Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 10:59

COMMUNIQUE DE

 

Dominique ATTIA, Stéphane BELTRAN, Muriel BENSAID, Jean-Jacques SEREY,

Danièle CREACHCADEC, Gaylord LE CHEQUER, Juliette PRADOS

 

 

image001-copie-1

 

Méliès : nous demandons la suspension du processus de transfert du cinéma et de son équipe à la Communauté d’Agglomération

 

 

L’image de notre cinéma est sévèrement écornée. L’équipe de direction et d’animation du Méliès est complètement affaiblie par les lourdes accusations portant sur la gestion de cet équipement. Le projet culturel et d’animation qui devait être réalisé par la ville et que nous aurions voulu concerté puis validé par le Conseil municipal est totalement passé aux oubliettes. Comment pouvons-nous, dans ce contexte, imaginer confier à d’autres la gestion et la définition d’un projet et d’un équipement qui puisent leur particularité dans l’histoire de notre commune et dans un niveau d’ambition culturelle sans comparaison à l’échelle du territoire.

 

A l’instar d’autres villes membres de la Communauté d’Agglomération Est Ensemble (CAEE) qui ont retardé le transfert de certains de leurs équipements, notamment culturels, nous pensons urgent de suspendre la décision qui a été prise de transférer notre cinéma et son équipe. Le calendrier actuel prévoit un transfert du personnel au mois de mars prochain.

 

La plupart des élus des 9 villes et du Conseil Communautaire lui-même reconnaissent le caractère perfectible de la construction démocratique et participative de l’intercommunalité. Comment imaginer un seul instant que l’élaboration du projet culturel puisse faire l’objet d’un traitement particulier ? Avons-nous les garanties sur le fait que le Vice-Président à la culture, Patrick SOLLIER, membre d’Europe Ecologie Les Verts, aura les mains libres pour mettre fin à la cabale orchestrée ?

 

Au contraire, nous pensons que ce sont une équipe et un projet solides qu’il nous faut confier à l’intercommunalité ; pas une coquille vide avec un personnel cassé et un projet inexistant. Gardons la maîtrise complète et directe de la concertation et de l’élaboration du projet du futur cinéma 6 salles. Garantissons-lui son statut. Inaugurons-le. Mettons sur les rails son fonctionnement effectif. Alors, et seulement alors, convenons des modalités de transfert de celui-ci et de l’équipe vers une gestion intercommunale garante d'un projet ambitieux décidé localement et non pas dans des bureaux éloignés.

 

La décision de transfert, aujourd’hui essentiellement motivée par des questions financières, peut-être suspendue par décision de la ville et en étroite concertation avec le Conseil Communautaire et son Président. Saisissons rapidement cette occasion avant que la situation ne nous échappe.

 

Voici une nouvelle proposition, concrète, constructive, qui permettrait à Dominique VOYNET non pas de se renier, mais de choisir la voie de l’apaisement et du dialogue pour une sortie de crise dans laquelle elle plonge la ville chaque jour davantage. Les élus Rassemblement de la Gauche Citoyenne et Parti de Gauche avec les élus Communistes et FASE seront porteurs, dans les prochains jours, d’éléments concrets permettant au Conseil municipal de la fin du mois de janvier de se prononcer sur cette proposition que nous voulons consensuelle.

Repost 0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 11:33

 

image001-copie-1

 

 

COMMUNIQUE DE

 

Dominique ATTIA, Stéphane BELTRAN, Muriel BENSAID, Jean-Jacques SEREY,

Danièle CREACHCADEC, Gaylord LE CHEQUER, Juliette PRADOS

 

 

Les élus RGC/PG/PCF/FASE se joindront à la manifestation de soutien au Méliès 

Samedi 19 janvier à partir de 14h, à l’initiative de la CGT

 

 

 

Les élus Rassemblement de la Gauche Citoyenne, Parti de Gauche, Communistes et FASE se joindront au cortège qui partira, samedi, du Cinéma Georges Méliès et appellent à un large rassemblement de toutes celles et tous ceux qui, comme nous, veulent manifester leur attachement au maintien du cinéma dans le giron public, au renforcement de l’action menée par l’équipe du Méliès et au travail entre la ville, l’équipe du cinéma et les associations de cinéphiles.

