Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 11:28

Communiqué de « Notre Santé En Danger »

Banderole-Sante-2-avril-copie-1.jpg

 

 

Près d'un tiers de la population ne peut dans les faits avoir recours aux soins pour des raisons de coût (dépassements d’honoraires, franchises, forfaits, augmentation des complémentaires-santé…) et de difficultés d’accès aux structures de soins publiques (désertification, fermetures de structures de proximité, délais d’attente, manque de lits…).

 

 

Et si des avancées ont eu lieu sur quelques dossiers, les premières annonces gouvernementales apparaissent très insuffisantes par rapport aux enjeux.


Ainsi, la Santé n’a pas été retenue comme une priorité gouvernementale.

- Les Agences Régionales de Santé - outils des restructurations - ne sont pas remises en cause.
- Le refus d’un moratoire global sur les restructurations est inquiétant.
- La fermeture en grand nombre de CIVG et de maternités met en danger le droit des femmes à disposer de leur corps.
- Il n’est question que d’aménagement de la loi HPST et du mode de financement des hôpitaux.
- Il n'est prévu qu'une simple réduction et/ou contrôle des dépassements d’honoraires.
- Rien n’apparaît vraiment concernant l’installation des nouveaux professionnels de santé.
- Rien non plus sur les franchises médicales.
- La situation budgétaire des hôpitaux, de la psychiatrie et des structures médico-sociales devrait rester dans le rouge.


Le changement s’impose et nous pensons qu'il est urgent de nous faire entendre du gouvernement. C’est le sens de la semaine d’action engagée.


Cette semaine se déclinera aussi au niveau européen avec des manifestations à Athènes, Barcelone, Bruxelles, Londres, Madrid, au Pays Basque espagnol, à Varsovie et des initiatives en Allemagne, Italie, Suède… Elle se terminera par une conférence européenne à Varsovie les 6 et 7 octobre.

 

 

A Paris, la manifestation aura lieu le 6 octobre à 14 h depuis les hôpitaux Cochin-Saint-Vincent de Paul jusque Matignon.

Elle sera précédée d'un rassemblement à partir de 12h30, place de l'Observatoire-Palais Royal

 

Toutes les informations sont sur le site : http://www.coordination-nationale.org

Repost 0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 18:06

Traité européen Sarkozy-Merkel-Hollande
NE VOUS LAISSEZ PAS TRAITE !!


Le traité européen de Sarkozy et Merkel doit être voté par l'Assemblée Nationale en octobre prochain.
Malgré ses promesses François Hollande a décidé de le faire adopter, sans grandes modications.
Ce traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance de l’Union économique et monétaire
(TSCG) va avoir des conséquences désastreuses dans la vie de chacun, en France comme dans le reste de l'Europe.


Condamnés à l'austérité à perpétuité
Le traité impose à chaque pays de limiter son décit à 0,5 % par an. Concrètement, un pays qui
voudra dépenser pour l’Éducation, la santé, pour aider les précaires et les chômeurs, pour investir dans les énergies renouvelables, etc. ne pourra pas le faire comme il le veut. C'est la fameuse règle d'or qui autorisera la commission européenne à sanctionner les pays qui oseront dépenser ce qu'il faut pour répondre aux besoins des populations. L'austérité sera ainsi rendue obligatoire.


Pourtant de telles politiques conduisent à une augmentation massive du chômage (300 000 chômeurs prévus en France en 2013).

 
Objectif : Faire payer les dettes aux moins riches
Le traité européen implique de ramener les dettes des États européens à 60 % du montant
des richesses produites, contre 87% en moyenne aujourd'hui. Mais pour rembourser, c'est toujours plus de nouveaux impôts que paieront tous les européens, et toujours moins d’investissements dans les services publics et pour créer des emplois.

 

Il y a pourtant un autre moyen de réduire les dettes :
Ne pas payer tout ce que les banques et les fonds d'investissements privés ont volé aux peuples.


Démocratie ? Connait pas !
Le peu de pouvoir laissé encore aux États va se réduire encore plus. Déjà que beaucoup de choses se décident sans que les citoyens soient consultés, mais avec ce nouveau traité, c'est la commission et la cour de justice européenne qui vont dicter aux États leurs politiques ; et s'ils résistent, tant pis pour eux, les sanctions les attendent. On a vu au printemps comment l'idée même de consulter les Grecs sur leur avenir inquiétait les dirigeants européens.
Coupes budgétaires, hausses d’impôts mais pas pour les plus riches, austérité permanente,
compétition, règle d'or, démocratie bafouée...

