Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de fase-montreuil
  • Le blog de fase-montreuil
  • : Blog du comité montreuillois de la FASE. La politique ne peut rester une affaire de spécialistes et doit devenir l'exercice plein pour chacun-e de sa citoyenneté. L'action des élu-e-s doit être dans un prolongement des mobilisations et un moyen de dialogue permanent avec celles-ci au sein des institutions. Convergence, rencontre, pratiques mises en commun, en regroupant la pluralité des cultures et parcours
  • Contact

Recherche

8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 10:50

Image1111

 

Communiqué des élus des groupes Communiste/FASE, Rassemblement de la Gauche Citoyenne et Parti de Gauche, Renouveau Socialiste à Montreuil Socialiste  

 

 

Réouverture du cinéma Méliès : Pour nous, le compte n’y est pas !

Nous demandons l’application de l’article 11 du règlement intérieur du conseil municipal !

 

 

Après 46 jours d’un mouvement social sans précédent, les salariés du Méliès assureront la réouverture du cinéma ce vendredi 8 mars. A cette occasion, nous tenons à saluer l’esprit de responsabilité et de dignité de l’équipe qui aura été la victime d’attaques d’une brutalité inouïe dont certaines relèvent clairement de la diffamation. Nous saluons leur décision de reprise du travail qui se fera dans un contexte pénible mais qui souligne leur engagement pour la défense de cet équipement culturel auquel nous les savons attachés.

 

Malgré une propagande abondante et violente, sur les deniers publics, il n’aura échappé à personne que l’attaque avait pour but de justifier la décision municipale de débarquer une partie de l’équipe pas assez malléable et que la Maire et son élu aux affaires culturelles voulaient placer sous contrôle politique.

 

La fin du mouvement de grève, le déplacement d’agents municipaux mis en accusation, le licenciement du directeur artistique, le tout, sans jugement sur le fond et sans que la justice républicaine n’ait été rendue, ne peut satisfaire les élus que nous sommes.

 

C’est la raison pour laquelle, nous demanderons - dans la perspective du prochain conseil municipal - conformément à l’article L. 2121-22-1 du code général des collectivités territoriales, un vote en faveur de la mise en place d’une mission d’information et d’évaluation sur les graves dysfonctionnements qui ont eu lieu dans la gestion de cette affaire.

 

A cette occasion, nous entendons procéder à l’évaluation du service public communal du cinéma et de l’ensemble des services concernés. Cette demande s’inscrit clairement dans la suite de notre déclaration commune du 11 février dernier au cours de laquelle nous faisions part de notre étonnement à la lecture d’un courriel de la directrice générale de la ville reconnaissant des dysfonctionnements depuis « une dizaine d'années ». Si tel devait être le cas, nous maintenons que trois agents communaux aujourd’hui mis en cause ne peuvent servir de boucs-émissaires dans une affaire qui pointerait alors de graves défaillances dans l’encadrement de ces agents.

Repost 0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 15:12

Le 4 mars 2013.

Par le Groupe des élus socialistes et le Groupe des élus communistes et FASE du conseil municipal de Montreuil.


Depuis plus d’un mois, les salariés de notre cinéma municipal Le Méliès sont en grève, aux côtés du directeur artistique et des deux régisseuses, suspendus par la municipalité, ainsi que de leur collègue projectionniste en fin de contrat. Du jamais-vu dans notre ville de Montreuil. à l’origine, le conflit opposant depuis un an et demi la maire, Dominique Voynet, et sa majorité municipale à l’équipe du cinéma qu’elles ont décidé de démanteler.

Accusations de harcèlement, recrutement par voie de presse d’un nouveau directeur sans que personne au cinéma n’en ait été informé… rien n’est laissé au hasard par madame Voynet pour tenter de déstabiliser et de démembrer l’équipe du Méliès. Hélas ! La solidarité prévaut toujours à Montreuil, et le constat est rude : au bout d’un an et demi de salves régulières, l’équipe du Méliès est toujours unie, toujours debout. Il faut donc frapper un grand coup. Ce que fait la maire début décembre 2012, en diligentant une nouvelle enquête administrative – une première avait été mise en place en début d’année, incitant les agents du cinéma à déposer un préavis de grève. Ce faisant, elle prend de court les enquêteurs en évoquant dans un communiqué une « caisse noire », tandis que l’un de ses adjoints annonce sur son blog d’élu un « détournement de fonds publics au Méliès ». Dès lors, c’est l’hallali. Rumeurs, accusations jusqu’en séance du conseil municipal, piétinement de la présomption d’innocence – « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose » –, le système Voynet est en place.