 

La presse s’est régulièrement fait l’écho du différend qui oppose l’équipe du cinéma municipal, les défenseurs de ce dernier, célèbres ou anonymes, à la municipalité. Pour notre part, nous continuons de refuser toute personnalisation du débat tel qu’il a été posé par la municipalité depuis le premier jour. En matière de gestion des ressources humaines nous continuons d’exiger la protection et la défense de l’intégrité des agents de notre service public mis en cause. Nous continuons d’exiger de la  part de chacun des membres de la municipalité le strict respect du principe de présomption d’innocence. A ce titre, il appartient à la justice et à elle seule, de décider des suites à donner ou non aux procédures engagées par la municipalité.

 

Nous manifesterons car nous pensons qu’il est grand temps que s’ouvre un vrai débat public sur l’avenir de notre cinéma et que pour cela, il est important que cesse ce mauvais pugilat. C’est à la Maire, à l’initiative de cette escalade avec ses déclarations médiatiques et son refus de faire respecter les règles élémentaires de présomption d’innocence, de prendre toutes initiatives permettant de ramener calme et sérénité.

 

Nous renouvelons les propositions dont certaines remontent à plus d’un an, à savoir :  

 

1 / Accepter de recevoir la conférence des Présidents des groupes du Conseil Municipal permettant de faire le point sur la situation et de leur faire connaître la nature exacte des éléments constitutifs de la saisine du Procureur de la République.

 

2 / Suspendre toutes procédures de recrutement et toute procédure de transfert de notre cinéma et de son personnel à l’intercommunalité alors que le contexte actuel a profondément affaibli cet équipement et l’équipe qui l’anime avec talent et professionnalisme depuis de nombreuses années.

 

3 / Organiser une table ronde avec l’ensemble des acteurs concernés pour travailler au projet de fonctionnement et d’animation du futur cinéma et en s’appuyant sur l’expertise des professionnels.

 

4 / A partir de ce projet, et en y associant l’ensemble des structures représentatives du personnel, travailler à un nouvel organigramme basé sur des missions clairement définies et réparties.

 

5 / Présenter, au Conseil municipal, le projet culturel, projet de fonctionnement et d’animation du futur cinéma ainsi débattu et concerté.

 

6 / Faire valider ce projet par le Conseil Communautaire d’Est Ensemble nous permettant d’inscrire dans le marbre le futur statut du cinéma Méliès et donc de lever toute inquiétude sur son avenir dans le giron public.

 

En continuant de refuser ce débat nécessaire et utile pour l’avenir de notre cinéma, Dominique Voynet  ne fait qu’envenimer la situation. C’est la raison pour laquelle, nous nous joindrons au cortège samedi prochain.

Repost 0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 17:17

FDG.jpg

 

Le Front de Gauche appelle à manifester massivement les 19 et 27 janvier 2013 en faveur du droit au mariage et à l’adoption pour toutes et tous et du recours à la PMA pour les couples de femmes  


Ce dimanche 13 janvier, une nouvelle manifestation est prévue par les mouvements politiques et sociaux opposés au mariage, à l’adoption, à la filiation et à la PMA pour tou-te-s. Depuis plusieurs mois, ces secteurs, enhardis par la frilosité du gouvernement et de la majorité parlementaire, mènent une importante offensive idéologique pour empêcher l’avancée politique et sociale majeure que représente l’adoption d’une telle loi.
Les débats sur la « loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe » offrent en effet l’occasion historique de supprimer les inégalités en droits qui légitiment les discriminations envers les personnes LGBT. C’est l’honneur et la responsabilité de toute la gauche non seulement d’assumer fièrement les valeurs égalitaires et progressistes inhérentes à ce combat mais aussi de mener bataille pour faire avancer toute la société dans cette voie. Telle est en tous les cas la position que nous défendons au Front de gauche. Comme l’affirme notre programme partagé L’Humain d’abord : « Nous adopterons une loi pour l’égalité qui éradiquera toute discrimination. Les droits du PACS seront renforcés. Le droit au mariage et à l’adoption sera reconnu aux couples homosexuels. Les femmes lesbiennes auront accès à la procréation médicalement assistée. » C’est le sens et le contenu de la proposition de loi N°119 déposée notamment par Marie-George Buffet « tendant à lever les discriminations reposant sur le sexe, le genre et l'orientation sexuelle en matière de filiation ».