 

C'est contre tout ça que nous nous battons et que nous manifesterons le dimanche 30 septembre, 13h30, place de la Nation.

 

S'informer, discuter, débattre, résister...
Face au traité européen, Contre l'austérité à vie
Jeudi 27 septembre à 20H, salle Franklin,
60 rue Franklin, près de l’Église
avec Aurélie Trouvé, co-présidente d'ATTAC et Sabina Issehnane, économiste atterrée

 

http://www.clac-ladette.org/spip.php?page=evenement&id_article=100

Repost 0
fase-montreuil - dans Crises
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 21:54

eau-2909.jpg

Repost 0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 17:14

Image3

 

Communiqué des élus RGC/PG/PC/FASE

 

Dominique ATTIA, Stéphane BELTRAN, Muriel BENSAID, Jean-Jacques SEREY,

Danièle CREACHCADEC, Gaylord LE CHEQUER, Juliette PRADOS.

 

 

Les élus Rassemblement de la Gauche Citoyenne, Parti de Gauche, Communistes, FASE se sont prononcés contre le projet de Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (T.S.C.G.) qui sera prochainement soumis au vote du parlement. Par un vœu qu’ils proposent d’inscrire à l’ordre du jour du prochain Conseil municipal, ils proposent à leurs collègues de prendre position, à leur tour.

 

Ce traité, s’il devait été adopté, aura, inévitablement un impact sur l’ensemble des politiques nationales et donc sur les politiques à venir en direction des collectivités territoriales et de nos concitoyens déjà fortement impactés par une succession de mesures qui étouffent les finances locales et le pouvoir d’achat. Réforme après réforme – suppression de la taxe professionnelle, réforme des collectivités territoriales, transferts de charges non compensés, gel des dotations –, la politique menée ces 10 dernières années n’a eu de cesse de contraindre la dépense publique locale et de nier le principe de libre administration des collectivités. Avec les nouvelles contraintes imposées par ce nouveau traité, ce serait un tour de vis supplémentaire. A ce titre, les élus locaux que nous sommes sont donc légitimes à se saisir de ce sujet et à peser dans le débat en faisant entendre leurs voix. C'est d'ailleurs ce qui leur est demandé par le collectif montreuillois pour l'audit citoyen de la dette.

 

C’est le sens du vœu, que les élus Rassemblement de la Gauche Citoyenne, Parti de Gauche, Communistes, FASE soumettent à leurs collègues socialistes, verts et de la société civile. En votant ce vœu, nous pouvons donner plus de poids encore aux parlementaires de notre département qui se sont d’ores et déjà positionnés contre ce traité ou qui hésitent à le faire.

 

Ce vœu est transmis ce jour, à la Maire afin qu’il soit inscrit à l’ordre du jour du prochain Conseil municipal

Repost 0
fase-montreuil - dans Crises
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 10:00

Etranglé par les dettes, le CHI André-Grégoire va recevoir une aide exceptionnelle de 5 M€ de l’agence régionale de santé et prépare un plan de retour à l’équilibre.

Julien Duffé | Publié le 18.09.2012, 05h33

MONTREUIL, JUIN 2012. La pétition lancée en juin par un collectif, très attentif à l’évolution de la situation, pour la défense de l’hôpital atteint aujourd’hui 3 000 signatures. | (lp/j.d.)

La bouffée d’oxygène est bienvenue mais elle reste insuffisante. Etranglé par les dettes à la suite de lourds investissements initiés en 2004, menacé par deux emprunts toxiques, le centre hospitalier intercommunal (CHI) André-Grégoire de Montreuil devrait recevoir jeudi une aide exceptionnelle de 5 M€ de l’agence régionale de (ARS) pour renflouer sa trésorerie.
De quoi payer ses fournisseurs, dont certains attendent depuis… quatre mois et demi. En juin, la maire (EELV), , présidente du conseil de surveillance de l’hôpital, avait alerté la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, sur la situation financière « intenable » de l’établissement.