Le 8 février, nous, élu(e)s des minorités et de l’opposition, apprenons que la directrice générale des services a, par voie de presse, communiqué des extraits du rapport de l’enquête administrative. Bien entendu, aucune, aucun d’entre nous n’est destinataire de ces extraits que nous nous procurons, en demandant parallèlement à la maire de nous faire parvenir l’intégralité du rapport – ce que, à ce jour, elle n’a toujours pas fait.

Quid de cette enquête dirigée par quatre personnes – la directrice générale des services, deux directeurs généraux adjoints et la directrice des ressources humaines – que l’on ne peut raisonnablement soupçonner d’être à décharge dans cette affaire ? La conclusion qui apparaît est la suivante : « Ces faits constituent de graves manquements aux règles de la comptabilité publique, aux règles applicables aux collectivités publiques et au code du cinéma. » L’ironie, c’est que pour l’année 2012, ce sont les deux directeurs généraux-enquêteurs qui ont été missionnés au Méliès pour s’occuper de son administration et de ses finances. Non seulement ces deux personnes sont juges et parties, mais elles sont, en outre, incriminantes et incriminées ! Et en s’incriminant elles-mêmes, elles incriminent de fait leur hiérarchie suprême, à savoir la maire ! Imaginez une victime autoproclamée portant plainte contre elle-même. Alfred Jarry l’a rêvé, Dominique Voynet l’a fait !

En effet, si dysfonctionnement il y a, la responsabilité première en incombe à la hiérarchie administrative et aux élus, qui sont censés mettre en place les dispositifs administratifs et financiers, ou contrôler ceux qui existent, les agents, en particulier ceux de catégorie C, comme les deux régisseuses mises en cause, devant obéir.

à plusieurs reprises, en particulier en séance du conseil municipal, madame Voynet a affirmé que les dysfonctionnements financiers au Méliès dataient de la municipalisation du cinéma en 2002 – il était alors associatif. Or, à cette époque, le directeur de l’action culturelle chargé de la mise en place des procédures budgétaires au Méliès n’était autre que… l’actuel adjoint à la culture et aux finances de madame Voynet ! Il faudrait que cette personne soit particulièrement incompétente pour n’avoir jamais été au courant des fonctionnements administratif et financier de notre cinéma. Et il faudrait que notre administration soit particulièrement défaillante (ce que nous refusons de croire) pour en être également ignorante.

Ainsi, à notre sens, les conclusions de l’enquête administrative désignent très clairement les premiers responsables : la hiérarchie administrative et les élus en charge de l’action municipale, d’autant que le budget et le compte administratif du Méliès sont présentés et votés chaque année en conseil municipal. La maire se rend-elle compte qu’en voulant faire tomber des têtes, c’est la sienne qu’elle menace ? Pas sûr. Car il semble, que malgré l’évidence, elle décline toute responsabilité personnelle vis-à-vis des faits qu’elle reproche aux agents du Méliès. Tel n’est pas notre cas.

Nous, élu(e)s des minorités et de l’opposition exigeons très solennellement d’être entendus dans le cadre de l’enquête et de prendre, en conscience, notre part de responsabilité en cas de dysfonctionnement avéré, et ce quelque minime soit-il.

En tant que conseillères et conseillers municipaux, nous disposons chaque année des documents budgétaires et administratifs relatifs au Méliès. Si un dysfonctionnement nous a échappé, contrairement à la maire et à sa majorité, nous ne dérogerons pas à nos responsabilités. C’est pourquoi en solidarité avec les agents du cinéma Le Méliès nous demandons à être entendus dans le cadre des enquêtes diligentées.

 

Lien vers la source de l'article : http://www.humanite.fr/tribunes/des-elus-complices-et-solidaires-des-salaries-du-c-516628

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 09:59

Communiqué du Groupe des élus Communistes-FASE, de la gauche Anticapitaliste et de la FASE


 

243242 205449862827463 127318050640645 497402 6396605 oLogo-GA.jpg


Mardi 26 février au matin rue Paul Bert dans le bas-Montreuil, une quinzaine de « riverains » dont, semble t-il, des militants de l’UMP, ainsi que des  responsables du Comité des Citoyens Montreuillois, et du PCF du quartier, manifestaient leur opposition à l’installation d’habitations  modulaires pour des  familles roms faisant parties de la MOUS roms. Plus tôt, dans le courant de la nuit, une quinzaine de pneus d’engins de chantiers devant servir à cette installation étaient crevés.

 

Nous condamnons fermement ces incidents et dénonçons ces manifestations qui, quoi qu’en disent leurs auteurs, alimentent la xénophobie  envers les populations roms.