Nous défendons le droit au mariage pour toutes et tous par conviction raisonnée que la liberté de choix est essentielle à chacune et chacun, et que l’égalité devant la loi, comme norme de la société, est porteuse d’un message sans équivoque qui délégitime les discriminations.

Nous défendons le droit à l’adoption parce que nous pensons que les personnes LGBT ne forment pas de moins bons parents que les autres et qu’ils ont autant d’amour à transmettre à des enfants.

Nous défendons aussi l’intégration du droit à la procréation médicalement assistée pour les femmes lesbiennes car, une fois évacuée la conception qui assigne une valeur inférieure à celles et ceux qui s’écartent d’une soi-disant norme hétérosexuelle, le cœur du débat est la filiation fondée sur l’engagement parental. Les lois de bioéthique ont consacré la valeur de l’engagement du compagnon stérile lors d’une PMA avec don de sperme : le compagnon de la mère a accès aux mêmes facilités pour faire reconnaitre sa filiation qu’un père biologique. Cette vérité selon laquelle ce sont l’amour et l’engagement parental qui fondent la filiation doit nécessairement s’appliquer pour les couples de femmes lesbiens. Dans un couple de femmes, aussi bien la parturiente que celle qui l’accompagne sont mères toutes deux. Par ailleurs, une femme seule recourant à la PMA a un projet parental tout aussi cohérent qu’une personne seule qui adopte.

C’est pourquoi, le Front de Gauche exige du gouvernement qu’il s’engage fermement et publiquement sur ces trois revendications légitimes et demande à la majorité parlementaire de les voter.

pma-ok-72 petit

Dans le même temps, le Front de Gauche regrette la gestion calamiteuse de ce dossier par le gouvernement et ses continuelles hésitations, retours en arrière qui ont aboutit à affaiblir le soutien populaire largement majoritaire il y a encore quelques mois à cette loi. S’ajoutent à ces revirements le fait que le Gouvernement, en plein débat sur l’égalité des droits, a annoncé son renoncement à lever l’interdiction systématique du don du sang pour tout homme ayant des rapports sexuels avec des hommes, qui était un autre engagement de campagne de François Hollande ainsi que de toute la gauche.

Après la manifestation pour l’Egalité du 16 décembre à Paris, le Front de Gauche sera de nouveau présent sur les prochaines mobilisations début 2013, afin de réclamer une grande loi d’égalité et non une loi « à minima »: le 19 janvier sur les mobilisations décentralisées partout en France et le 27 janvier lors de la grande manifestation nationale à Paris.


Paris le 9 janvier 2013

Repost 0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 15:01

 

Recensement des évacuations forcées de lieux de vie occupés par des Roms étrangers en France (Année 2012)


Par Philippe Goossens

 

 

En dépit des discours d’ouverture, le nouveau gouvernement socialiste a développé dans la réalité une politique au moins aussi destructrice et nocive que ne l’avait fait le gouvernement précédent. Il a exercé une pression sans précédent sur cette population : 66% du total des personnes évacuées en 2012 le fut sous son autorité durant les six derniers mois.


De plus, le nombre de personnes évacuées durant le 3ème trimestre a battu tous les records (5 223 au 3ème trimestre 2012 comparé à 3 283 durant le même trimestre 2011). Le nombre de personnes ayant reçu une OQTF (1728 en 2012 comparé à 850 en 2011) est lui aussi en nette augmentation.


Les chiffres montrent que depuis la mise en application de la circulaire interministérielle le 26 août 2012 « relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites », les choses n’ont pas changé : les personnes sont la plupart du temps tout simplement mises à la rue sans aucune solution alternative. Durant les six derniers mois, 63 évacuations forcées (sur un total de 97 pour l’année) ont été menées par les forces de l’ordre dont seulement 15 (sur un total de 19 pour l’année) l’ont été accompagnées d’une solution partielle de relogement (qui est très souvent nettement insuffisante et temporaire). Les activités et les pressions de l’OFII ne se sont pas relâchées (présence sur les terrains avec les forces de l’ordre avant et pendant les évacuations) et les rapatriements par charter se sont succédés à une cadence mensuelle jusqu’au mois de novembre.


Malgré des rappels à l’ordre très fermes de l’ONU, malgré les nombreuses protestations d’ONG françaises et internationales, tout indique que la politique menée par l’état français à l’égard des Roms est raciste et discriminatoire. Il suffit d’observer le nombre élevé de personnes évacuées de force par les autorités (9 404) par rapport au nombre estimé de Roms étrangers présents sur le territoire français (de 15 à 20 000).