Les toujours inquiets


« Ces 5 M€ nous permettent de passer un cap, reconnaît Michèle Damon, directrice du CHI. Sans cette aide, nous n’aurions pas pu boucler l’exercice 2012. » Le budget 2012, initialement rejeté, a été approuvé fin juillet par l’ARS. Reste à l’Agence à se prononcer sur le plan de retour à l’équilibre proposé mi-juin par la direction pour sortir durablement du rouge. La direction réfléchit notamment à un partenariat avec la clinique Floréal de Bagnolet. « L’installation des activités de la clinique sur notre site avec mutualisation du plateau technique est une piste intéressante », souligne Michèle Damon, qui prévoit aussi une réduction de 8 postes par an sur quatre ans (hors effectif soignant).

L’agence régionale de santé explique cependant toujours travailler sur le plan. « Nous suivons de très près cet établissement, l’un des plus déficitaires avec 10 M€ de dettes, explique un porte-parole. Mais l’hôpital dispose d’une offre de soins importante, de personnels de qualité qu’il ne faut pas décourager. Il faut retrouver une dynamique positive. »

En attendant, la pétition de défense de l’hôpital lancée en juin par un collectif réunissant syndicats de personnels (CGT-SUD-Unsa), usagers, médecins et municipalité atteint aujourd’hui les 3000 signataires. « La situation reste critique, donc on continue », souligne Dominique Nilenkovic, président de l’association des usagers. Les syndicats s’interrogent. « De gros points d’interrogation subsistent sur un éventuel partenariat avec le privé, relève Corinne Mazet, à l’Unsa. Et ce n’est pas avec deux blocs qu’on va développer l’activité. » Le ton est encore plus critique à la CGT. « La direction est dépassée, l’ARS laisse pourrir la situation et a laissé tomber Montreuil, dénonce Brigitte Morane, déléguée CGT. Aujourd’hui, la survie de l’établissement est en jeu. »

 

Le Parisien

Repost 0
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:42

 Manifestation unitaire le samedi 1er septembre à 14h30, République, à Paris.


Le 23 août 1996, 300 personnes, des femmes, des hommes et des enfants, « sans papiers », étaient délogés de l’église Saint Bernard à Paris, à coups de hache et de gaz lacrymogènes

 

16e anniversaire du coup de hache contre la porte de l’église Saint-Bernard à Paris

 

1996_08_23_St-Bernard--9-.jpg

 

 

En réaction, 30 000 manifestants défilent pour dénoncer la politique du gouvernement et les lois Pasqua. Grâce à cette mobilisation, une vague de régularisation a eu lieu sous le ministère Chevénement.

Mais le problème est resté entier. Les « sans-papiers » ont continué d’être surexploités par un patronat intéressé à pousser toujours plus loin la déréglementation du marché du travail. Et, qui par cette « mise en concurrence de tous contre tous », cherche à tirer les conditions de travail et de salaire de l’ensemble des salariés du pays vers le bas. Cela avec la complaisance des gouvernements qui se sont succédés.

 

Parallèlement dans la dernière période, la politique dite de « lutte contre l’immigration irrégulière » s’est soldée par des lois de plus en plus restrictives, de véritables politiques de « chasse à l’étranger », avec des quotas d’expulsions toujours plus élevés.

En prime, les travailleurs migrants avec ou sans papiers ont été désignés comme « boucs émissaires » du fléau social qu’est le chômage. Et plus généralement les étrangers, comme responsables de l’insécurité, de la délinquance et des trafics de drogue.

 

Les « sans papiers », les travailleurs-euses sans papiers, avec les organisations syndicales, les associations de défense des droits humains et les collectifs ont résisté à la mise en œuvre de cette politique par des grèves massives, des occupations, des manifestations et des marches, etc. La majorité des électeurs a sanctionné cette politique répressive de N.Sarkozy et de ses gouvernements comme sa reprise des discours qui étaient restés jusqu’ici l’apanage de l’extrême droite raciste et xénophobe. Le combat continue !

 

A l’occasion du 16éme anniversaire du honteux coup de hache contre la porte de l’église Saint Bernard à Paris, nous, syndicats, associations et collectifs de sans papiers appelons à manifester partout dans l’unité le samedi 1er septembre 2012 pour :

La régularisation des sans papiers qui travaillent d’une façon ou d’une autre.

La fermeture des centres de rétention administrative (CRA).

L’arrêt des contrôles au faciès et des expulsions.

L’égalité de traitement entre Français-es et Etrangers-es dans les études comme au travail.

