economiques et l'IEP Paris.

 

Depuis 2008, l'Union européenne (UE) fait face à une crise économique sans précédent. Contrairement à ce que prétendent les économistes libéraux, cette crise n'est pas due à la dette publique. Ainsi, l'Espagne et l'Irlande subissent aujourd'hui les attaques des marchés financiers alors que ces pays ont toujours respecté les critères de Maastricht. La montée des déficits publics est une conséquence de la chute des recettes fiscales due en partie aux cadeaux fiscaux faits aux plus aisés, de l'aide publique apportée aux banques commerciales et du recours aux marchés financiers pour détenir cette dette à des taux d'intérêt élevés.


La crise s'explique également par l'absence totale de régulation du crédit et des flux de capitaux aux dépens de l'emploi, des services publics et des activités productives. Elle est entretenue par la banque centrale européenne (BCE) qui appuie sans conditions les banques privées, et exige à présent une « stricte conditionnalité » austéritaire des Etats lorsqu'il s'agit de jouer le rôle de « prêteur en dernier ressort ». Elle leur impose des politiques d'austérité et s'avère incapable de combattre la spéculation sur les dettes souveraines, cela d'autant que sa seule mission reconnue par les traités est celle de maintenir la stabilité des prix. En outre, cette crise est aggravée par le dumping fiscal intra-européen et l'interdiction qui est faite à la BCE de prêter directement aux Etats pour des dépenses d'avenir, au contraire des autres banques centrales dans le monde comme la Federal reserve américaine. Enfin, la crise est renforcée par l'extrême faiblesse du budget européen et son plafonnement au taux ridiculement bas de 1,24 % du PIB, avec son orientation qui rend impossible toute expansion coordonnée et ambitieuse de l'activité en Europe.


François Hollande, après s'être engagé pendant la campagne à renégocier le traité européen, n'y a en fait apporté aucun changement, et, comme vient d'ailleurs de le reconnaître Elisabeth Guigou, choisit aujourd'hui de poursuivre la politique d'austérité entamée par ses prédécesseurs. C'est une erreur tragique. L'ajout d'un pseudo-pacte de croissance, aux montants réels dérisoires, s'accompagne de l'acceptation de la « règle d'or » budgétaire défendue par A. Merkel et N. Sarkozy. Elle stipule que le déficit dit structurel (hors variations de cycles économiques) ne doit pas dépasser 0,5% du PIB, ce qui condamnera toute logique de dépenses publiques d'avenir et conduira à mettre en place un programme drastique de réduction du périmètre de l'ensemble des administrations publiques.


En limitant plus que jamais la capacité des pays à relancer leurs économies et en leur imposant l'équilibre des comptes publics, ce traité est porteur d'une logique récessive qui aggravera mécaniquement les déséquilibres actuels. Les pays qui souffrent de l'effondrement de leur demande intérieure seront amenés à réduire plus fortement encore leur demande publique. Alors que plusieurs Etats membres sont déjà en récession, cela menacera encore davantage l'activité et l'emploi, donc les recettes publiques, ce qui creusera in fine les déficits. Ainsi, l'OFCE prévoit déjà 300 000 chômeurs de plus en France fin 2013 du seul fait de l'austérité. À moyen et long terme, cela hypothèquera la transition sociale et écologique qui nécessite des investissements considérables.


Au nom d'une prétendue « solidarité européenne », le traité organise de fait la garantie par les Etats des grands patrimoines financiers privés. Il grave dans le marbre des mesures d'austérité automatiques, imposées aux représentants des peuples, en contraignant leurs décisions budgétaires, dictées par une instance non élue. Le Mécanisme européen de stabilité (MES), institution anti-démocratique par excellence, pourrait proposer des prêts à des taux un peu moins élevés (5% en moyenne). Mais ces prêts seraient conditionnés à l'application d'une austérité drastique imposée aux peuples ! La garantie publique des investisseurs privés ne fait qu'encourager la spéculation, alors qu'il faudrait lui briser les reins en sortant de leur mains la dette publique. L'ensemble de l'édifice repose ainsi sur des conditionnalités anti-sociales imposées à toute aide ou intervention, et le refus d'intervention directe de la BCE pour les dépenses nouvelles. Elle va se contenter d'un rachat restrictif des titres de dette sur le marché secondaire, comme l'a annoncé récemment Mario Draghi.