De fait, selon le Rapporteur Spécial de l’ONU sur les droits des migrants, François Crépeau, « l'objectif ultime semble être l'expulsion de France des communautés migrantes Rom »

 

 

Lire toute l'étude

 

Source : Romeurope

 

Source :

Repost 0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 11:51

  Communiqué du 8 janvier 2013

  Image1111

 

 

 

A la mi-décembre, alors que débutait la saison 2 de « l’Affaire du Méliès de Montreuil »,  les présidents de groupe des minorités et de l’opposition au Conseil municipal avaient demandé à Dominique Voynet qu’elle leur adresse une copie de la plainte qu’elle avait déposée aux fins de déclencher une enquête sur d’éventuels détournements de fonds publics au cinéma municipal.

Refusant de nous communiquer la lettre de saisine de la justice, la maire de Montreuil nous avait engagés à nous adresser directement au Procureur de la République, seul à même de nous la transmettre, selon les dires de Madame Voynet. C’est donc ce que nous avons fait le 19 décembre 2012 en adressant une lettre commune au Procureur de la République.


Ce dernier a bien voulu nous répondre dans un courrier reçu hier. Et quelle n’est pas notre surprise de lire de la main du Procureur qu’il nous informe n’avoir trouvé aucune trace « tant au Parquet, que dans le service saisi de la plainte » d’une quelconque « affaire cinéma Le Méliès » !


N’osant croire que Dominique Voynet aurait orchestré médiatiquement toute cette affaire et qu’elle aurait menti à plusieurs reprises, jusque devant le Conseil municipal, nous demandons donc des explications à la Maire de Montreuil.


La chose serait en effet trop grave pour que Dominique Voynet, dépositaire de l’autorité publique, ait pu agir avec tant de légèreté dans une affaire où elle a mis gravement en cause la probité de ses agents et du service public…


Nous publions ce jour notre lettre au Procureur ainsi que la réponse de ce dernier et demandons solennellement à Dominique Voynet de bien vouloir s’expliquer publiquement sur ce nouveau rebondissement.

Repost 0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 14:32

vœux fase ga

Repost 0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 15:06

CRISE AU MELIES DE MONTREUIL

URL Courte : https://12398.lapetition.be/

Le cinéma Méliès de Montreuil est à nouveau en crise. Alors que nous devrions être occupés à préparer au mieux l’ouverture, prévue fin 2013, du plus grand complexe d’art et essai-recherche municipal de France, un climat de délation et de soupçon empoisonne l’atmosphère. On parle de “découverte d’une caisse noire”, de “détournement de fonds". On dénonce les salariés du Méliès à la télévision, comme si l’on connaissait les conclusions d’une enquête qui ne fait que commencer.
C’est la troisième fois en un an que les mêmes personnes sont attaquées pour des motifs chaque fois différents, avec chaque fois serment de détenir des éléments graves et déterminants.

Pourquoi ne laisse-t-on pas les salariés animer ce cinéma dans la sérénité, ce qu’ils excellent à faire de l’avis général ? Pourquoi s’acharner ainsi ?