 
Manifestation unitaire
14h30, République, église St Bernard
Samedi 1er septembre 2012

A l’initiative de :

ALIF, ALIFSI, CGT, CNSP, CSP 17, CSP 59, CSP 75 (Strasbourg/St Denis), CSP 92, Coordination 93, Droits devant.

Avec le soutien des premiers signataires suivants :

Collectifs : CSP (Angoulème), Comité soutien Ousmane BA de Creil, SP92… Associations : ATTAC-France, ATMF, Autremonde, Femmes Egalité, FTCR, Intercapa Solidarité, LDH, MRAP, Mouvement de la Paix, RESF, Réseau féministe « Rupture », Sortir du colonialisme, Sos Racisme… Syndicats : CGT, UNEF, FSU, Solidaires-Finances-Publiques… Partis politiques : Alternative Libertaire, Europe Ecologie les Verts, FASE, Parti communiste français, Parti communiste des ouvriers de France, Parti de gauche, UDB…

 

294652_222300767896949_815766780_n.jpg

Repost 0
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 16:34

314209_4565417012920_1686627698_n.jpg

Repost 0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 12:16

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU FRONT DE GAUCHE

 

 

referendum.jpg

 

 

Le gouvernement a décidé de faire ratifier le traité européen tout début octobre par le parlement. Il s'agit d'une décision importante pour la France comme pour le devenir de l'Europe.

 

Le MEDEF vient d’appeler à la ratification sans condition du traité mis en place par Madame Merkel et Monsieur Sarkozy tout en continuant de réclamer de nouveaux cadeaux pour le patronat en termes d’allègement d’impôts et de cotisations sociales.

 

Le Front de gauche tient à rappeler son opposition totale à ce pacte budgétaire qui renforcerait encore toutes les politiques conduisant à la fois à la régression sociale, à l’aggravation de la crise écologique, au déni démocratique et à la récession économique en Europe comme en France. Il entend donc mettre tout en œuvre pour que la France ne le ratifie pas. Le Front de gauche, pour sa part, se prononce pour l'organisation d'un référendum permettant de respecter la souveraineté populaire.

 

Il salue les voix de plus en plus nombreuses qui à gauche, au Parlement, dans le monde syndical et dans la diversité du mouvement social s’élèvent contre la ratification de ce pacte budgétaire.

 

Il estime nécessaire de mener une campagne rapide, dynamique et pédagogique afin de souligner les enjeux et les dangers liés à ce pacte budgétaire et de mettre le Président de la République, le gouvernement et les parlementaires devant leurs responsabilités.

 

C’est dans ce cadre qu’il a lancé le principe d’une grande manifestation nationale contre ce traité afin de contribuer au rassemblement de toutes celles et ceux qui veulent défendre les chances d’une politique alternative aux logiques financières. Il propose cette initiative au « collectif de l'audit de la dette » dans la perspective de la réunion que celui-ci organise le 4 septembre prochain.

 

Il partage le souci d’inscrire cette action dans la durée afin de créer les conditions en France et en Europe de combattre les politiques d’austérité et de construire une autre Europe.

 

Il souhaite que la manifestation nationale, comme l’ensemble des initiatives prises, soit coorganisée par le maximum d’organisations associatives, syndicales et politiques. L’heure est au rassemblement, c’est la voix de l’efficacité et c’est urgent.

 

Paris le, 29 août 2012.

Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 19:59
243242 205449862827463 127318050640645 497402 6396605 o


Mercredi, 29 Août 2012

 


La FASE exprime sa vive déception quant aux annonces du gouvernement à l’égard des Roms présents en France, sa colère et son inquiétude quant à la poursuite des expulsions de ces familles pauvres.

 

En effet, faute de pouvoir accéder à des emplois en France sur un pied d’égalité avec les autres citoyens européens de l’espace Schengen, les Roumains et les Bulgares sont réduits à un statut de sous-citoyens européens. Cela doit changer ! Il y va des principes humains. Il en va de la conception de l’Europe.

 

Ce statut « dérogatoire » est la source des difficultés, qui en instaurant un quasi interdit de travail, oblige ces personnes à vivre dans des conditions indignes. Les « directives » ministérielles sont décevantes et inefficaces, en ce qu’elles ne modifient pas cette situation. Plus dramatique, la poursuite des expulsions l’aggrave en ajoutant de la précarité à la précarité, en alimentant les préjugés et les discriminations.