Des centaines d'économistes à travers le monde, rejoints en ce sens par certains prix Nobel d'économie comme Joseph Stiglitz et Paul Krugman, ont largement critiqué le non-sens économique de la politique actuellement à l'oeuvre en Europe. Le constat est sans appel : l'austérité est à la fois injuste, inefficace et anti-démocratique.


Nous pouvons faire autrement. L'avenir de l'Europe mérite un débat démocratique sur les solutions de sortie de crise. Une expansion coordonnée de l'activité, de l'emploi et des services publics serait aujourd'hui possible en Europe, notamment par le financement direct sélectif et à bas taux par la BCE des organismes publics de crédit. Pour que l'UE mette en Å“uvre cette politique, il est urgent de réformer et de démocratiser ses institutions. Un Fonds européen de développement social et écologique, à gestion démocratique, pourrait accentuer cette dynamique. De plus, l'UE pourrait mettre en place un contrôle de la finance, notamment en interdisant les échanges d'obligations souveraines sur les marchés de gré à gré, en limitant strictement la titrisation et les produits dérivés et en taxant les mouvements de capitaux spéculatifs.


Les défis sociaux et écologiques d'aujourd'hui sont immenses. Il est urgent de changer de cap pour sortir de la crise par le haut. Il est possible de défaire le sombre bilan des politiques libérales d'une France qui comprend 5 millions de chômeurs et 10 millions de pauvres. Pour s'en donner les moyens, il faut briser l'étau des marchés financiers et non leur donner des gages. C'est pourquoi nous refusons la ratification du Traité européen sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG).

 

Ce texte n'engage que ses signataires :