Il n’y a pas plus de découverte de " caisse noire ", que de " détournement de fonds ".
Que se passe-t-il ?
Dans notre cinéma, sur 4000 séances par an, il y a environ une dizaine de séances non commerciales. Elles concernent des films rares, souvent anciens, ou des téléfilms, qui n’ont ni visa, ni distributeur. Les entrées des séances non commerciales sont encaissées par une billetterie parallèle depuis 15 ans au moins, au vu et au su des élus, des DAC, de la direction administrative, des comptables, des régisseurs. Il en est de même de nombreuses salles dynamiques qui organisent des séances non commerciales.
Ces séances ne pouvaient pas être encaissées par la billetterie CNC sans entrer, soit un faux numéro de visa, soit un faux distributeur, soit une fausse quatrième salle. Les recettes non commerciales étaient reversées a posteriori dans la billetterie CNC : elles servaient, au Méliès comme dans d'autres cinémas, à acheter des billets offerts par la ville aux associations-partenaires lors des soirées-débats. Au lieu d’éditer des exonérés, avec cet argent on payait des billets !
Dominique Voynet, Maire de Montreuil, accuse aujourd’hui l’équipe du cinéma d’avoir « détourné des fonds publics » et d’avoir privé la ville de ces recettes… au profit des créateurs, du CNC et du système de redistribution qui alimente tout le cinéma français !
Cette situation a pour origine un vide de la réglementation, connu du CNC. Il y a partiellement répondu en 2008 en créant les "visas provisoires" pour les séances non commerciales des festivals.
En 2008, Libération écrivait à propos des séances non commerciales et des visas provisoires contestés par la profession : " Le caractère désormais obligatoire de ce visa temporaire ouvre gentiment la porte à ceux qui, pour des raisons diverses et variées, souhaiteraient nuire à une manifestation. Ainsi, il n’est pas totalement farfelu d’imaginer qu’un beau jour, un excité quelconque saisisse la justice à propos d’un film projeté dans un festival dont l’organisateur n’aurait pas demandé le fameux visa ". La transposition avec une équipe municipale désireuse d'attaquer une équipe de cinéma solidaire est tentante... Et Bruno Icher concluait : «’Dura lex sed lex’, diront alors - à condition qu’ils soient latinistes - les policiers en saisissant les bobines ». Ou en convoquant au poste voire au tribunal l'équipe de la salle visée obstinément par la mairie…

A qui, à quoi sert en effet cet acharnement ? S’agit-il de ressentiment personnel ? S’agit-il de se débarrasser d’une équipe talentueuse ? S’agit-il de remettre en cause le Nouveau Méliès, le projet novateur et généreux de cinéma public de notre ville?

Nous tenons à assurer de notre confiance les salariés qui viennent d’être suspendus et accusés sans preuve, et exigeons leur réintégration immédiate dans leurs fonctions.
Nous demandons que soit réglé, en partenariat avec le CNC et le trésor public, par des réunions de travail et non par des enquêtes, des menaces et des plaintes au pénal, le problème d’intégration des séances non commerciales dans la billetterie classique.
Nous demandons que soit enfin débattu publiquement le projet culturel du Nouveau Méliès.

Solveig Anspach, Dominique Cabrera, Robert Guédiguian, Dominik Moll, cinéastes, membres du conseil du cinéma Méliès à Montreuil

 

 


C'est une lettre que vous pouvez signer sur lapetition.be https://12398.lapetition.be/  (crise au Méliès), et si cela vous dit, la faire circuler le plus largement possible.

Vous pouvez aussi signer la pétition de l'association de spectateurs Renc'art au Méliès , https://12363.lapetition.be/ (soutien au cinéma Méliès)

La mobilisation doit reprendre pour que les trois personnes suspendues dans leur fonction depuis un mois puissent réintégrer leur travail ... et que ce cinéma puisse continuer d'exister comme lieu créatif

Repost 0
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 11:20

La Campagne nationale du Front de Gauche: c’est parti !

« L’alternative à l’austérité, c’est possible ! »

 

Logo_frontdegauche.jpg


Le contexte politique général

Notre point de départ, c’est notre opposition à la politique d’austérité que met en œuvre le gouvernement Ayrault : respect des traités européens et ratification du TSCG, soumission à l’objectif de 3% de réduction des déficits publics en 2013, politique de l’offre, de la réduction des dépenses publiques, de la baisse de qu’ils nomment le « coût du travail » à travers le « pacte de compétitivité », refus de nationaliser Mittal. Cette politique satisfait le Medef et place les travailleurs et leurs syndicats en situation difficile. Cette politique sociale-libérale est non seulement injuste mais elle conduit à l’échec, l’austérité nourrissant l’austérité.

Nous ne nous résignons pas à cela, ce n’est pas ce à quoi aspirent les millions d’hommes et de femmes qui se sont mobilisés contre Sarkozy et pour qu’il s’en aille. Nous voulons faire entendre qu’une autre logique existe à gauche, que d’autres solutions sont possibles, sont crédibles et applicables par un gouvernement décidé à rompre avec le libéralisme et le social libéralisme. Nous voulons partir des questions brûlantes de l’actualité (explosion de la pauvreté, multiplications des plans sociaux…) et montrer qu’il existe des réponses concrètes immédiates et indispensables qui s’inscrivent dans la cohérence d’une autre politique à gauche.