 

Les Roms que nous connaissons en France veulent sortir de cette misère, veulent en finir avec cette « vie » en bidonvilles. Pourquoi ne pas commencer par les écouter, les considérer, les respecter ? Leurs luttes sont les nôtres : celles de la dignité, du droit au travail, du droit à l’éducation, à la santé, celles d’une autre Europe.

 

La FASE tient à souligner l’urgence d’agir avec les Roms, eux-mêmes, sur les causes afin de parvenir à y mettre fin, et ainsi rompre réellement avec les actes, les discours et les stigmatisations des discours du précédent Gouvernement. Il s’agit là d’une autre conception de l’action politique sociale : celle qui s’appuie sur les énergies militantes car la fin des bidonvilles ne se décrète pas, elle se construit avec les habitants des bidonvilles.

 

En conséquence, la FASE exige une concertation respectueuse entre les familles concernées, les Roms, les associations, les pouvoirs publics et les institutions ; et ce, bien avant toute velléité d’expulsion car l’urgence n’en crée évidemment pas les bonnes conditions.

 

 

Il faut, pour cela, un moratoire sur les expulsions. Personne ne croira qu’une réelle volonté gouvernementale ne peut aboutir à des solutions de logement pour toutes les familles Roms.

 

Par ailleurs, la montée puis la banalisation des positions racistes de la droite et de l’extrême droite durant les campagnes électorales, et particulièrement la dernière, doivent nous dicter notre devoir : tout faire pour que le changement incantatoire du PS dans ce domaine devienne enfin une réalité perçue clairement et concrètement par les premiers concernés, ainsi que par les citoyens respectueux des droits humains.

 

C'est pourquoi, la FASE affirme qu’une autre politique est possible.

 

L'exemple de ce qui s’est passé dans l'Essonne le 27 août à Evry, ancienne ville de Manuel Valls, illustre l'acharnement du ministère de l'Intérieur dévolu aux vagues successives d'expulsion et à la distribution d'arrêtés municipaux d'expulsion sous 24h qui s'opèrent sans discontinuité partout en France, quitte à expulser des familles entières et à déscolariser les enfants la veille de la rentrée scolaire, à détruire les biens acquis, à obliger ces familles à n’avoir pour seul moyen de survie la mendicité. C’est inacceptable.

 

La FASE ne peut laisser faire sans réagir ! Là, comme ailleurs, une situation de bidonvilles était connue, et aurait dû faire intervenir plus tôt les pouvoirs publics afin de mettre en place des moyens de relogement avant tout.

 

 

Aussi, la FASE appelle à l'arrêt des expulsions et des mises à la rue des familles Roms, ainsi qu’à la constitution de « tables rondes départementales » partout où la question se pose. Cela seul sera une garantie de rupture avec les politiques précédentes, un acte antiraciste et un signe fort de respect.

 

Enfin, la FASE appelle à la forte mobilisation des organisations politiques de gauche avec les Roms en résistance, en soutien aux associations et en rupture avec cette politique indigne des droits humains pour réaffirmer ensemble le refus de cette politique d'exclusion et de rejet.

Repost 0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 15:37

A Montreuil, le mouvement des villes en transition s’enrichira à la rentrée d’une nouvelle initiative baptisée “T’M’ Transition Montreuil”.


Le site Internet du collectif invite d’ores et déjà celles et ceux intéressés par cette démarche à une réunion qui se déroulera le 30 août prochain à 20h à la salle Franklin (au 30 de la rue Franklin, près du tribunal) pour définir objectifs et outils. Une carte de la transition montreuilloise est en ligne et permet de visualiser la richesse des alternatives locales avec lesquelles les liens peuvent être tissés pour favoriser la réflexion et les actions autour de la transition.

 


Par ailleurs, le Festival des Utopies Concrètes, qui se déroulera du 27 septembre au 7 octobre, passera d’ailleurs par Montreuil à l’occasion d’une soirée consacrée à l’agriculture urbaine le 2 octobre. Les Murs à Pêches accueilleront ce rendez-vous auquel Quartiers en Transition s’associe et qui permettra d’aller à la rencontre de “T’M’ Transition Montreuil”.

 

transition.jpg

 

 

Territoires en Transition France

 

Transition Montreuil

 

"Transition, histoire d'une idée", par Pablo Servigne

Repost 0