  • Louis Adam, commissaire aux comptes,
  • Matthieu Agostini, expert RSE,
  • Pierre Alary, maître de conférences, Université Lille 1,
  • Daniel Bachet, professeur, Université d'Evry,
  • Emmanuel Barret, expert, banque d'investissement,
  • Philippe Batifoulier, maître de conférences, Université Paris 10,
  • Michel Bellet, professeur, Université de Saint-Etienne,
  • Nicolas Beniès, économiste, université populaire de Caen,
  • Matthieu Béraud, maître de conférences, Université de Lorraine,
  • Eric Berr, maître de conférences, Université Bordeaux 4,
  • Jacques Berthelot, INP Toulouse,
  • Pierre Bezbakh, maître de conférences, Paris IX-Dauphine,
  • Pierre Bitoun, INRA,
  • Frédéric Boccara, maître de conférence associé, Université Paris XIII,
  • Paul Boccara, maître de conférence honoraire, université de Picardie,
  • François Bojzcuk, conseiller en développement socio économique des territoires,
  • Serge Bornet, agrégé SES,
  • Marc Bousseyrol, maître de conférences, IEP de Paris,
  • Mireille Bruyère, maître de conférences, Toulouse 2,
  • Claude Calame, directeur d'étude, EHESS, Paris
  • Christophe Carrincazeaux, maître de conférences, Université Bordeaux 4,
  • Pierre Causse, économiste,
  • David Cayla maître de conférences, Université d'Angers,
  • Christian Celdran, administrateur civil honoraire,
  • Gabriel Colletis, professeur, Université de Toulouse 1,
  • Christian Corneliau, économiste, EHESS,
  • Laurent Cordonnier, maître de conférences, Université Lille 1,
  • Jacques Cossart, économiste,
  • Yves Dimicoli, économiste, ancien membre du conseil ďanalyse économique,
  • Vanessa Di-Paola, maître de conférences, Université d'Aix-Marseille
  • Jean-Paul Domin, maître de conférences, Université de Reims,
  • Alain Dontaine, Université Stendhal-Grenoble,
  • Ali Douai, maître de conférences, Université Bordeaux 4,
  • Denis Durand, économiste, membre du Conseil économique, social et environnemental,
  • Jean-Marc Durand, économiste,
  • Guillaume Etievant, expert économique auprès des CE,
  • David Flacher, maître de conférences, Université Paris 13,
  • Mathieu Forgues, professeur agrégé de SES,
  • Anne Fretel, maître de conférences, Université Lille 1,
  • Bernard Friot, Université Paris-X, institut européen du salariat,
  • Maryse Gadreau, professeur émérite, Université de Bourgogne,
  • Jean Gadrey, professeur, Université Lille I,
  • Véronique Gallais, économiste,
  • Jacques Généreux, professeur, IEP de Paris,
  • Ariane Ghirardello, maître de conférences, Université Paris 13,
  • Patrick Gianfaldoni, maître de conférences, université d'Avignon et des Pays de Vaucluse,
  • Jean-Pierre Gilly, professeur, Université de Toulouse 1
  • Bernard Guerrien, SAMM, Centre d'économie de la Sorbonne,
  • Alain Guéry, Histoire économique, CNRS
  • Bernard Guibert, économiste-statisticien,
  • Hector Guillen-Romo, université Paris 8,
  • Ozur Gun, maître de conférence, université de Reims,
  • Jean-Marie Harribey, maître de conférences, Université Bordeaux 4,
  • Michel Husson, économiste,
  • Sabina Issehnane, maître de conférences, Université Rennes 2,
  • Florence Jany-Catrice, professeur, Université Lille 1
  • Esther Jeffers, maître de conférences, Paris 8
  • Paul Jorion, titulaire de la chaire « Stewardship of Finance » à la Vrije Universiteit Brussel,
  • Andrée Kartchevsky, professeur, université de Reims,
  • Pierre Khalfa, syndicaliste, membre du Conseil économique, social et environnemental,
  • Thierry Kirat, directeur de recherche au CNRS, Paris Dauphine
  • Robert Kissous, statisticien économiste,
  • Agnès Labrousse, maître de conférences, Université de Picardie,
  • Stéphanie Laguérodie, maître de conférences, Paris 1,
  • Dany Lang, maître de conférences, Université Paris 13,
  • Catherine Lebrun, économiste,
  • Cécile Lefevre, professeur, Université Paris Descartes,
  • Pierre Le Masne, maître de conférences, Université de Poitiers
  • Philippe Légé, maître de conférences, Université de Picardie,
  • Pierre Lévy, maître de conférences, Université Paris Dauphine,
  • Frédéric Lordon, directeur de recherche au CNRS,
  • Jérôme Maucourant, maître de conférences, Université Jean Monnet - IUT de Saint-Etienne
  • Jean Magniadas, membre honoraire du Conseil économique et social,
  • Marc Mangenot, économiste,
  • Jonathan Marie, maître de conférences, Université Paris XIII,
  • Christiane Marty, économiste,
  • Pierre Mascomère, actuaire,
  • Gustave Massiah, économiste,
  • Antoine Math, économiste,
  • Thierry Méot, statisticien-économiste,
  • Nicolas Meunier, économiste,
  • Sandrine Michel, maître de conférences, Université Montpellier 1
  • Catherine Mills, maître de conférences, Université Paris 1,
  • Matthieu Montalban, maître de conférences, Université Bordeaux 4,
  • Alain Morin, directeur de la revue Economie et Politique,
  • François Morin, professeur, Université Toulouse 1,
  • Nolwenn Neveu, professeur agrégé de SES,
  • Alain Obadia, membre du Conseil économique social et environnemental
  • André Orléan, directeur de recherches, CNRS-EHESS,
  • Fabienne Orsi, IRD,
  • Gilles Orzoni, économiste,
  • Bernard Paranque, économiste, euromed management,
  • Pascal Petit, économiste, université Paris 13,
  • Henry Philipson, économiste,
  • Dominique Plihon, professeur, Université Paris 13,
  • Jean-François Ponsot, maître de conférences, Université Grenoble 2,
  • Nicolas Prokovas, maître de conférences, Université Paris 13,
  • Christophe Ramaux, professeur, Université Paris 1
  • Gilles Rasselet, professeur, Université de Reims,
  • Frédéric Rauch, rédacteur en chef de la Revue Economie et Politique,
  • Gilles Raveaud, Institut d'Etudes Européennes, maître de conférence Paris 8 St-Denis,
  • Jacques Rigaudiat, ancien conseiller social des Premiers ministres Rocard et Jospin,
  • Bertrand Rothé, professeur agrégé d'économie gestion, Université de Cergy Pontoise,
  • Gilles Rotillon, professeur, université Paris X,
  • Jean-Marie Roux, économiste,
  • Catherine Samary, maître de conférences, Paris Dauphine,
  • Bertrand Seys, maître de conférences Télécom Bretagne,
  • Richard Sobel, maître de conférences Université Lille 1,
  • Bernard Sujobert, statisticien-économiste,
  • Dominique Taddéi, ancien président d'université, ancien Président de la Caisse des dépots et consignations,
  • Bernard Teper, économiste,
  • Bruno Tinel, maître de conférences, Université Paris I,
  • Stéphanie Treillet, maître de conférences des universités,
  • Sébastien Villemot, économiste,
  • Philippe Zarifian, professeur, Université Paris Est-Marne la vallée,
Repost 0
fase-montreuil - dans Crises
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 15:00