Ces attitudes sont indignes et intolérables pour qui se réclame de la Gauche, car elles mêlent ainsi leur opposition à ce projet avec des « riverains » ouvertement raciste contre la population rom.


L’implantation des roms sur le terrain de la rue Paul Bert suscite des interrogations dans la population et cela depuis le début du projet. L’exiguïté du terrain notamment pose problème. Mais qu’en serait-il si le terrain était plus grand ? Les roms seraient-ils mieux accueillis ?

 

Car dans notre ville tout ce qui a trait aux roms est un enjeu de polémique et de rupture politique.  Souvenez-vous que le « ghetto », terme fort, employé  à plusieurs reprises dans un tract distribué peu avant ces incidents, ce « ghetto », existait, il y a quelques années.

 

Il était constitué  de tentes place Jean Jaurès face à l’hôtel de ville mais,  loin de fenêtres, il ne gênait personne. La misère humaine et sociale dont il était le reflet ne semblait pas non plus gêner les bonnes âmes.

 

Le « ghetto » pour nous n’est pas constitué par l’accompagnement social de familles roms, mais par la pauvreté, l’exclusion, le chômage et la précarité qui frappe durement des très nombreux montreuillois dans tous les quartiers de la ville.

 

Ces incidents montrent que le mélange de xénophobie et de  pratique politicienne, en période préélectorale amènent à des débordements qu’il est bien difficile de contrôler.

Une politique de gauche, celle que le Front de Gauche  porte, appelle à garantir le droit à un logement décent aux familles roms, comme à toutes les populations précarisées, le droit à la santé et à la scolarité des enfants, sans discriminations d’aucune sorte. Elle doit s’accompagner de la construction d’espaces de rencontres et de dialogues dans les quartiers concernées avec l’appui des associations roms.

 

Montreuil le 27 février 2013

Repost 0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 11:19

Image1111

 

Communiqué des élus des groupes PCF/FASE, RGC/PG, PS et RSM.

 

 

Dans un courrier électronique largement diffusé au sein de l’administration communale, la directrice générale des services de la ville, première signataire d’un rapport faisant suite à l’enquête administrative menée sous sa responsabilité, délivre un certain nombre d’affirmations provenant de trois sources, la Ville, la Direction Départementale des Finances Publiques, et le Centre National du Cinéma. Concernant la communication de la mairie nous maintenons notre demande que cessent les divulgations d’informations aux agents et dans la presse avant même d’être transmises aux élus de la République ou à la justice elle-même


 A ce sujet, une affirmation de la directrice générale a tout particulièrement retenu notre attention. Selon ses dires : « depuis une dizaine d’années en effet, des milliers d’entrées payantes du cinéma étaient soustraites de la comptabilité et du budget municipal ».

Si cela devait être confirmé, alors c’est l’ensemble des acteurs et de l’échelle hiérarchique qui devraient être entendus sur de tels dysfonctionnements. Trois agents communaux aujourd’hui mis en cause ne peuvent servir de boucs-émissaires dans une affaire qui pointerait alors de graves défaillances dans l’encadrement de ces agents et dans le fonctionnement d’autres services.


Il y a dix ans, le directeur aux affaires culturelles chargé de mettre en place le système aujourd’hui mis en cause n’était autre que celui qui assure aujourd’hui la fonction d’adjoint à la maire en charge de la culture et d’élu en charge de présenter les budgets et comptes de résultats du cinéma (et donc de certifier la comptabilité du cinéma). Des directeurs, des chefs de services et directeurs généraux étaient chargés de veiller au bon fonctionnement de la comptabilité et de la gestion globale du cinéma municipal.


C’est pourquoi, nous demandons l’arrêt immédiat de toute instrumentalisation de rapports, dont seule la Maire et la Directrice Générale ont les versions intégrales et exigeons transparence et respect de la justice républicaine.


Par ailleurs, nous renouvelons également notre demande en faveur de la mise en place d’une commission indépendante chargée de travailler sur le projet culturel de notre cinéma et d’en préciser la gouvernance générale.

Repost 0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 10:41

Premier numéro de Trait d’Union, bulletin édité par quatre formations (C&A, FASE/ACU, GA, GU) a vocation à s’élargir rapidement à d’autres. La discussion menée avec République et Socialisme a abouti à un constat de convergences importantes, et elle est aussi en cours avec les Alternatifs, qui s’inscrivent dans la démarche. La prochaine édition de ce bulletin d’information et de débat sera donc élargie.