L’alternative à l’austérité se construit à travers notre capacité à faire en sorte que les réponses politiques que nous portons rencontrent un écho grandissant. Il est possible de construire une majorité alternative à même de soutenir les solutions que nous proposons. Mais cela ne se fera pas sans des batailles politiques prolongées combinant mobilisations populaires fortes qui battent en brèche la résignation et le fatalisme et élections. Des étapes en ce sens peuvent être franchies à travers des batailles sur des points particuliers, des mesures précises qui s’imposent comme des nécessités vitales pour l’ensemble de la population.

Le Front de Gauche est à l’initiative, il incarne ainsi l’alternative à gauche. Il s’adresse largement au-delà des composantes du Front de Gauche à toutes celles et tous ceux qui à gauche et/ou dans le mouvement social souhaitent une politique en rupture avec la financiarisation de la société et le productivisme.

 

Comment engager la campagne ?

Le point de départ de notre campagne du Front de Gauche est d’aller le plus possible à la rencontre et à l’échange avec les salariés, les milieux populaires, les jeunes. Un matériel national du Front de Gauche sera édité pour janvier 2013 (tracts et affiches).

Les formes de cette campagne doivent être multiples. Chaque assemblée citoyenne, chaque espace du Front de Gauche doit déterminer quel est le meilleur moyen de déployer cette campagne, de prendre des initiatives, de toucher et d’impliquer le maximum de personnes. Plusieurs idées existent : meetings, rencontres de quartiers, actions symboliques, marches contre l’austérité, votations citoyennes… Faisons preuve de créativité !

Notre campagne aura aussi un cadre national, à travers un meeting de lancement qui réunira les représentants nationaux du Front de Gauche en janvier 2013. Des meetings régionaux avec des représentants nationaux peuvent être envisagés.

Les différents espaces du Front de Gauche seront aussi associés à cette campagne. Les Fronts thématiques, le Front des luttes, le Front des économistes, le Conseil national du Front de Gauche…etc… seront sollicités dans l’organisation d’initiatives, dans l’élaboration d’argumentaires.

La construction d’ateliers législatifs permettant d’associer largement des forces diverses à gauche et dans le mouvement social pour porter des propositions de loi seront un moyen de concrétiser notre campagne.

Le travail des groupes parlementaires du Front de Gauche, à l’Assemblée Nationale, au Sénat et au Parlement européen sera un point d’appuis pour alimenter les initiatives.

Le site internet du Front de Gauche « Place au peuple », dont l’animation collective va être redéveloppée, permettra de faire connaître largement toutes les initiatives qui sont organisées.

Notre objectif est d’inscrire cette campagne sur plusieurs mois. Nous ne pouvons prévoir à l’avance les rythmes, l’écho que notre campagne rencontrera, ni les questions qui polariseront l’actualité. Il est donc essentiel de faire preuve de réactivité, de saisir les points d’appuis pour développer nos arguments, impulser des initiatives.

 

La clé de l’implication populaire

La question de l’austérité et des ses conséquences pour les conditions de vie des classes populaires est une question centrale dans la situation politique française. Rien ne sera arraché sans la mobilisation des travailleurs et des milieux populaires, à laquelle le front de gauche veut travailler.

D’autres initiatives des organisations syndicales ou du mouvement social sont prises contre les politiques d’austérité et leurs conséquences. Certaines sont organisées – notamment à travers les collectifs unitaires CAC – avec la participation des organisations membres du Front de Gauche. Nous soutenons les initiatives du mouvement social et du mouvement syndical, dans le respect de l’autonomie de chaque cadre.

Notre pari est qu’il y a une disponibilité aujourd’hui pour porter une autre politique que celle qui satisfait aux exigences du MEDEF et des actionnaires. Le Front de Gauche se veut un outil au service de l’implication populaire. Nous devons donc prendre des initiatives à la hauteur de cette ambition.

 
Repost 0
fase-montreuil - dans Crises
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 16:30
Vendredi 21 décembre 2012

   

 Image1111.jpg

 

 

La violence et l’insulte ne sont pas une issue normale du débat démocratique

 

 

 

Jeudi 20 décembre 2012, lors du conseil municipal de Montreuil, alors qu’une suspension de séance venait d’être prononcée par la maire après un débat politique sans concession sur la situation au sein du cinéma municipal Méliès, deux adjoints à la maire s’en sont pris violemment à l’un des élus de l’opposition municipale.