Communiqué de presse du Front de gauche après le 30 septembre


CONTRE LE TRAITE ET L’AUSTERITE :

LE 30 N’EST QU’UN DEBUT, LA LUTTE CONTINUE

 

 

 

 


Le Front de Gauche se félicite de la grande réussite de la manifestation nationale du 30 septembre organisée par 65 organisations (associations, syndicats, forces politiques) pour une Europe Solidaire et contre le Traité d’austérité. Sa diversité syndicale, associative et politique a payé et entraîné une importante dynamique citoyenne. Cette manifestation de plus de 80 000 personnes marque une étape importante dans la mobilisation contre le traité et plus largement les politiques d’austérité qui sévissent en Europe comme en France. Tous ensemble, nous avons largement participé à ce que le débat public s’ouvre sur les enjeux de ce traité. Les deux semaines qui s’ouvrent au parlement doivent être l’occasion d’amplifier encore ce débat.


Nous nous adressons plus que jamais à François Hollande à son gouvernement ainsi qu’aux députés d’EELV et Socialistes pour ne pas ratifier ce traité Merkozy : quand on est de gauche, on n’adopte pas un traité de droite !

Le Président de la République doit entendre toutes celles et tous ceux qui ont manifesté dimanche mais aussi toutes les mobilisations sociales qui lui disent qu’une autre politique est possible et nécessaire. Une politique de partage des richesses en faveur des travailleurs, des milieux populaires, de la jeunesse de notre pays et de relance de notre économie sur la base de critères sociaux et écologiques.


Le Front de gauche va continuer plus que jamais à se mobiliser contre les politiques d’austérité. D’où notre plein engagement dans les rendez-vous décidés dans le cadre du collectif unitaire : initiatives décentralisées dans toute la France les 6 et 7 octobre pour notamment interpeller les députés, meeting européen à Paris le 8 octobre. Il poursuivra sa bataille pour un référendum qui constitue pour lui une exigence démocratique incontournable.


Il appelle également à soutenir les mobilisations sociales à venir notamment la journée nationale « notre santé en danger » le 6 octobre, les manifestations syndicales pour la défense de l’industrie et de l’emploi le 9 octobre, et toutes les luttes des salariés contre les licenciements notamment PSA, ArcelorMittal, Sanofi…

Repost 0
fase-montreuil - dans Crises
commenter cet article