 

trait-d-union.jpg

 

 

Repost 0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 10:05

dansons-la-lutte-decolle.jpg

 

Vendredi 15 février | La Parole Errante

 9, rue François Debergue / 93100 Montreuil | 18h - 02h | Entrée : prix libre

/Initiation aux danses de Festnoz (18h-19h)
/Repas en musique (avec La Fanfare Invisible)
/Festnoz avec Eien & Yod de Bretagne
/Les Chevals (fanfare dada funk)
/Enfance Sauvage (chérubins énervés)
/Boum Cumbia !

# Dansons, la lutte décolle !

"If I can't dance, I don't want to be part of your revolution"  Emma Goldman,

En octobre dernier, les premières expulsions des occupant.e.s de la ZAD - "Zone A Défendre" pour les personnes mobilisé.e.s contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes et "Zone d'Aménagement Différé" pour les aménageurs du territoire - ont soulevé une vague de solidarité partout en France.

Depuis, ce projet d'aéroport a pris du plomb dans l'aile et près d'une centaine de comités locaux de soutien ont essaimé dans tous les coins de l'Hexagone.

Car si l'ombre de Jean-Marc Ayrault et de Vinci planent toujours sur Notre-Dame-des-Landes, nous gardons en mémoire les victoires populaires passées comme au Carnet, à Plogoff ou au Larzac : nous savons désormais que leur projet peut être stoppé. Alors, parce que la lutte contre les grands projets imposées s'amplifie jour après jour, retrouvons-nous le vendredi 15 février prochain et dansons, la lutte décolle !

# Le collectif de soutien à la lutte de Notre Dame des Landes Paris-Île de France

AG tous les mardi au Transfo - 57 Av. de la République - Bagnolet (L3 Galieni ou L9 Robespierre)

http://nddl-paris.effraie.org 

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 15:10

banniere-opposition.jpg

 

Communiqué des groupes des élus communistes/FASE, RGC/PG, PS, RSM

 

Oui au droit de vote des résidents étrangers !

 

Le droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales est défendu depuis de nombreuses années par des associations, des syndicats et des partis politiques.

 

Si les citoyens européens disposent de ce droit aux élections locales, ce n’est pas le cas des résidents « non communautaires ». Pourtant, la plupart d’entre eux vivent depuis longtemps sur notre territoire. Ils y travaillent, ils y militent et s’acquittent de leurs devoirs, notamment en payant des impôts. 

 

Dans une ville comme Montreuil, où plus de 90 nationalités s’additionnent sans jamais se diviser, cette question a un écho particulier. Car la citoyenneté ne se résume en rien à la seule nationalité. C’est tous les jours que nous constatons à quel point l’engagement de nombreux habitants de notre ville dépasse le simple cadre étriqué de la nationalité.

 

La citoyenneté c’est bien plus qu’une carte d’identité !

 

C’est une promesse ancienne de la gauche, qui n’a que trop tardé à être appliquée. Aujourd’hui le Président de la République, François Hollande s’est engagé à ce qu’enfin promesse soit tenue. Mais il faut continuer à mobiliser l’opinion publique et encourager les parlementaires de gauche, du centre, et même de droite, qui pensent qu’il n’est plus acceptable qu’une telle discrimination demeure sur le territoire français.

 

Mercredi 6 février, à l'appel d'une trentaine d'organisations, d’associations (LDH, RESF...) et de syndicats (CGT, CFDT, FSU, Solidaires...) de notre ville, un grand rassemblement de soutien au droit de vote des résidents étrangers est organisé.

 

Même si cette manifestation a fait l’objet d’une récupération peu glorieuse de la part de la majorité municipale qui a volontairement omis d’associer bon nombre d’organisations et de groupes politiques locaux et nationaux pourtant engagés, eux aussi, de longue date dans ce combat, nous, élus communistes/FASE, du Parti de Gauche, du Parti Socialiste, du Rassemblement de la Gauche Citoyenne et de Renouveau Socialiste à Montreuil, appelons les Montreuillois à venir nombreux en salle des fêtes de la mairie de Montreuil à partir de 19h le mercredi 6 février pour soutenir cette juste modification législative.

 

Retrouvez plus d’information sur le site de la Ligue des droits de l’homme www.droitdevote2014.org.