 

Nous, élus des minorités et de l’opposition, condamnons fermement ces graves débordements qui entachent sérieusement les valeurs de la République.

 

Les échanges d’arguments politiques ne justifient pas et ne justifieront jamais de telles violences verbales et physiques.

 

Tous les élus des minorités et de l’opposition ont ainsi exigé des excuses publiques de la part de la maire et de ses adjoints. Même si ces graves incidents se sont déroulés en salle du Conseil municipal et sous les yeux d’une assistance citoyenne fournie, Dominique Voynet (qui a pourtant assisté à une partie de la scène) a refusé de revenir sur le sujet, sous prétexte qu’il s’était produit en dehors du temps de la séance du conseil. L’incident aurait pu être clos facilement par des excuses publiques, si la maire n’avait pas rejeté cette juste demande.

 

Face à une telle légitimation de la violence physique et verbale, les élus des minorités et de l’opposition ont solennellement annoncé leur départ de la séance, rendant de ce fait le déroulement du Conseil municipal caduque, faute de quorum puisque plusieurs élus de la majorité municipale étaient absents ce soir-là.

 

C’est en catastrophe que les membres du cabinet de la maire sont alors allés réveiller quelques élus de la majorité à leur domicile, afin qu’ils viennent garnir in extremis l’assemblée municipale pour essayer d’atteindre le quorum et ainsi voter toutes les délibérations inscrites à l’ordre du jour.

 

Dominique Voynet, qui prétend « faire de la politique autrement » a une nouvelle fois démontré, tant sur la gestion du débat sur le Méliès, que sur la suite du Conseil municipal, que cette devise n’était vraiment plus qu’un slogan.

 

Nous condamnons fermement ce simulacre de démocratie. L’avant-dernier budget du mandat aura donc été débattu et voté par les seuls membres de la majorité municipale, en l’absence des 23 élus des minorités et de l’opposition.

Repost 0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 16:58

 

Le suffrage universel a été une longue conquête dans l’histoire de la République.


Si, en 1793, lors de la Révolution, la première République en adopta le principe, il fut réellement mis en oeuvre par la IIe République, après la Révolution de 1848. Mais le suffrage resta limité aux hommes jusqu’en 1944, lorsque fut enfin instauré, à la Libération, le droit de vote pour les femmes. Trente ans plus tard, en 1974, l’âge du droit de vote fut abaissé de 21 à 18 ans.


En 1998, les étranger(e)s citoyen(ne)s des pays de l’Union européenne résidant en France ont été admis(es) au vote et à l’éligibilité pour les élections municipales et au Parlement européen.

En mai 2000, l’Assemblée nationale vote une proposition de loi accordant le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales pour les étranger(e)s extracommunautaires, qui résident légalement sur le territoire depuis cinq ans au moins. Le Sénat, à son tour, le 8 décembre 2011, adopte cette même proposition. Il reste à mettre en oeuvre la révision constitutionnelle nécessaire.


De nombreux(ses) responsables politiques de gauche, et aussi du centre et de droite, se sont exprimé(e)s en faveur de ce droit.

 

4966145-7414393.jpg


En 2012, lors des élections présidentielles et législatives, la nouvelle majorité a inscrit cette réforme dans son programme. Conformément à ses engagements dans sa déclaration de politique générale, le Premier ministre, en juillet puis en septembre, a promis qu’il y aurait un projet de loi en 2013.


Près de deux millions et demi d’étranger(e)s extracommunautaires vivent et travaillent dans des communes où elles/ils participent à la vie locale et paient des impôts. Nombre d’entre elles/eux sont responsables d’associations, délégué(e)s de parents d’élèves, délégué(e)s syndicaux(cales)...


La vie locale est un lieu essentiel de la vie démocratique et il n’existe aucune raison pour que toutes celles et tous ceux qui résident sur ces territoires n’y participent pas de façon égale. Il est temps de franchir une nouvelle étape pour l’élargissement du suffrage universel, la démocratie, la cohésion sociale et pour l’égalité des droits.

Les promesses électorales faites depuis plus de trente ans, approuvées par les électeurs(trices) à au moins quatre reprises, depuis 1981, doivent maintenant être tenues.

 

 

 Signez et partagez l'appel!

 

 

 droit de vote etrangers

Repost 0