 

droitdevote2014.jpg

Repost 0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 11:54

Image1111

 

 

Alors que la crise dans laquelle a été plongé notre cinéma municipal peine à trouver une issue positive, alors que la situation s’envenime encore un peu plus – hier, un concert de soutien a été annulé, vraisemblablement suite aux pressions exercées par la ville sur le propriétaire, alors que les salariés entament leur 17ème jour de grève ; nous apprenons avec stupéfaction que le cinéma municipal est réquisitionné pour une soirée privée dont l’initiative revient aux responsables locaux d’Europe Ecologie Les Verts et de Montreuil Vraiment. Un privilège surprenant…

 

Au programme de cette soirée : « projection du film de Yann Arthus-Bertrand Planète océan, en présence du réalisateur ». Une projection qui pourrait intéresser de très nombreux montreuillois mais dont ils seront privés puisque la participation à cette soirée ne se fait que sur cooptation entre amis de la Maire. Aucune annonce sur le site de la ville, rien dans le programme du Méliès. Le seul moyen pour le savoir et espérer décrocher son invitation : être ami d’un certain Pascal F., dirigeant d’EELV Montreuil et vice-président de l’association des amis de la Maire « Montreuil Vraiment » qui adresse des invitations privées par courriers électroniques. Si les Montreuillois n’ont pas la chance d’être amis avec ce dernier, ils peuvent espérer être amis d’Andrien S., adepte des réseaux sociaux, qui se présente lui-même comme « travaillant pour le groupe des élus Montreuil Vraiment » et qui invite ses connaissances, à cette soirée très sélecte. Si vous n’êtes pas amis avec eux et si vous n'êtes pas un visiteur assidu du blog des élus écologistes … Pas de bol !

 

De mémoire, jamais, le Méliès n’a été le « théâtre privé » d’une obédience politique quelle qu’elle soit et le tout sans billetterie et sans ouverture au public.

 

Si cet événement est à l’initiative de la Municipalité, ce qui semble être le cas Pascal F. proposant à ses amis de confirmer leur venue auprès de la mairie, comment se fait-il qu’aucune publicité publique ne soit faite de cet évènement, que les élus autres que ceux du groupe majoritaire ne soient pas conviés. Y aurait-il des élus indésirables ? De même y aurait-il des citoyens indésirables et de seconde zone, que la population elle-même qui contribue au fonctionnement du cinéma municipal Georges Méliès soit également écartée. Cette initiative est d'autant plus choquante qu'elle est organisée dans le cadre de l'Agenda 21, politique publique municipale qui comprend pourtant dans ses objectifs le renforcement de la démocratie locale, le développement de la vie citoyenne et la mise en place de véritables structures de concertation.

 

La tenue de cette initiative provoque de très vives réactions dans la population. C’est pourquoi, en application du même principe de précaution ("risque de troubles à l'ordre public") que la municipalité avait mis en avant pour justifier l'annulation de la projection publique prévue par l'association Renc'Art il y a quelques semaines, nous demandons l'annulation pure et simple de cette soirée, qui pourrait être reprogrammée prochainement, lorsque la sérénité sera revenue.

Repost 0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 19:53

 

AFFICHE-60x90_lalternative-affiche-generique-1.jpg

Tract-Austerite.jpg

Repost 0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 19:17

Le Front de Gauche a contribué à la défaite de Nicolas Sarkozy. Il souhaite maintenant une politique qui réponde à la nécessité de sortir notre pays de la crise et qui réponde aux attentes nombreuses en matière d’emploi, de pouvoir d’achat, d’accès à l’éducation, aux soins, à la culture…
Depuis 6 mois, les grands axes de la politique du gouvernement ne répondent pas à ces attentes. François Hollande et le gouvernement ont d’abord fait adopter le traité européen qui impose la restriction continuelle des dépenses publiques et met en place des politiques d’austérité. Ils ont ensuite accordé un cadeau de 20 milliards aux grands patrons alors que notre économie souffre déjà des intérêts somptueux payés aux banques privées et des richesses accaparés par les actionnaires des grandes entreprises. Enfin, s’il ratifiait un accord sur l’emploi initié par le MEDEF il s’engagerait sur une voie qui, si elle devient une loi, va entrainer toujours plus de flexibilité et de nouvelles dégradations du code du travail.

Cette politique social libérale va à l’échec. Toutes les politiques du même type ont échoué en Europe où déjà 8 pays sont en récession. Nous ne voulons pas que la France suive la même voie. De juin 2011 à décembre 2012, les mesures budgétaires prises ou annoncées par le gouvernement représentent 45 milliards soit 2,25% du PIB et les experts les plus mesurés comme ceux de l’OFCE (Office français de la conjoncture économique) prévoient que cela se traduira par une baisse du PIB de 3,6%. Et ces mesures n’incluent pas le nouvel « effort » que va nécessiter le pacte de compétitivité.

 

Lire la suite et les 25 propositions du Front de Gauche

 

Le Site Unitaire Stop Austérité

 

Repost 0